Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

toutes ses œuvres.

:

tième jour, après avoir achevé tranchants; elle entre et pénètre jusque dans les replis de l'âme et de l'esprit, jusque dans les jointures et dans les moelles; et elle démêle les pensées et les mouvements du cœur.

5. Et il est dit encore ici Ils n'entreront point dans mon repos.

6. Puisqu'il faut donc que quelques-uns y entrent, et que ceux à qui la parole en fut premièrement portée n'y sont point entrés, à cause de leur incrédulité;

13. Nulle créature ne lui est cachée; tout est à nu et à découvert devant les yeux de celui de qui nous parlons.

14. Ayant donc pour grand pontife Jésus, Fils de Dieu, qui est monté au plus haut des cieux, demeurons fermes dans la foi dont nous avons fait profession.

15. Car le pontife que nous avons n'est pas tel qu'il ne puisse compatir à nos foiblesses; mais il a éprouvé, comme ncus, toutes sortes de tentations, hormis le péché.

16. Allons donc nous présenter, avec confiance, devant le trône de la grâce, afin d'y 10. Car celui qui est entré recevoir miséricorde, et d'y dans le repos de Dieu se re- trouver le secours de sa grâce pose aussi lui-même, en ces-dans nos besoins.

sant de travailler, comme Dieu

7. Dieu détermine encore un jour particulier, qu'il appelle aujourd'hui, en disant tant de temps après, par David, ainsi que je viens de dire: Aujourd'hui si vous entendez sa voix, n'endurcissez pas vos

cœurs.

8. Car si Josué les avoit établis dans ce repos, l'écriture n'auroit eu garde de parler depuis d'un autre jour. 9. Il y a donc encore un sabbat, et un repos réservé au peuple de Dieu.

s'est reposé après ses ouvrages.

11. Efforçons-nous donc d'entrer dans ce repos, de peur que quelqu'un ne tombe dans une désobéissance semblable à celle de ces incrédules.

12. Car la parole de Dieu est vivante et efficace, et elle perce plus qu'une épée à deux

[ocr errors]

CHAPITRE V.

Jésus-Christ est vraiment notre

pontife; comment cette qua-
lité lui convient et lui appar-
tient. L'apôtre reproche aux
Hébreux, à qui il écrit, leur
peu de disposition à entrer
dans l'intelligence des gran-
des vérités de la religion.
1. Car tout pontife, étant

pris d'entre les hommes, est 8. Et lui qui étoit le Fils de établi pour les hommes, en Dieu, il n'a pas laissé d'ap ce qui regarde le culte de prendre l'obéissance, par tout Dieu, afin qu'il offre des dons ce qu'il a souffert. et des sacrifices pour les péchés ;

9. Et, , par sa consomma. tion, il est devenu l'auteur du salut éternel, pour tous ceux qui lui obéissent.

2. et qu'il puisse être touché d'une juste compassion pour ceux qui pèchent par 10. Dieu l'ayant déclare ignorance et par erreur, com- pontife, selon l'ordre de Mel me étant lui-même environné de foiblesse.

chisédech;

II. Sur quoi nous aurions

3. Et c'est ce qui l'oblige à beaucoup de choses à dire. offrir le sacrifice de l'expia- qui sont difficiles à expliquer, tion des péchés, aussi-bien à cause de votre lenteur et de pour lui-même que pour le votre peu d'application pour peuple. les entendre.

4. Or nul ne s'attribue à soi-même cet honneur; mais il faut y être appelé de Dieu, comme Aaron.

12. Car au lieu que depuis le temps qu'on vous instruit vous devriez déja être maîtres, Vous auriez encore besoin 5. Ainsi Jésus-Christ n'est qu'on vous apprît les prepoint entré de lui-même dans miers éléments par où l'on la gloire pour être pontife; il commence à expliquer la pal'a reçue de celui de celui qui lui a dit: role de Dieu; et vous êtes deVous êtes mon Fils, je vous venus comme des personnes ai engendré aujourd'hui. à qui on ne devroit donner que du lait, et non une nourriture solide.

