Images de page
PDF
ePub

late de permettre que, selon la coûtume, on cassât les jambes aux Crucifiez avant que ce Sabbat commençât, (a) de peur qu'il ne fût profané par le séjour de ces Cadavres. Pilate le leur ayant permis ,les Soldats cafferent les os des deux Brigards, qu'ils trouverent encore en vie; mais ayant remarqué que Jesus é toit mort, ils ne jugerent pas nécessaire de les lui casser, ce qui n'arriva point, comme on voit dans les Notes, fans une conduite secrette de la Providence. Un Soldat néanmoins ayant percé le côté de Jesus d'une lance, il en sortit du Sang & de l'Eau (b). Jean XIX. 31-37.

Sur le foir comme le Sabbat alloit commencer, un certain Joseph d' Arimathée Conseiller du Grand Sanhedrin, homme religieux, qui même étoit un des Disciples du Seigneur , & qui attendoit la consolation d'Ifraël, demanda permission à Pilate de faire emporter le Corps de Jesus pour l'ensevelir. Il étoit accompagné de Nicodeme, qui avoit apporté des Aromates pour embaumer le Corps du Seigneur. Pilate l'ayant permis, ils l'embaumerent & l'enseyelirent dans une grotte où Joseph avoit fait bâtir un sépulchre pour lui, & où on n'avoit jamais mis perfonne. Puis ayant fait fermer le fepulchre d'une grosse pierre, il s'en retourna à Jérusalem." Marie Magdeleine & l'autre Marie s'étoient trouvées-là, pour voir où l?on mettroit le Corps de Jesus. Matth. XXVII. 57-61. Marc XV.42-47. Luc XXIII. 54-56. Jean XIX. 37-42.

Le jour-dů Sabbat les Principaux de la Nation étant venus dire à Pilate , que Jesus, qu'ils traitoient d'Imposteur , s'étoit vanté de ressusciter le troisième jour, ils le prierent de faire garder soigneufement le Sepulchre jusqu'à ce temslà, de peur que les Disciples après l'avoir enlevé, ne publiassent qu'il étoit reffuscité. Pilate leur permit donc de détacher quelques Soldats de la Garde du Temple, pour les poster devant le Sepulchre. Ce qui fut executé, & on prit même la précaution d'appliquer le Sceau sur la pierre. Matth. XXVII.62-66.

Le lendemain avant le lever du Soleil Marie Magdelaine (c), Marie mere de Jaques & quelques autres femmes allerent au Sepulchre avec des Aromates, pour achever d'embaumer le Corps de Jesus, ignorant fans doute , qu'on y avoit mis des Gardes. Elles s'entretenoient en chemin sur le moyen de lever cette grosse pierre, qu'elles avoient vû mettre devant cette grotte, lorsque tout à coup il survint un tourbillon de vent. En même tems il descendit du Ciel un Ange qui óta la pierre, Jesús sortir du Sépulchre , y ayant laissé son linceul, & t'Ange s'affit sur le Tombeau: Ces femmes ayant donc trouvé le Sepulchre ouvert, elles y entrěrerent & furent ausfi

' surprises de n'y trouver plus le Corps de Jesus, que d'y voir aslis un Ange, qui leur parut comme un homme vêtu d'une robé d'une blancheur-éclatante. Etant sorties à l'instant de la grotte toutes pleines de frayeur de la vision, & d'inquietude sur le sujet du Corps de leur

Divin.

(a) On connoissoit par-là s'ils-étoient morts, dåla, ou, d'un mot Hebreu qui signifie frio ou on achevoit de les faire mourir.

fer, est la même que Marie soeur de Lazare, (b) Selon les Naturalistes ce Sang & cette & que cette femme pécheresse dont il est Eau se trouverent autour du Caur, dans ce parle Luc VII. 37. L'opinion de ceux qui qu'on appelle le Pericarde.

croyent que c'étoit trois personnes differen(c) il y a des Savans qui croyent , non sans tes, n'est pas non plus deftituée de vraizlerde beaucoup de vrai-semblance , que Marie Mag- blanco deleine, ainfi appellée, ou, du Bourg, Mago

