Images de page
PDF
ePub

Dela Cir

les animaux devoienc être offerts en Holocauste, supposé qu'ils fussent.purs, autrement il auroit fallu les échanger. Ce sentiment eft confirmé, parce que dans l'execution de ce Væu l'Histoire nie dit pas un seul mot d'Holocauste. Omillion qui ne paroît point naturelle si ce Sacrifice se fût executé. Au contraire, il n'y est parlé que de la virginité de la fille de Jephté. Elle alla pleurer avec ses compagnes de s'y voir condamnée ; & les filles d'Israël alloient célébrer tous les ans pendant quatre jours cet évenement. La seule difficulté qui se présente ici, c'est la consternation de Jephté à la rencontre de sa fiile. Il déchira ses habits & fit de grandes lamentations. Mais si on considere le génie de ces siècles on trouvera que Jephté n'ayant que ce seul enfant, c'étoit une assez grande affliction pour lui de se voir privé par ce Vou de l'esperance d'une pofterité, & que ce n'étoit pas un acke médiocre de sa pieté & de la reconnoissance, que de ne la pas racheter, comme il pouvoit le faire. Cependant on ne veut point prendre parti dans cette question, & on aime mieux en laisser la décision aux Savans. Revenons de cette digresion.

La Circoncision ne doit pas être omise dans le dénombrement des concilion.choses sacrées, puisque c'étoit en effet un Sacrement de la Reli

gion Judaïque, & un Sceau de l'Alliance de Dieu avec Abraham (a) Gen. & sa posterité (a). Il est constant néanmoins

que la Circoncision a été pratiquée par d'autres Nations, comme par les Egyptiens & (b) Hero. les Ethiopiens (b) mais dans des vûes , & avec des circonstances

differentes. C'est ce qui a donné lieu à une grande question touPhilo de chant l'origine de cette cérémonie. Nous n'avons pas dessein d'en

trer dans cette discussion. Que les Egyptiens l'ayent prise des Patriarches, ou que ceux-ci l'ayent prise des Egyptiens, il suffit que

Dieu l'ait adoptée, & qu'il l'ait même ordonnée, sous peine de (c) Gen. mort (c), pour la regarder comme une cérémonie d'institution di. XV M. 14. vine. Il est certain que J E S U S-CHRIST n'en fait

pas remonter (a) Jean l'origine plus haut que le tems des Patriarches (d). Quoi qu'il

en soit, c'est une des plus anciennes cérémonies de la Religion, & on peut la regarder comme l'avant-coureur de la Loi cérémonielle, ayant été instituée environ quatre cens ans auparavant. C'étoit un signe & une marque par laquelle Dieu voulut empêcher qu'un Peuple avec qui il avoit fait alliance, & dont il devoit faire sortir le Meslie, ne fut confondu avec les autres Peuples du monde. C'étoit aussi pour la posterité d'Abraham un mémorial cui lui mettoit sans cesse devant les yeux l'Alliance que Dieu avoid

traitée

XVII. 10,

I1, 12,

dot L.II.

C. 104.

Circumc. P. 624.

VII.22.

IV.nr.

(c) Rom. IV.12.

VIII.8.

VII. 8.

traitée avec ce Patriarche', aussi-bien que son obeissance & sa foi. En un mot c'étoit le Sceau de la justification d'Abraham. Car il faut bien remarquer que, comme le dit St. Paul (a), ce Pere des (1) Rom. croyans ayant été justifié, lors qu'il étoit encore incirconcis, il ne le fut pas en vertu de la Circoncilion, & qu'elle n'en fut que le figne. C'est à quoi les Juifs ne prirent pas garde. Au lieu d'imiter la foi & la pieté de leur pere, ils croyoient être justifiez par la Circoncision (b), & ils s'en faisoient même un sujet de vanité (c), (b) Aa. au lieu de s'en faire un motif d'émulation, comme Jesus-Christ XV.1. le leur représente (d).

