Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

cupe un poste éminent au ministère, et que le petit monsieur se croie un personnage. C'est bien assez de nous être publiquement porté son accusateur, dans un écrit signé, et distribué au nombre de cinq cents exemplaires, et à la chambre des pairs, et à celle des députés des départemens. Les rapporteurs furent MM. de Doudeauville et Benoit, tous deux directeursgénéraux, l'un des postes, l'autre des droitsréunis.

Mais quoi! des Anglais dans les bureaux de la marine! Que prétendent-ils? fouiller nos cartons; et on a la lâcheté de les leur ouvrir! Braves insulaires! vous tremblez donc encore? Le sage Colbert, l'ardent Seignelay, Louis xv, la meilleure tête de son cabinet, le maréchal de Saxe et ses projets de descente, toujours possible et inévi

mais privé d'une distinction qui ne distingue plus guère, comme a daigné nous l’écrire le président Bellart, nous voulons toutefois nous décorer nous - même, et, tout en plaignant ceux qui, payés par la nation pour faire leur devoir, ont négligé de le faire, saisir le burin de l'histoire et en appeler à la postérité. Cette intention, au reste, nous l'avons notifiée au président de la chambre des députés, Ravez. Nous ne désirions qu’un ruban sans pension, et ce ruban cncore, qu'on a l'injustice de nous dénier, nous n'y tenions, que parce qu'il sent la poudre, et que nous l'avons plus que mérité.

се

table, l'auguste Louis xvi, et ses vaisseaux protecteurs de l'indépendance américaine, l'ombre même de la marine française, si lâchement abandonnée par vous, et si horriblement massacrée à Quiberon, portent encore la terreur et l'effroi dans vos âmes mercantiles, boutiquières et calculatrices! Oui, tremblez! la France n'est pas veuve de tous ses héros! Vous le respecterez, le pavillon sans tache! et vous le respecterez, malgré vous ! Les forêts de la France sont encore debout, et, pour abattre votre orgueil gigantesque, un mot suffit, mot magique, l'ABORDAGE ()!

Cependant, que produira, pour la France, ce concours alligeant de circonstances plus affligeantes encore ? des malheurs, et des malheurs que l'apparence seule du courage aurait pu éviter. Au temps de la république, comme nous

) Un moyen sûr d'imposer à l'Angleterre sur mer ( sur terre les moyens sont connus), serait de n’employer que des frégates, et même des bâtimens de moindre dimension, mais excellens voiliers, et de donner aux équipages tout ce qu'ils pourraient prendre. Vingt hommes choisis parmi les maîtres d'armes et les prevôts de chaque régiment, seraient bientôt millionnaires. Et les amateurs-volontaires !... Cette idée a été suggérée à Bonaparte, qui a commis la faute de ne pas lui donner toute l'attention qu'elle méritait. ..... Uno avulso, non deficit alter.

Ving.

l'avons remarqué plus haut, un bonnet rouge suffisait pour faire obtenir un commandement; de nos jours, on a vu l'inexpérience présomptueuse compromettre, et le nom français, et l'honneur du pavillon, et l'existence d'infortunés compatriotes. On demande des preuves? bornons-nous à citer le naufrage de la Méduse (TM), abandonnée, par son propre capitaine, dans les eaux du Sénégal. Nous ne pouvons plus écrire: Anvers est perdu pour la France: l'herbe croît dans les rues de Brest, de Lorient, de Cherbourg, de Rochefort et de Toulon!...

GRÈCE MODERNE. — CANARIS (CONSTANTIN) MET

LE FEU AU VAISSEAU AMIRAL TURC.

« O douleur! jour fatal de l'esclavage! je n'ai . plus de consolation que dans mes larmes, » disait

la Grèce à l'étranger, dans une de ces Messéniennes, qui retentissait, naguère encore, au fond

) Les annales de la marine offrent peu d'exemples d'un naufrage aussi terrible que celui de la frégate la Méduse. Deux infortunés, miraculeusement échappés à cette catastrophe, se sont imposés la tâche pénible et délicate d'en retracer toutes les circonstances. Ce sont MM. A. Corréard, ingénieur-géographe (libraire), et H. Savigny, chirurgien de marine ( médecin ).

des vallées du Taygète.... Et l'étranger, insensible aux plaintes de la terre de Pélops, racontait å l'Europe civilisée par les arts d'Athènes, que la Hellade ne renaîtrait jamais de ses cendres. « Les Grecs ont tout perdu, les sciences, les lettres, la valeur, les palmes, les couronnes et les vertus de leurs ancêtres. Le soleil ne promène plus son char sur les campagnes du Péloponèse, que pour éclairer un peuple perfide et avili. Ses rayons n'échauffent maintenant qu'un ramas de brigands dans les vallées de l'Épire. La Thessalie, veuve de ses centaures guerriers, a vu périr jusqu'à ses cavales bondissantes, que l'Aquilon fécondait de son souffle, pour engendrer des coursiers généreux. Athènes n'est habitée que par une populace babillarde, pareille aux oisifs du Pnyx et de l'Agora. Olympie n'a jamais existé!

. » On a voulu me vendre, pour seize mille piastres, la plaine de Marathon, » s'écriait le Barde des sauvages harmonies ; et, trompée par la voix de l'erreur, l'Europe, plus empressée à condamner un peuple infortuné, qu'à compatir à ses maux , disait : « La Grèce tout entière est descendue dans la tombe (1). » Paroles impies! Quel être dégradé et indigne du nom d'homme a pu

(1) POUQUEVILLE, Histoire de la Grèce.

les prononcer? Qui, enfin, a pu les entendre sans frémir d'une juste indignation? l’égoïste et le despote, misérables synonymes, qui souillent les dictionnaires des nations civilisées.

Non! la Grèce est toujours l'auguste et fidèle dépositaire du feu sacré, qui, ravi au ciel par Prométhée, pour animer son ouvrage, a versé et versera encore sur le monde des torrens de cette lumière bienfaisante que seuls redoutent les méchans. Antique patrie des talens, du goût et des lettres, la Grèce, cette terre classique des sciences et des arts, est trop grande aujourd'hui, pour que le succès ne couronne pas les efforts généreux , qu'elle fait, depuis long-temps, pour sortir de la barbarie dans laquelle on voudrait la retenir plongée.

Peuples de l'Occident, de quel droit vous opposeriez-vous à ce qu'une contrée, jadis si florissante, recouvrât au moins quelques parcelles du noble héritage qu'on lui a enlevé, et dont vous avez recueilli les précieux débris ? Ouvrez son histoire ancienne, chaque page est un monument d'héroïsme; ses annales modernes sont plus belles encore. Miltiade, Léonidas, Thémistocle et Trasybule revivent dans des successeurs dignes de leurs hauts faits. C'est toujours Marathon, les Thermopyles, Salamine, la haine du

« ZurückWeiter »