Divin Maître, il leur apparut deux Anges, dont l'un leur annonça que Jesus étoit ressuscité, comme il l'avoit prédit

. Après les avoir fait entrer plus avant dans la grotte pour les mieux convaincre de la Résurrection de J. C., il leur ordonna d'en aller porter la nouvelle aux 'Apôtres

. Cependant les Gardes qui ayoient été témoins du spectacle , en furent tellement efrayez d'abord, qu'ils étoient comme morts'; ils se retirerent après s'être un peu rassurez. Matth. XXVIII. 1-7. Marc XVI. 1-7. Luc XXIV. 147. Jean XX. r.

Ces femmes étant donc parties, allérent raconter aux Apôtres tout ce qu'elles avoient vû & oui. D'abord ils regarderent ce récit comme une pure vision, mais Marie Mrgdelaine ayant pris Pierre & Jean à part, leur confirma qu'elle avoit vû le monument vuide, & que’li Jesus n'étoit pas ressuscité, il falloit qu'on eût enlevé son Corps. Il y en a qui croyent que Marie Magdeleine alla trouver Pierre & Jean, dès qu'elle eut vû que la pierre étoit ôtée, & que le Sepulcre étoit vuide, & qu'elle n'entendit pas le témoignage des Anges, qui ne parlerent aux femmes qu'après son départ. Ce qui s'accorde assez bien avec le récit de St. Jean XX. 2. , & l'incrédulité de. Marie sur le fait de la Résurrection. Alors ces deux Apôtres coururent du même pas au Sépulchre pour s'en éclaircir par eux-mêmes. Jean y étant arrivé le premier , & s'étant baissé pour regarder dans le monument, fans y entrer, il n'y vit rien autre chose, que le linceul, ou les bandes dont on avoit enseveli J. Ç.' Pierre y entra, & n'y vit aufli

que le même linceul , & le fuaire dont on avoit couvert la tête du Seigneur, plié à part *, Jean ayant encore jetté l'ail de tous côtez, fut convaincu du récit de Marie. Mais quoi qu'ils eussent été témoins de plusieurs résurrections que J. C. avoit faites, & qu'il leur eût souvent prédit la sienne propre, ils ne pouvoient encore s'en perfuader, jugeant seulement qu'on l'avoit enlevé. Il va paroître que Marie étoit aussi dans la même pensée, malgré ce qu'elle avoit vû elle-même. Les deux Apôtres s'en étant retournez, Marie Magdeleine qui étoit venuë avec eux resta au Sépulchre. Comme elle regardoit toute éplorée dans fa grotte , elle y vit deux Anges, vêtus de blanc, qui lui demanderent ce qu'elle avoit à pleurer. On a, dit-elle, enlevé le Corps de mon Maître, & je ne Jai on l'a mis. Elle n'eut pas plûtôt dit ces paroles que se retournant elle vit Jesus, mais ne le reconnoissant pas, elle le prit pour le Maître du Jardin, où étoit la grotte. Jesus lui demanda qui elle cherchoit, Seigneur, dit-elle, ji c'est vous qui avez ôté delà le Corps de mon Maitre, dites-moi , vous l'avez-mis, afin que je le fasse transporter ailleurs

. Mais. Jesus l'ayant appellée par son nom, elle revint à elle-même, & l'ayant reconnu , se jetta à ses pieds. Quoi qu'elle eût reconnu Jesus, à sa voix, & sans doute à son visage, cependant comme il arrive dans les combats entre l'espérance & la crainte, s'imaginant peut-être d'abord, que c'étoit un Fantôme, comme firent les Apôtres, lors qu'il leur parût marchant sur l'eau, & comme ils firent encore depuis, elle voulut le toucher pour fe micux convaincre que c'étoit hui t. Là-dessus, Jesus lui dit,

qu'il *. Ceci n'est pas inutilement remarqué. C'est t. C'eft la conjecture du P. Lami , qui ne pour ôter toute idée d'enlévement. Des Vo. paroît pas moins vrai-semblable que celle qu'on leurs font les choses avec précipitation. Voyez à fuivie dans la Note sur cet endroit. Harm, Sedulius.

