Revue de l'histoire des religions, Volume 9

Couverture
Maurice Vernes, Jean Réville, Léon Marillier, René Dussaud, Paul Alphandéry
Presses Universitaires de France, 1884
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 125 - XI, recueil de bulles de ce pape publiées ou analysées d'après le manuscrit original des archives du Vatican; — par M.
Page 317 - Ceux qui auront été intelligents brilleront comme la splendeur du ciel, et ceux qui auront enseigné la justice à la multitude brilleront comme les étoiles, à toujours et à perpétuité...
Page 316 - ... ils ont tous un même souffle, et la supériorité de l'homme sur la bête est nulle, car tout est vanité. Tout va dans un même lieu ; tout a été fait de la poussière, et tout retourne à la poussière.
Page 93 - ... rapidement. Dieu envoya à sa poursuite l'archange saint Michel qui réussit à lui saisir les pattes ; mais le serpent se dégagea par un violent effort, en les lui laissant entre les mains. L'archange les rapporta au Père Eternel qui souffla dessus et créa ainsi Eve ; voilà pourquoi la femme est perfide, et c'est aussi depuis ce temps que le serpent n'a plus de pattes 3.
Page 392 - La forme de guide que j'ai adoptée, m'a permis d'insérer, chemin faisant, beaucoup de renseignements que je n'aurais pu mettre dans un avant-propos. Chaque fois qu'un objet se présente appartenant à une classe nouvelle, j'ai saisi l'occasion qui s'offrait de rappeler l'usage auquel il servait, et les idées mystiques ou religieuses qu'on y attachait dans l'antiquité...
Page 392 - Égyptiens d'autrefois. Si, après avoir parcouru nos salles ce guide à la main, les visiteurs emportent avec eux une idée nette de ce qu'étaient l'art, l'industrie, les croyances religieuses, même la littérature de ce peuple étrange, le premier-né à la vie de l'histoire, j'estimerai n'avoir perdu ni mon temps ni ma peine.
Page 377 - Vosges manie hennequin troupes de musiciens qu'on entend quelquefois dans les airs, pendant les fraîches nuits de l'été et qui déchirent impitoyablement les personnes assez malheureuses pour en être aperçues.
Page 328 - Voici, je vais faire entrer en vous un esprit, et vous vivrez ; je vous donnerai des nerfs, je ferai croître sur vous de la chair, je vous couvrirai de peau, je mettrai en vous un esprit, et vous vivrez.
Page 44 - Laisse-moi au moins un frère, un frère par qui une sœur puisse jurer, i 3.
Page 94 - Janus, sous la forme d'un serpent. Ce reptile, roulé en cercle, et se mordant la queue, symbolisait à leurs yeux l'année et l'éternité. Il en était de même sur les monuments consacrés à Mithra, le dieu du soleil en Orient.

Informations bibliographiques