Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

les péchés commis après le baptême, qui ne peut se réitérer : il l'appelle le sacrement de pénitence, une seconde planche , ajoute-t-il, après le baptême (a).

Origene dit, que le pécheur peut trouver un remede à ses fautes , quand il ne rougit pas de les déclarer au prêtre (b).

S. Cyprien assure, que la rémission qu'on obtient du prêtre, pour les péchés commis après le baptême, est valable devant Dieu (c). S. Jérôme enseigne que

les péchés sont remis par deux facremens différens, & que les mérites de Jésus-Christ nous font appliqués par le sacrement de la pénitence , comme par celui du baptême (d).

C'est aussi ce que dit & répete plusieurs fois S. Jean Chryfoftome dans son livre de la pénitence. Je ne vous cite

que
des
peres

des

quatre premiers fiecles ; tous ceux qui les ont suivis sont parfaitement d'accord fur ce point avec ceux qui les avoient précédés.

Le pere de Ste. Marthe dans son traité de la confeffion, réunit une grande multitude de pareils témoignages de tous les peres les plus anciens de S. Irenée,

(a) Tertul. lib. de Pænit.
(6) Origen. homil. 2. in Levit.
() Cypr. lib. de Lapsis.
Hyeron, lib. 1, contra Pelagianos.

de S. Basile, d'Innocent, de S. Léon, &c.

Que pensez-vous, Monsieur, de cette réunion de la tradition avec la sainte écriture ?

LE PROTESTANT. Monfieur, ce que je defirerois fort de favoir, c'est ce qu'ont pu répliquer à cela les prétendus réformés, au moins ceux qui ont rejeté le facrement de pénitence ?

LE DOCTEU R. Ils ont fait à peu près ce qu'ils avoient fait au sujet du sacrement de l'ordre : la force de la vérité leur a d'abord arraché des aveux très-formels; ensuite ils ont cherché des équivoques, & avec le tems, tout s'en est allé en fumée.

La confession secrete qui se fait en l'église, disoit Luther, me plaît merveilleusement ; elle est utile & même nécessaire : je suis bien aise qu'elle soit dans l'église de Jésus-Chrift, attendu qu'elle eft le seul remede pour les ames affligées (a).

Aussi dans un premier petit catéchisme composé par Luther & adopté par ceux de fa croyance, on lit que le prêtre , après avoir entendu la confeffion du pénitent,

(a) Luth, de capt. Babyl, tit. de facram. t. 2. pag. 80.

lui dit , ne croyez-vous pas que ma rémission est celle de Dieu ? oui, répond le pénitent; & moi, reprend le confesseur, par ordre de notre Seigneur Jésus-Christ, je vous remets vos péchés au nom du pere & du fils & du S. Esprit, ce qui désigne avec évidence un sacrement. L'absolution, disoit Mélan&hon,

par

laquelle le pouvoir des clefs remet les péchés à quelqu'un en particulier & en secret, eft bonne & valable deyant Dizu . & étant telle il faut recevoir la confession en laquelle on la demande (a).

Les confessions de foi luthériennes, d'Augsbourg, de Saxe & autres approuvent cette confession : le cardinal de Richelieu en indique les citations préci

Il eft dit des ministres, de l'aveu de Calvin lui-même, qu'ilsremettent les péchés, & délient les ames; quand nous voyons que

cela leur est attribué, pensons que cela est pour notre profit.

Ensuite de la confession particuliere , on obtient pardon de ceux à qui Jésus-Christ a dit, ce que vous délierez, &c.

Cette absolution particuliere est bien efficace & bien fructueuse, &c. (c).

fes (6)

(a) Melan&t. in summâ doctrina de Pocnitentiâ,
(6) Rich. controv. pag 709.
(s) Instit, liv. 3, ch, 43 n. 120

[merged small][merged small][merged small][ocr errors]

La confession des péchés, disoit Dumoulin, se fait ou à Dieu seul, ou à l'église en public, ou au pasteur de l'église à part, ou à son prochain qu'on a offensé : toutes ces confessions sont bonnes & Je pratiquent en nos églises (a).

La confession des péchés, ajoute-t-il, doie être faite à ceux qui peuvent les guérir.

Nétoit besoin, disoit-il encore , que le fieur cardinal [ du Perron] nous dit , que la confession des péchés est nécessaire, c'est ce que nous croyons & enseignons (6).

Aussi la liturgie anglicane eft expresse, & elle subsiste encore à cet égard telle qu'elle fut dreffée au commencement de la réforme;

que

le ministre dans le cours de la visite du malade , recevra la confession qu'il lui fera de ses péchés & lui en donnera l'absolution, s'il la demande avec grande humilité & affection , & la formule de cette absolution se termine comme celle de l'église catholique en ces termes, par l'autorité de Jésus-Christ qui m'est commise, je t'absous de tous tes péchés, au nom du Pere, & du Fils , & du saint Esprit amen (c).

P

il

y eft dit

(6) ? non fimple, parlant disent péniten

Mais actuels avec lui

A la

[blocks in formation]

9

crem de ce giné pub

(a) Dum. Bouclier , part. 2, sect. 4, pag. 22.
(6) Nouveauté du pap. contre le card. du P. 1. 7; C. 1.

(c) Liturg: Anglic. Ordre pour la vifite des malades, pag. 211, Edition de 1739.

Cependant en définitive tous ces aveux ne signifient plus rien, & le sacrement de pénitence est aujourd'hui , au moins chez les calvinistes, entiérement abrogé.

Combien y a-t-il de sacremens de l'église dans l'église chrétienne, dit-on dans le grand catéchisme de Geneve de M. Ofterwald (a)?

Notre Seigneur Jésus-Christ n'en a institué que deux, qui font le baptême & la sainte cene.

Y a-t-il beaucoup de cérémonies de l'église chrétienne , lit-on dans le petit catéchisme (6) ? non , toute la religion chrétienne est fort fimple, &c. & ces deux catéchismes ne parlant que du baptême & de la cene, ne disent pas un seul mot du sacrement de pénitence.

Mais comment accorder ici les réformés actuels avec les anciens , & Dumoulin avec lui-même

A la faveur des équivoques, Calvin avec ses deux sacremens communs à l'église, se laissoit bien la liberté d'en admettre de particuliers , & il vouloit retenir le sacrement de l'ordre ; mais ensuite ce sacrement a disparu : il en a été de même de celui de la pénitence. Dumoulin a imaginé ces quatre confeffions à Dieu , au public, au pasteur ; & à l'offensé, au

Genev. 1770. pag: 141.
Lausanne, 1767, fed. 41. pag. 70.

« ZurückWeiter »