P. 613

qu'il n'étoit pas besoin de le toucher, que c'étoit constamment lui, qu'il n'étoit pas encore monté dans le Ciel, comme elle pouvoit le croire, & lui ordonna d'aller annoncer sa Résurrection aux Apôtres qu'il appella ses Freres ; & de leur dire, qu'il monteroit bien-tôt dans le Ciel

. Ce qu'elle fit aussi-tôt; mais ils ne la crurent point encore. Jean XX. 9-18. Marc XVI. 10.

Pendant que Marie Magdeleine alloit trouver les Apôtres, selon l'ordre de J. C., il se montra aux autres femmes, qui étoient retournées au Sépulcre. Elles l'adorerent toutes tremblantes, mais il les rassura ,, & leur ordonna d'annoncer cette nouvelle aux Apôtres, & de leur dire de la part d'aller l'attendre en Galilée. "Matth. XXVIII.9, 10. Marc XVI.7.

Cependant quelques-uns des Gardes du Sépulchre étoient allez à Jérusalem y apprendre aux Souverains Sacrificateurs, tout ce qui s'étoit passé. Là-dessus ils afsemblerent le Conseil, où la résolution fut prise de donner aux Gardes une bonne somme d'argent, afin qu'ils dissent au Peuple que s'étant endormis, le Corps de Jesus avoit été enlevé par les Disciples, leur promettant de faire leur paix avec le Gouverneur. Les Soldats.exécuterent fidélement les ordres du Conleil

. St. Matthieu, qui raconte cette circonstance, dit qu'elle étoit encorepublique de son tems. Mais il est incertain , s'il parle du faux bruit de l'enlevement de J. C., ou de la fourberie des Juifs

. Matth. XXVIII. 11-15. Le même jour Jesus apparut à deux Disciples *, qui allant à Emmaus, s’entretenoient de tout ce qui s'étoit passé ces jours - là. Jesus les joignit , mais comme il étoit sous une autre forme qu'à l'ordinaire, & que d'ailleurs la Provi , dence avoit permis qu'ils eussent les yeux retenus. , ils ne le reconnurent pas, Leur ayant demandé dequoi ils s'entretenoient, ils répondirent, que c'étoit d'une chose trop publique pour qu'il pût l'ignorer. Nous parlions, dirent-ils, de Jesus de Nazareth, qui étoit un grand Prophete, de qui même nous attendions la délivrance d'Israël : mais que les Juifs ont crucifié; & même, ajoûterent-ils, quoi qu'il nous eût promis de ressusciter au bout de trois jours, ce terme est déja écoulé, sans que nous ayions vû l'effet de sa promesse. Il est bien vrai que quelques femmes, qui étoient allées à son Sépulchre, nous ont fort surpris, quand elles nous ont rapporté qu'elles n'y avoient plus trouvé son Corps, & que

même des Anges leur avoient dit qu'il vivoit. Quelques-uns des Apôtres y étant aussi allez ont bien trouvé le Monument vuide, mais ils n'ont point vû Jesus. Là-dessus Jesus-Christ leur ayant reproché leur pesanteur & leur incrédulité, leur prouva par les Prophetes, qu'il falloit que le Meslie souffrît la mort;&qu'en suite il ressuscitât pour entrer dans sa gloire. Comme ils s'approchoient du Bourg, Jesus pour les éprouver fit quelques pas, comme s'il eût voulu aller plus loin †; mais l'ayant instamment prié de demeurer avec eux, il le leur accorda. S'étant mis à table, il prit le pain & l'ayant béni , il le rompit & le leur donna. A cette occasion, qui fans doute les fit ressouvenir de l'insti

tution * L'un s'appelloit Cleophas , l'autre n'est pas d'amour, comme il avoit déja fait dans une nommé. Quelques-uns conjecturent que c'é- autre occasion, que de prendre une autre for. toit Nathanael ; d'autres que c'étoit Pierre, me, d'apparoître & de disparoître quand il lui fondez fur I. Cor. XV.5.

plaisoit. Ce sont des actes tout furnaturels, Il n'étoit pas moins permis à J.C. d'user qui ne doivent point être tirez à consequen. de cette espece de feinte par une dispensation ce.

