Images de page
PDF
ePub

bénir le Seigneur. Ici finit la Vie glorieuse & pénible de notre Seigneur JE: sus-Christ. L'Evangeliste St. Jean témoigne, qu'il fit un très-grand nombre d'autres miracles qui ne sont pas rapportez, parce qu'il auroit fallu faire de trop gros Volumes, pour en donner le détail. Mais ceux que les Evangelistes nous ont laissez par écrit suffisent pour convaincre tout le monde , qu'il est le Fils de Dieu & le Mesfic envoyé du Ciel, pour donner la Vie éternelle à ceux qui croiront en lui. Marc XVI. 16-20. Luc XXIV.50-53. Jean XX.30,31. XXI. 25. Act. I. 9-12.

Les Apôtres ayant reçû peu de jours après le St. Esprit, ils annoncerent l'Evangile, avec succès, mais non sans contradiction, premiérement à Jérusalem puis dans la Judée, & en divers autres endroits du Monde , appuyant leur témoignage, par un grand nombre de miracles, comme on le va voir dans l'A, bregé de leur Histoire.

ABRE

[merged small][ocr errors][merged small][merged small]

L

Es onze Apôtres étoient donc à Jérusalem, avec les autres Disciples au On ne nombre d'environ fix vint, entre lesquels étoient Marie mere de Jesus, point'ici

les parens du Seigneur, & les femmes fidèles dont on a parlé, s’occu les dates, pant à des exercices de piété, & à tout ce qui pouvoit avancer l'établissement parce de l'Evangile. Ils s'assembloient ordinairement, selon la coutume de ce tems-là, qu'elles dans une chambre haute de quelque maison qui appartenoit à quelqu'un d'entre dans la eux, si ce n'étoit pas dans un de ces appartemens qui étoient au dessus du Par- Préface vis exterieur du-Temple * Leur premier soin fut de choisir quelqu'un qui pût générale fucceder au perfide Judas dans l’Apostolat, afin de remplir le nombre de Douze sur les E: qui avoit été fixé par J.C. St. Pierre en ayant fait la proposition, on présenta S. Paulo deux sujets, entre lesquels Matthias fut élů, par le fort, après l'invocation du nom de Dieu. Act. I. 13-26.

Le jour de la Pentecôte arrivé, ils reçurent le St. Esprit, selon la promesse de leur Diyin Maître, en cette maniére. Comme ils étoient tous ensemble dans : le lieu dont on vient de parler, on entendit tout à coup, dans toute la maison, un bruit du Ciel, tel que celui d'un vent impétueux & on vit en même tems des flammes de feu en forme de langues qui s'étant posées sur chacun d'eux, ils fe mirent à parler diverses Langues. L'Historien Sacré ne dit point si ce fut seulement sur les Apôtres, que se poférent les langues, ou si ce fut sur tous les fidèles qui étoient là. Ce dernier est le plus vraisemblable par ces raisons. 1. Les Apôtres se presentent avec St. Pierre pour faire l’Apologie des Disciples, en ces termes, Ceux-ci ne sont point yvres. Si ce n'eût été que les Apôtres qu'on eut accusé d'yvresse, il eût été plus naturel de dire, Nous ne sommes point &c. 2. Lorsque Jean Baptiste désignant la descente du St: Esprit dit

que viendroit après lui baptizeroit d’Esprit, & de feu, cette promesse n'est point bornée aux Apôtres, & elle fait entendre que cette sainte inondation devoit être générale. 3. C'est ce que semble demander aussi la Prophétie de Joël alleguée par St. Pierre, vos fils, Es vos filles prophetiseront. Je répandrai de mon Esprit sur mes ferviteurs, & sur mes servantes. 4. L'Historien Sacré dit II. 6. que ces gens de differens païs étoient surpris d'entendre les Disciples parler la Langue de chacun d'eux. Il est riaturel d'entendre ici par les Disciples les Chrétiens en général distinguez des Apôtres qui sont désignez sous ce caractere au X: 14:Quoi qu'il en soit, ce miracle attira -un concours extraordinaire de peuple.