Quand Dieu donna sa Loi au Peuple d'Israël, il renouvella l'or- (d) Jean donnance de la Circoncision, & elle devint un Sacrement de la Religion Mosaïque. C'est pourquoi St. Etienne (e) l'appelle l'Al. (e) A A. liance de la Circoncision , & c'est ce qui fait dire à JE SU S-CHRIST, que c'est Moïse qui a donné la Circoncision, quoi qu'elle vînt des Patriarches. Alors outre les vuës que l'on a déja marquées , cette institution en avoit plusieurs autres, par rapport au Peuple d’lfraël. 1. C'étoit un engagement solemnel & si indispensable à observer tout le reste de la Loi, que la Circoncision ne servoit de rien à ceux qui ne l'observoient pas (f). Delà vient que dans l'E-(f) Rom criture le Judaisme est souvent appellé la Circoncision (g), & les 11:25 Juifs, ceux de la Circoncision (h). Ce qui fait dire à St. Paul, 111. 1. 30. que quiconque se fait circoncire est obligé de garder toute la Gal. 11.7. Loi (i), & delà vient ausli que se faire circoncire, &, observer la Loi sont des choses paralleles (k). 2. C'étoit une cérémonie par J.C.eit laquelle non-seulement les Juifs, mais tous les étrangers devoient Miniltro êcre nécessairement initiez à la Religion, & sans laquelle nul n'en- de la Cirtroit dans le Corps de la Nation (1). Il n'étoit permis à personne fion, 'Act. de célébrer les Fêtes, & en particulier la Pâque, s'il n'étoit cir-X. 45, concis. Il est dit dans le Livre d'Esther (m), que plusieurs des Gentils se firent Juifs, ou judai serent. Les. Septante ont tra- (k) AA. duit dans cet endroit furent circoncis & judai serent, ce qui mar

(1) Exod. que que c'étoit par-là qu'on étoit initié au Judaisme *. Ceux des XXXIV. Enfans d'Israël qui étoient dans le Desert, n'y ayant pas été cir- 34,3 concis, Josué les initia par cette cérémonie avant qu'ils entrassent VIII.17. dans la Terre promise, & quand elle fut faite, Dieu leur dit qu'il avoit ôté de dessus' eux l'opprobre de l'Egypte (n), c'est-à-dire, que 0.4,5,6.

desor-9. * Delà vient que l'enfant qui étoit circoncis étoit appellé l'époux, parce qu'alors il étoit, pour ainsi dire, marié avec Dieu & avec son Eglise,

Tom. I.

(h) C'est

ainsi que

3.

XV.5.

[ocr errors]

VII. 18.

desormais ils devoient être le Peuple de Dieu , & plus les escla ves de l'Egypte. C'est à cela sans doute que St. Paul faisoit allusion lors qu'il disoit aux Gentils d'entre les Ephesiens qui avoient été convertis à l'Evangile, qu'étant incirconcis, ils étoient exclus de la République d'Ifraël. 3. La Circoncision étant une profesfion publique du culte du vrai Dieu, étoit en même tems une efpece d'abjuration ou de détestation de l'Idolatrie. Delà vient

que pendant la persécution d'Antiochus, les Payens faisoient mourir * 1. Macc. les femmes qui circoncisoient leurs enfans * & que ceux d'entre 1.63.

les Juifs qui le faisoient Payens ôtoient , autant qu'il étoit possi. Jor. Ant. XII. 7. ble, les marques de la Circoncision. Comme la Circoncision étoit

une profeflion du Judaïsme, quelques-uns de ceux d'entre les Juifs. qui embrassoient la foi Chrétienne se croyoient obligez à cette su

perstition scandaleufe, sur tout par rapport aux Juifs. Ce que Sc. (2) I. Cor. Paul défend expressément (a). Enfin la pratique de la Circon

cision avoit aussi des vûës mystiques par rapport aux moeurs. Elle (b) .Pier. étoit comme le Baptême (b) un symbole de pureté & de fainteté.