TOM. I.

nn

[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small]

tution de la Sainte Cene, ils le reconnurent; mais il disparut aussi-tót. A l'égard des Disciples ils allerent à Jérusalem, où ils trouverent les autres Apôtres, qui les assürerent que Jesus-CHRIST étoit ressuscité, & qu'il avoit apparu à Pierre. De leur côté ils raconterent comment ils l'avoient reconnu dans la fraction du pain. Marc XVI.13. Luc XXIV.13-35.

Comme ils faisoient ce récit, Jesus lui-même leur apparut pendant qu'ils étoient à Table, les portes étant fermées, mais dans le trouble où les avoit mis cette apparition inopinée, ils crurent que c'étoit un Esprit. Sur quoi il leur montra les mains, fes pieds & son côté, pour les convaincre non-seulement qu'il n'étoit pas un Esprit, comme ils se l'imaginoient, mais que c'étoit lui-même qui avoit été crucifié. N'étant pas encore bien revenus de leur ravissement, il mangea en leur presence , pour achever de les persuader , & après leur avoir donné quelques enseignemens, il leur communiqua le Saint Esprit en soufflant sur eux, leur confirma leur vocation, à annoncer l'Evangile, & la remission des péchez par toute la Terre, leur promit de leur envoyer le St. Esprit en plus grande abondance, & avec plus d'éclat qu'ils ne le reçurent alors, & leur ordonna de demeurer à Jérusalem jusqu'à l'accomplissement de cette promesse*. Marc XVI. 14-18.Luc XXIV.36-49. Jean XIX. 24. Act. I. 4.

Comme Thomas ne s'étoit point trouvé à cette apparition, il ne voulut pas croire le récit que lui en firent les Apôtres. Si je ne vois , dit-il, les trous que les cloux ont fait à ses mains , & li je ne mets la main dans son côté, je ne le croirai point. Jesus s'étant donc encore trouvé huit jours après au milieu d'eux, les portes étant fermées, comme l'autre fois, il dit à Thomas qui étoit alors avec les autres, en lui montrant ses mains & son côté, Mettez ici vos mains & vos doigts, & ne soyez plus incrédule. Là-dessus Thomas s'écria , Mon Seja gneur & mon Dieu. Il faut remarquer ici en passant que l'incrédulité de Thomas & celle des autres Apôtres, sont à la verité une grande marque de leur foiblesse ; mais on doit adorer la Providence de Dieu qui l'a permise, afin qu'on ajoûtât d'autant plus de foi à leur témoignage. Jean XX. 20-29.

Jesus se montra ensuite sur le Lac de Tiberiade à Simon Pierre, à Thomas, à Nathanael, aux deux fils de Zebedée & à deux autres Disciples,en cette maniere. Comme Pierre alloit pêcher, les autres dirent qu'ils vouloient y aller aussi. N'ayant rien pris cette nuit-là, Jesus se trouva le matin sur le rivage, sans qu'ils le reconnussent d'abord, & leur demanda s'ils n'avoient rien à manger. Sur ce qu'ils répondirent qu'ils n'avoient rien, il leur ordonna de jetter leur filet. Ils prirent alors une si grande quantité de poissons qu'ils ne pouvoient le tirer à bord +. Jean plus attentif que les autres , ayant averti Pierre que c'étoit le Seigneur, Pierre fe jetta dans l'eau pour aller joindre Jesus, pendant que les autres tiroient le filet. Etant arrivés à terre, ils furent bien furpris de voir de la braise & du poisson dessus. Jesus leur ordonna d'apporter quelques-uns des poissons qu'ils avoient pris, & en mangea avec eux. Quand

ils * Il y en a qui placent cet ordre de demea. + Ce miracle étoit symbolique & désignoit rer à Jérusalem après l'apparition de J. C. en la quantité de conversions qu'ils feroient par Galilée. Ce qui leve la contradiction apparente la prédication de l'Evangile que J. C. compas entre cet ordre & celui d'aller en Galilée. re ailleurs à un filet.