C'est le sentiment de plusieurs Savans. Voyez Vitringa de Synag. p. 132. 153.

celui qui

[blocks in formation]

Il y

Il ne pouvoit arriver dans un tems plus propre à le rendre public, parce qu'il y avoit alors à Jérusalem un grand nombre de Juifs étrangers, & de Proselytes qui y étoient venus pour celébrer la fête. Cependant on jugeoit fort différemment d'un événement fi merveilleux. Le plus grand nombre en étoit ravi en admiration, pendant que ceux qui n'entendoient pas ce que disoient les Apôtres, les croyoient hors du sens. C'est à cette occasion que St. Pierre fit fon premier Sermon, où il fit voir , 1. Que ce miracle étoit s'accomplissement de la Prophetie de Joël

. 2. Que c'étoit Jesus de Nazareth, qui, selon la promesse, avoit répandu le St. Esprit sur son Eglise. 3. Que felon les Prophetes, & en particulier selon le Prophete David, Jesus devoit faire les miracles qu'il avoit faits, qu'il devoit être crucifié, qu'il devoit ressusciter, monter dans le Ciel, & y être revêtu, à la droite de Dieu, d'un souverain pouvoir. 4. Il en conclut que Jesus est le Messie. Ce discours fut si fort & li touchant, qu'il convertit trois mille hommes qui reçurent le Baptême. Ils se fortifioient tous les jours dans la foi par leur aslidujté

à écouter les Apôtres aussi bien que par les miracles qu'ils leur voyoient faire, & dans la pieté par de faints exercices. avoit entre eux une si étroite union, & une charité fi ardente que personne n'avoit rien à foi, ceux qui avoient des terres les vendant pour en distribuer l’argent aux pauvres * Comme d'ailleurs ils ne manquoient à aucune des parties de la Sainteté, il n'est pas surprenant qu'une telle conduite leur attirât un applaudissement général

. Act. II. 1-47: Un jour que St. Pierre & St. Jean alloient au Temple à l'heure de la priere, un homme âgé de quarante ans, boiteux dès sa naissance & que l'on mettoit á une des portes pour y recevoir l'aumône, la demanda aux Apôtres. Pierre lui dit, je n'ai ni or ni argent, mais ce que j'ai je vous le donne au nom de J. C. En même tems il le guerit si parfaitement qu'il entra avec eux dans le Temple fautant & louant Dieu, au grand étonnement de tout le monde. Ce miracle ayant attiré la foule dans le Portique de Salomon autour des Apôtres que cet homme ne vouloit point abandonner, St. Pierre fit un Sermon qui rouloit à peu près sur les mêmes choses que le précédent. Les Apôtres donnerent à J. C. toute la gloire de cette guérison. Il y eut environ deux mille personnes converties à ce Sermon. Act. III. 1-25. IV.4.

Cependant les Sacrificateurs & le Capitaine du Temple ne pouvant souffrir qu'ils enseignassent le peuple, & en particulier les Sadducéens irritez de ce qu'ils annonçoient la résurrection les firent mettre en prison. Le lendemain le Conseil s'assembla & fit amener les Apôtres pour leur demander par quelle autorité ils prêchoient, & par la vertu de qui ils avoient fait ce miracle. Pierre animé du St. Esprit leur dit hardiment, que c'étoit au nom de Jesus de Nazareth qu'ils avoient crucifié, mais que Dieu avoit ressuscité. Comme cet homme que les Apôtres avoient guéri étoit là present, le Conseil n'eut rien à repliquer. Ayant donc fait sortir les Apôtres pour déliberer avec plus de liberté, la résolution fut de leur défendre de parler à qui que ce fut au nom de Jesus-Christ, Ils croyoient, mais en vain, empêcher par là que le bruit de ce miracle ne se répandît plus loin. Ils les firent donc rappeller pour leur faire cette défense qu'ils ac

com* C'est-à-dire, aux necesiteux, car on ne souffroit point de pauvres de profelion.

compagnerent de menaces. Mais les Apôtres en appellant à la propre conscience de leurs Juges leur demanderent, s'ils croyoient qu'il valít mieux leur obeïr qu'à Dieu en l'autorité de qui ils parloient, & par la vertu duquel ils faisoient des miracles. Act. IV. 1-22.

Au sortir de là les Apôtres allerent trouver leurs freres & leur raconterent tout ce qui s'étoit passé. Là-dessus toute la troupe fidèle se mit en priere pour implorer le secours de Dieu dans des conjonctures si perilleuses. Dès qu'ils eurent achevé leur priere, le lieu où ils étoient trembla, & ayant reçu tout à coup une nouvelle, mesure d'Esprit ils annoncerent aufli l'Evangile avec une nouvelle hardieffe. Act. IV. 23-31.

On a déja vû que ceux d'entre les Chrétiens qui avoient des terres & des maisons les vendoient pour en diftribuer l'argent. Ils l'apportoient aux pieds des Apôtres, leur en donnant la disposition. C'est ce que fit alors un Levite originaire de Chypre nommé Joseph,& à qui les Apôtres donnerent le nom de Bernabé. Mais un nommé Ananias & Sappbira sa femme, ayant vendu leur bien pour le même usage, n'apporterent qu'une partie du prix aux Apôtres, s'en reservant secrettement l'autre. St. Pierre ayant reconnu la fraude par Esprit Prophetique, les en censura rudement, non tant à cause de la grandeur du péché en luimême, que pour avoir voulu mentir au St. Esprit dont les Apôtres étoient animez, & en même tems à Dieu même. Le mari & la femme tomberent morts à l'instant, Dieu voulant par un exemple fi févere rendre redoutable le Ministere de ses serviteurs, & empêcher les fourbes & les hypocrites de se mêler

parmi eux. A&. IV. 33-38. V. 1-11.

Comme les rues de Jérusalem étoient pleines de malades & de possedez qu'on amenoit de toutes parts aux Apôtres, pour être gueris, & que même le St. Elprit avoit donné une vertu miraculeuse à l'ombre de St. Pierre, le Souverain Sacrificateur & quelques Sadducéens dont il étoit accompagné, firent mettre St. Pierre & St. Jean dans la prison publique. Mais un Ange les en ayant fait sortir miraculeusement la nuit leur ordonna d'aller au Temple prêcher la Doctrine Celeste. Cependant le Conseil s'étant assemblé envoya à la prison pour faire venir les Apôtres devant lui. Les Huissiers qu'ils avoient envoyez rapporterent qu'ils avoient trouvé la prison bien fermée & les Gardes devant les portes, mais qu'y étant entrez ils n'y avoient vû personne. Les Sénateurs furent fort allarmez de ce récit, mais ils le furent encore davantage quand ils apprirent que les Apôtres étoient dans le Temple à enseigner le peuple. Ils y envoyerent aussi-tôt des gens pour les prendre, & on les amena devant le Conseil , fans pourtant leur faire violence parce qu'on craignoit le peuple. St. Pierre & St. Jean interrogez pourquoi malgré les défenses du Conseil ils avoient prêché au nom de JesusCHRIST, firent la même réponse qu'auparavant, foutenant hautement que Jesus étoit le Messie, que Dieu l'avoit ressuscité pour sauver ceux qui croiroient en lui, & leur reprochant le crime qu'ils avoient commis en le crucifiant. Les Sénateurs en furent fi transportez de rage qu'ils les auroient condamnet à mort sans le fage conseil d'un Pharisien nommé Gamaliel, qui leur représenta que si les Apôtres étoient des Imposteurs, la fourbe seroit bientôt découverte, mais

que

s'ils étoient autorisez de Dieu, on devoit bien prendre garde de ne pas faire la guerre à Dieu même, en les persecutant.. Le Conseil se contenta donc

pour

ayant

pour lors de faire fouëtter les Apôtres, & de leur défendre de prêcher. Eus de leur côté s'en allerent pleins de joye d'avoir été trouvez dignes de souffrir

pour Jesus-Christ & continuerent à prêcher en public & en particulier. Act. V. 14-42.