Delà ces phrases Circoncire le prépuce du cæur, la Circoncision du (C) Deut. cæur , la Circoncision qui n'est point faite avec la main (c). Il

paXXX.16

. roît par un beau passage de Philon (d), que les Juifs n'ignoroient Jer. IV. 4. pas ce mystère.

Voici les principales choses qu'il y avoit à observer dans la CirII.11.Act. concision. 1. La Loi avoit ordonné expressément de circoncire caPlin, chaque enfant mâle le huitième jour (e). La raison de ce terme

étoit sans doute, qu'on ne pouvoit pas le faire plûtôt, parce que

selon la même Loi (f), la mere d'un enfant mâle étoit fouillée XVII. 12. pendant sept jours après l'avoir mis au monde, & par conséquent (f) Lev. l'enfant auf. Il ne falloit pas non plus le faire plus tard, parce

que l'enfant ne pouvoit être trop-tôt consacré à Dieu. Les Juifs étoient si religieux à pratiquer cette cérémonie précisément ce jour-là, qu'ils le faisoient même quand il se rencontroit un jour de Sabbat, comme J E su s.CHRIST le leur fait remarquer pour

répondre aux reproches qu'ils lui faisoient d'avoir gueri un hom. (eJean

me le jour du Sabbat (8). C'est ce qu'ils appelloient chaser le Sabbat. Lors que quelque nécessité obligeoit ou à anticiper ou à differer la Circoncision, c'étoit une espece de malheur, & elle ne passoit pas pour aussi authentique, que celle qui se faisoit

le huitième jour. Aussi cette Circoncision differée ne chassoit-elle (h) Phi- point le Sabbat. C'est pour cela que St. Paul (h) regarde comlip. III. 5,

me un avantage considerable d'avoir été circoncis le huitième jour,

Rom.II.

29. Col.

de CirCHIC.

Gen.

XH. 3,

VII. 22, 23;

[ocr errors][merged small]

que c'é

comme on l'a dit dans la note sur cet endroit. Ausli Jean Baptiste, & JESUS-CHRIST furent-ils circoncis précisément ce jour-Luc 1.59. làt 2. Il paroît par l'Histoire de l'Evangile que c'étoit la coûtume que l'on donnât le nom à l'enfant le jour qu'il étoit circoncis, puisque Jean Baptiste & JESUS-Christ reçurent leurs noms le jour de cette cérémonie. On voit par la même histoire toic ordinairement le Pere qui donnoit son nom propre à l'Enfant, ou celui de quelcun de la famille.

3.

La Circoncision étoit regardée comme une cérémonie si nécessaire qu'elle se pouvoit faire en tout lieu, dans les maisons particulieres, aussi bien que dans les Synagogues , & par toutes fortes de personnes indifferemment, pourvû que ce fût un Juif, & qu'il fût capable de s'en acquitter. Il y avoit néanmoins un homme destiné & formé à cet office, &, il le faisoit en presence de plusieurs témoins & spectateurs pour rendre l'initiation plus authentique. 4. On ne fauroit dire, si du tems de notre Seigneur JESUS-CHRIST, c'étoit l'usage que l'enfant eût une marraine qui l'apportoit à la porte de la Synagogue, parce qu'elle ne pouvoit pas y entrer , & un parrain qui le tenoit pendant la cérémonie. Elle étoit accompagnée de prieres & de veux, suivie aufli-bien que précedée de grandes réjouisfances.

Autant que la Circoncision étoit nécessaire pendant que la Loi cérémonielle fubfifta , autant devint-elle indifferente & inutile, lors que cette Loi fut réellement abrogée par la destruction du Temple. Jusqu'à ce tems-là les Apôtres la tolererent, au moins à l'égard des Juifs convertis au Christianisme , mais ils défendirent expressément de charger de ce joug les Profelytes d'entre les Gentils. C'est pour cela que St. Paul qui en a beaucoup pressé l'in- 1. Cor. utilité & qui ne la fait consister que dans la regeneration dont elle CII

: 12 étoit le symbole , voulut néanmoins que Timothée fut circoncis VI. 15, par condescendance pour les Juifs , parce que la mere de Timo- na: thée écoit Juive, comme d'autre côté il ne voulut point que Tite

Gal. Il. 3. le fût, parce qu'il étoit Grec. En quoi cet Apôtre a donné à tous les siècles de l'Eglise un excellent modele , soit de condescendance, soit de fermeté dans la pratique, ou, dans l'omission des chofes indifferentes, selon la diversité des circonstances.

On croit généralement que le Baptême a succedé à la Circoncision, quoi que l'Evangile n'en dise rien. Il y a veritablement beaucoup de rapport entre l'une & l'autre cérémonie. 1. Le Baptême est le premier Sacrement de la Religion Chrétienne, com.

XVII. 3.

3. Gal.Ill. 27. 1. Pier.

me la Circoncision l'étoit de la Religion Judaique. 2. C'est

par Rom.V1. le Baptême que les Chrétiens sont consacrez à JE S U S-CHRIST,

initiez à la Religion Chrétienne, & reconnus publiquement pour VII.21. membres de l'Eglise. 3. Le Baptême est un symbole de la rége

neration de notre mort, & de notre résurrection spirituelle en Jesus-CHRIST. Mais il y a ausli quelques disparitez. 1. On administre le Baptême aux deux sexes *. 2. Il n'y a ni tems ni jours prescrits par l'Ecriture pour l'administration du Baptême : autrefois on baptisoit les adultes après les avoir inftruits, & quelquefois même le Baptême se differoit jusqu'à la mort. Usage qui pourtant est posterieur au siècle Apoftolique. 3: On n'employoit point l'eau dans la Circoncision. On lavoit à la verité soigneufement l'enfant, & celui qui devoit offrir se purifioit, mais c'étoit pour se préparer à la cérémonie, & non pas pour la cérémonie même, où le vin étoit employé & non l'eau. On ne se trompera donc pas si l'on dit que le Baptême tient de la Circoncision, & du Baptême des Proselytes dont on a parlé.

Des Temps Saerez.

Des Années.

VI.1.

Ayant que de parler des Fêtes des Juifs , il faut dire quelque chose de leurs Années, de leurs Mois, de leurs Sémaines, de leurs Jours & de leurs Heures. Autrefois les Hébreux comptoient les tems

par certaines Epoques mémorables. Comme 1. les vies des Pa(1) Gen. triarches ou autres hommes Illustres (a). 2. La fortie d'Egypte (b). Exod. 3. La construction du Temple(c). 4. Les années des Rois. 5. Le XIX. 1. commencement de la captivité de Babylone (d). 6. Le rétablissement Nomb. du Temple depuis le retour de cette captivité. Dans la suite, on 38. 1. Rois prit d'autres époques, comme les tems d'Alexandre le Grand &

des Monarchies qui se formerent du débris, & du partage de son () II. Chr. VIII.1Empire. Depuis que le Thalmud a été formé, les Juifs comptent dy Ezech.les Années par la Création du Monde. 21.XL,I.

Ils distinguoient une Année Sainte ou Ecclesiastique, & une (e) Exod. Année Civile. La premiere commençoit au mois de Nisan (e), auXII. 1, 2. trement d'Aviv, qui répond à une partie du mois de Mars, & à une partie de celui d'Avril, parce que c'étoit dans cette saison

que

les * L'Histoire nous apprend qu'il y a des femmes suivoient la condition. L'Evangile Peuples parmi lesquels les femmes recevoient ne reconnoit point ces fortes de différences la Circoncision. Mais sous la Loi on avoit qui sont purement politiques. principalement en vuë les hommes dont les

« PrécédentContinuer »