[ocr errors][ocr errors]

Is eurent dîné, Jesus eut avec Pierre cet entretien, où il demanda

par

trois fois à cet Apôtre s'il l'aimoit. Pierre lui répondit aussi par trois fois, qu'il ne pouvoit pas ignorer combien il l’aimoit, puis qu'il favoit toutes choses. Là-dellus Jesus-Christ ayant tiré cette espéce de satisfaction de la triple abjuration de Pierre, il le confirma dans la vocation, en lui confiant par trois fois le foin de ses brebis. Puis lui ayant prédit, que, comme lui, il souffriroit le Supplice de la Croix pour sa cause, il lui ordonna de le fuivre. Pierre voyant que Jean suivoit aussi, dit à J. C.; Et celui-ci, que lui arrivera-t-il, ou, que ferat-il? A quoi Jesus lui répondit , que s'il vouloit que Jean vécût jusqu'à son glorieux avenement *, il

' ne devoit pas s'en mettre en peine. Cette parole mal entendue, fit courir le bruit parmi les Disciples, que Jean ne mourroit point, quoique J. C. ne se fût expliqué que conditionnellement. L'Evangeliste, qui rapporte ce fait, dit, que ce fut la troisième fois que J. C. apparut à ses Disciples. Ce qui ne peut s'entendre que d'une apparition aux Disciples en grand nombre, ou du troisième jour qu'il leur apparut, savoir plusieurs fois le jour même de la Résurrection, huit jours après Thomas y étant , & cette fois-ci. Jean XXI. 12-24.

Jesus ayant encore apparu à ses Disciples sur quelque montagne de Galilée t,

où il leur avoit commandé de se trouver, il leur donna dans le Ciel, & sur la Terre le même pouvoir qu'il y avoit eu lui-même, leur commanda d'inftruire les Nations, & de les baptiser au Nom du Pere, du Fils , & du St. Ef prit, & leur promit son aslistance jusqu'à la fin des Siècles. Matth. XXVIII. 16-20.

St. Paul parle d'une apparition à plus de cinq cens Freres, dont il y en avoit encore plusieurs vivans de son tems, d'une autre à Jaques en particulier, &d'une troisième aux onze. I. Cor. XV.4,5,6.

Quelques jours avant la Pentecôte les Disciples allerent à Jérusalem , selon l'ordre qu'ils en avoient reçû. J. C. leur apparut-là, & il leur ordonna encore d'y demeurer jusqu'à l'envoi du St. Esprit. Ce fut alors que toûjours prévenus de la pensée d'un Régne Temporel ils lui demanderent, si c'étoit dans ce tems qu'il rétabliroit le Royaume d'Israël. Il leur dit , que ce n'étoit point à eux à connoître des tems , & des momens dont Dieu s'étoit réservé la connoissance; qu'ils devoient se contenter de recevoir le St. Esprit , qui les éclaireroit plus qu'ils n'étoient alors, & qui les mettroit en état de lui rendre un témoignage authentique par tout l'Univers. Act. I. 6-8.

Après cela, il les mena vers Bethanie sur la Montagne des Oliviers, où, comme il leur donnoit fa Bénédiction, il fut enlevé à leurs yeux, dans le Ciel sur une nuée, & s'assit à la Droite de Dieu. Comme ils regardoient vers le Ciel, deux Anges leur dirent que leur Maître y avoit été élevé, & qu'ils l'en verroient descendre un jour, comme ils l'y avoient vû monter. Alors ils s'en retournérent à Jérusalem pleins de joye, & ils étoient sans cesse dans le Temple à

bénir Par cet avenement quelques-uns enten † Il y a des Savans qui croyent, que c'étoit dent la vengeance que J. C. tira des Juifs, par quelqué endroit de la montagne des Oliviers la destruction de Jérusalem , qui est souvent qu'on appelloit Galilée , sans qu'on en sache désignée sous le nom d'avenement du Fils de la raison. t'homme, St. Jean survecut à cet événement,

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »