L'Empire chinois: faisant suite à l'ouvrage instituté Souvenirs d'un voyage dans la Tartarie et le Thibet, Band 1

Cover
Librairie de Gaume Frères, 1854
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 321 - Leur manière de creuser ces puits n'est pas la nôtre. Ce peuple vient à bout de ses desseins avec le temps et la patience, et avec bien moins de dépenses que nous. Il n'a pas l'art d'ouvrir les rochers par la mine , et tous les puits sont dans le rocher. Ces puits ont ordinairement de quinze à...
Seite 325 - ... dix pouces. Quand c'est du feu fossile des puits à feu , elle jaillit encore davantage, et les cuvettes sont calcinées en fort peu de temps, quoique celles qu'on expose à ces sortes de feu aient jusqu'à trois pouces d'épaisseur en fonte.
Seite 132 - ... des bienfaits avec profusion ; qui, par sa faculté d'avoir une âme élevée, ferme, imperturbable et constante, soit capable de faire régner la justice et l'équité; qui, par sa faculté d'être toujours honnête, simple, grave, droit et juste, soit capable de s'attirer le respect et la vénération ; qui, par sa faculté d'être revêtu des ornements de l'esprit et des talents que procure une étude assidue et de ces lumières que...
Seite 327 - Dans une vallée se trouvent quatre puits qui donnent du feu en une quantité vraiment effroyable , et point d'eau. Ces puits, dans...
Seite 329 - Sur la tête du tube de bambou est un tube de terre glaise , haut de six pouces , ayant au centre un trou d'un pouce de diamètre. Cette terre empêche le feu de brûler le bambou. D'autres bambous mis en dehors éclairent les rues et les grandes halles ou cuisines. On ne peut employer tout le feu. L'excédant est conduit...
Seite 324 - Un petit tube en bambou (ce feu ne le crule pas) ferme l'embouchure des puits et conduit l'air inflammable où l'on veut; on l'allume avec une bougie, et il brûle continuellement. La flamme est bleuâtre , ayant trois ou quatre pouces de haut et un pouce de diamètre. Ici , ce feu est trop petit pour cuire le sel. Les grands puits de feu sont à Tsé-LieouTsing (*) , à quarante
Seite 322 - L'éperon ou tête d'acier est suspendu par une bonne corde de rotin, petite comme le doigt, mais forte comme nos cordes de boyau ; cette corde est fixée à la bascule; on y attache un bois en triangle, et un autre homme est assis à côté de la corde. A mesure que la bascule s'élève, il prend le triangle et lui fait faire un demi-tour, afin que l'éperon tombe dans un sens contraire. A midi, il monte sur l'échafaudage pour relever son camarade jusqu'au soir... La nuit, deux autres hommes les...
Seite 329 - D'autres bambous mis en dehors éclairent les rues et les grandes halles ou cuisines. On ne peut employer tout le feu. L'excédant est conduit par un tube hors de l'enceinte de la saline, et y forme trois cheminées ou énormes gerbes de feu flottant et voltigeant à deux pieds de hauteur au-dessus de la cheminée. La surface du terrain de la cour est extrêmement chaude et brûle sous les pieds ; en janvier même tous les ouvriers sont à demi nus, n'ayant qu'un petit caleçon pour se couvrir.
Seite 328 - L'orifice du puits est surmonté d'une caisse de pierre^ de taille, qui a six ou sept pieds de hauteur, de crainte que, par inadvertance ou par malice , quelqu'un ne mette le feu à l'embouchure du puits. Ce malheur est arrivé en août dernier. Ce puits est au milieu d'une vaste cour, et au centre de quatre grandes et longues halles ou cuisines , où se trouvent les chaudières qui cuisent le sel.

Bibliografische Informationen