6. Selon qu'il lui dit aussi dans un autre endroit : Vous êtes le prêtre éternel, selon l'ordre de Melchisedech.

7. Aussi pendant le temps de sa vie mortelle et souffrante, ayant offert, avec un grand cri et avec des larmes, ses prières et ses supplications à celui qui pouvoit le tirer de la mort, il a été exaucé, à cause de son humble respect pour son Père.

[ocr errors]

13. Or quiconque n'est nourri que de lait est incapable d'entendre les discours de la parfaite justice, comme étant encore enfant.

14. Mais la nourriture solide est pour les parfaits, c'està-dire pour ceux dont l'esprit, par une habitude et un long exercice, s'est accoutumé à discerner le bien et le mal.

CHAPITRE VI.

L'apôtre exhorte les Hébreux

6. et qui après cela sont tombés, il est impossible, dis

à s'élever avec lui aux gran-
des vérités dont il doit les
instruire, et leur fait sentir
le danger de l'apostasie à je, qu'ils se renouvellent par
la pénitence, parcequ'autant
laquelle les conduisoit leur
affoiblissement dans la foi de nouveau le Fils de Dieu, et
qu'il est en eux, ils crucifient
Il ranime leur confiance;
et il excite leur zèle et leur l'exposent à l'ignominie.

7. Car lorsqu'une terre, étant souvent abreuvée des eaux de

la

pluie qui y tombe, produit des herbages propres à ceux qui la cultivent, elle reçoit la

1. Quittant donc les ins-bénédiction de Dieu. tructions que l'on donne à 8. Mais quand une terre ne ceux qui ne font que com- produit que des ronces et des mencer à croire en Jésus- épines, elle est en aversion à Christ, passons à ce à ce qu'il y a son maitre, elle est menacée de plus parfait, sans nous ar- de sa malédiction, et à la fin rêter à établir de nouveau ce il y met le feu.. - qui n'est que le fondement de la religion, comme est la pénitence des œuvres mortes, la foi en Dieu,

12

[ocr errors]
[ocr errors]

ST

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

courage par le motif de
l'espérance dont il leur mon-
tre les fondements inébran-
lables.

sainte parole de Dieu et de l'espérance des grandeurs du siècle à venir,

3. Et c'est aussi ce que nous ferons, si Dieu le permet.

9. Or nous avons une meilleure opinion de vous et de votre salut, mes chers frères, quoique nous parlions de cette

2. et ce qu'on enseigne tou-sorte.

chant les baptêmes, l'imposi- 10. Car Dieu n'est pas intion des mains, la résurrec- juste pour oublier vos bonnes tion des morts et le jugement œuvres et la charité que vous éternel. avez témoignée, par les assistances que vous avez rendues en son nom, et que vous rendez encore aux saints.

II. Or nous souhaitons que chacun de vous fasse paroître jusqu'à la fin le même zèle, afin que votre espérance soit

4. Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don du ciel, qui ont été rendus participants du Saint-Esprit;

5. qui se sont nourris de la accomplie;

12. et que vous ne soyez avons mis notre refuge dans pas lents et paresseux, mais la recherche et l'acquisition que vous vous rendiez les imi- des biens qui nous sont protateurs de ceux qui, par leur posés par l'espérance, foi et par leur patience, sont devenus les héritiers des pro

19. laquelle sert à notre âme comme d'une ancre ferme et assurée, et qui pénètre jusqu'au sanctuaire qui est audedans du voile,

20. où Jésus, comme précurseur, est entré pour nous, ayant été établi pontife éter14. et lui dit ensuite: As-nel, selon l'ordre de Melchisurez-vous que je vous com-sédech. blerai de bénédictions, et que je multiplierai votre race à l'infini.