L'Eglise augmentant tous les jours en nombre , il fallut aussi multiplier le nombre des Ministres pour la servir. Il y avoit alors de deux sortes de Juifs qui embrasfoient le Christianisme, savoir ceux que l'on appelloit Hébreux, parce qu'ils se servoient de la Langue Hébraique, ou plûtôt Syro-chaldaique , & ceux que l'on appelloit Hellenistes ou Grecisez, parce qu'ils se servoient de la Langue Grecque, qui étoit en ufage en diverses Provinces de l'Empire Romain, où ils étoient dispersez. Les derniers s'étant plaints qu'on négligeoit leurs Veuves dans la distribution des deniers destinez aux pauvres, les Apôtres de concert avec tous les Disciples , prirent la résolution de se décharger de ce soin, & de choisir sept personnes d'entre les Fideles, qui fussent propres à cet emploi. L'AFfemblée. choisit donc Etienne, Philippe., Prochore, Nicanor., Timon, Parmenas & Nicolas Proselyte d’Antioche. On les presenta aux Apôtres qui les reçûrent par la priere, & par l'imposition des mains. A&. VI. 1-7. Il paroît par l'exemple de Philippe & d'Etienne , que ces Diacres étoient aussi des Evangelistes & des Prédicateurs.

Entre ces Diacres Etienne se distinguoit par des dons éclatans , par ses miracles, & par la force de ses Discours. Des Juifs Hellenistes de diverses Synagogues entreprirent un jour de disputer contre lui. Mais les confondus

par la fågesse & la force de ses réponses, ils apofterent de faux témoins pour l'accuser dans le Conseil. Il y parut plein d'une grace & d'une Majesté Angelique. Le Souverain Sacrificateur lui ayant demandé s'il étoit vrai, qu'il eût blaspheme contre le Temple & contre la Loi, il fit cette belle Apologie, où après avoir représenté aux Juifs, & les graces de Dieu envers leur Nation & leur ingratitu.de, il finit fon discours par ces paroles : Gens inflexibles , incirconcis de coeur & d'oreilles, vous ne cessez de résister au St. Esprit, & en cela vous faites comme ont fuit vos Peres. Y a-t-il eu quelque Prophete qu'ils n'ayent persecuté ? Ils ont fait mourir ceux qui prédisoient l'avénement du Juste que vous venez de livrer & de mettre à mort. A ces mots les Juifs transportez de colere, grinçoient les dents contre lui, pendant que plein du S. Esprit, il vit la gloire de Dieu, & Jesus à sa droite. L'ayant déclaré publiquement, on le traina hors de la Ville & on le lapida. Ce fut le premier Martyr du Christianisme, qui donna à tous les autres l'exemple de prier pour leurs Persecuteurs, & leurs Bourreaux, comme avoit fait J. C. Act. VI.8-15. VII. 1-60.

Il s'éļeva environ ce teins-là une si grande persecution contre l'Eglise de Jérusalem, que tous les Disciples furent dispersez en divers lieux de la Judée & de la Samarie, de la Syrie, de la Phenicie, de l'Ifle de Chypre, &c. excepté les Apôtres. Un des principaux promoteurs de cette persecution fut un jeune homme, nommé Saul, de la Secte des Pharisiens, & qui ayant été élevé à l'Ecole de Gamaliel, n'avoit pas profité de la moderation de fon Maître. C'est ce même Saul aux pieds duquel les faux témoins contre S. Etienne avoient mis leurs habits, lors qu’on lapida ce Martyr; ce qui est une marque qu'il étoit compli.ce de cette mort. Saul après avoir ravagé l'Eglise de Jérusalem , trouvant que

fan

« PrécédentContinuer »