15. Et ainsi, ayant attendu avec patience, il a obtenu l'ef fet de ses promesses.

16. Car comme les hommes jurent par celui qui est plus grand qu'eux, et que le serment est la plus grande assurance qu'ils puissent donner pour terminer tous leurs différents;

messes.

13. Car Dieu, dans la promesse qu'il fit à Abraham, n'ayant point de plus grand que lui, par qui il pût jurer, jura par lui-même,

CHAPITRE VII.

Caractères de Melchisédech dont le sacerdoce est le symbole du sacerdoce de JésusChrist. Changement du sacerdoce lévitique, et de la loi mosaïque, fondé sur leur insuffisance. Excellence de l'alliance nouvelle et de Jésus-Christ, qui en est le médiateur par son sacerdoce. Jésus-Christ est un prêtre saint et immortel.

1. Car ce Melchisedech, roi

17. Dieu, voulant aussi faire voir avec plus de certitude aux héritiers de la promesse la fermeté immuable de sa ré- de Salem, et prêtre du Dieu solution, a ajouté le serment très-haut, qui vint au-devant à sa parole; d'Abraham, lorsqu'il retour18. afin qu'étant appuyés noit de la défaite des rois, et sur ces deux choses inébran- qui le bénit, lables, par lesquelles il est 2. auquel aussi Abraham impossible que Dieu Dieu nous donna la dîme de tout ce qu'il trompe, nous ayons une puis- avoit pris; qui s'appelle, selon sante consolation, nous qui l'interprétation de son nom,

[ocr errors]

premièrement roi de justice, payée lui-même, pour ainsi puis roi de Salem, c'est-à-dire dire, en la personne d'Abraroi de paix;

ham,

3. qui est sans père et sans 10. puisqu'il étoit encore mère, sans généalogie; qui dans Abraham, son aïeul, n'a ni commencement, ni fin lorsque Melchisédech vint aude sa vie, étant ainsi l'image devant de ce patriarche. du Fils de Dieu, demeure II. Que si le sacerdoce de prêtre pour toujours. Lévi, sous lequel le peuple a reçu la loi, avoit pu rendre les hommes justes et parfaits, qu'auroit-il été besoin qu'il se levât un autre prêtre, qui fût appelé prêtre selon l'ordre de Melchisédech, et non pas selon l'ordre d'Aaron?

4. Considérez donc combien grand il devoit être, puisque le patriarche même Abraham lui donne la dîme de ses dépouilles.

5. Aussi ceux qui, étant de la race de Lévi, entrent dans le sacerdoce, ont droit, selon la loi, de prendre la dîme du

12. Or le sacerdoce étant transféré, il faut nécessairepeuple, c'est-à-dire de leurs ment que la loi soit aussi frères, quoique ceux-ci soient sortis d'Abraham, aussi-bien qu'eux.

6. Mais celui qui n'a point de place dans leur généalogie a pris la dîme d'Abraham, et a béni celui à qui les promesses ont été faites..

transférée.

13. En effet, celui dont ces choses ont été prédites est d'une autre tribu, dont nul n'a jamais servi à l'autel,

14. puisqu'il est certain que notre Seigneur est sorti de Juda, qui est une tribu à laquelle Moïse n'a jamais attribué le sacerdoce.

15. Et ceci paroît encore plus clairement, en ce qu'il se lève un autre prêtre selon l'ordre de Melchisédech,

16. qui n'est point établi par la loi d'une succession charnelle, mais par la puissance de sa vie immortelle,

9. Et de plus Lévi, qui reçoit la dîme des autres, l'a déclare par ces mots : Vous

17. ainsi que l'écriture le

7. Or il est sans doute que celui qui reçoit la bénédiction est inférieur à celui qui la lui donne.

8. En effet, dans la loi, ceux qui reçoivent la dime sont des hommes mortels, au lieu que celui qui la reçoit ici n'est représenté que comme

vivant.

« ZurückWeiter »