Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

corps palpitans d'infortunés camarades, se disputent la gloire de venger leur trépas. Pendant un quart d'heure la poulaine est le poste d'honneur. On voit jusqu'à des mousses, des enfans de dix ans, oublier le service des gargousses, saisir le boute-feu, et lancer gaiement la foudre sur les tyrans des mers.

Descendons au poste du chirurgien : des morts · et des mourans en encombrent l'entrée. Malheur

au blessé qui peut s'y trainer seul, si l'expérience ne l'a pas encore prémuni contre la dent du moribond! De nouvelles cicatrices l'attendent, résultat inséparable des plus cruelles angoisses.

Au milieu de nobles victimes des fureurs de la guerre, apparaît un génie bienfaisant. Ce saint Vincent de Paul de la marine, c'est Chappon ( d'Avranches ), qu'accompagne le fidèle Savary.

Nu jusqu'à la ceinture, embrasé de cet amour patriotique, de ce sens intime et national qui porte les heureux possesseurs de la science à prodiguer généreusement des secours à leurs compatriotes, Chappon rappelle Hippocrate rejetant les offres de l'Asie, et méritant d'Athènes.

Le lit, disons mieux , le cadre de douleur est dressé, le tourniquet est mis en usage, le scalpel sépare les chairs, et la scie... Affreuse, mais né

tou

cessaire opération, quel mot pourra jamais te rendre! Les malheureux amputés, dans leur désespoir, invoquent la mort, la mort préférable peut-être au regret d'avoir perdu un membre.

Glissons sur la description des deux grandes chambres du vaisseau tout-à-coup changées en hôpital ; mais ne glissons pas sur l'attention qu'eut Chappon d'y faire placer, sans distinction quelconque, le matelot et l'officier, le mousse et celui qu'il servait. Tous sont égaux dans la nature; tous sont égaux surtout quand ils ont été prodigues de leur sang dans l'intérêt de la patrie.

Cependant, saturées de combats, avariées dans leurs manoeuvres, épuisées de forces et succombant à la fatigue, les flottes française et anglaise, à la voile, et dans des directions différentes, s'éloignent insensiblement du champ de bataille, sans trop se mettre en peine de ce que deviendront les sept vaisseaux français entièrement désemparés, et ras comme des pontons.

L'intention apparente de Villaret-Joyeuse était de les tourner, au point du jour, et de les remorquer; mais les Anglais, profitant du crépuscule et de l'approche de la nuit, tombèrent sur eux, à l'improviste, et les amarinèrent

Ainsi dans cette journée qui coûta aux Anglais plusieurs vaisseaux et beaucoup d'hommes, la France perdit par la faute, et la faute seule de Jean-Bon-Saint-André, le Vengeur, qui coula; le Juste, l'América , l' Achille, le Northumberland, le Sans-Pareil et l'Impétueux, qui brûla depuis dans le port de Portsmouth.

Le reste de l'armée, après avoir inutilement, pendant cinq heures consécutives, poursuivi et chassé, en leur offrant le combat(*), dix-sept vaisseaux que, à leur måture, leur coupe, et surtout

(*) Cette division anglaise cinglant et fuyant à pleines voiles vers les côtes du Portugal, n'avait probablement aucune connaissance du combat du 13. Sans cela il lui eût été facile, à l'aide de longues-vues, d'apercevoir le délabrement de la flotte française, et surtout le trois-pont le Terrible remor‘qué, et dont la mature consistait en des perches supportant des ombres de voilure.

Honte éternelle au commandant de cette division ! En pareille circonstance Jean-Bart eût battu le briquet; et La Motte-Piquet * assuré à l'artiste fabriquant ses perruques un brevet de continuation.

* La Motte-Piquet est un de nos plus braves marins. Ses manies même sont respectables. Il était Français jusqu'au delà des ongles. Dans ces momens d'impatience, que rien ne peut arrêter , il prenait sa perruque et la jetait au visage du premier venu qui le contrariait. On le vit même , saisir sa coiffure, et, trépignant et la broyant sous ses pieds, apostropher son vaisseau, ct dire : « Coquin! tu ne marches pas, et tu t'appelles l'Invincible ! »

Flegmatiques Anglais, que pensez-vous de notre La Molte-Piquel?

[ocr errors]

CI

leur beaupré, on reconnut pour anglais, et dont aucun n'osa arborer son pavillon, le reste de l'armée mouilla dans la rade de Berthaume, et c'est là que furent amenés de Brest les mâtures, les voiles de rechange et notamment le nouveau gouvernail de la Montagne.

Villaret Joyeuse voulait remettre en mer; mais Jean-Bon-Saint-André manifesta hautement, et sur le pont, et en présence de l'équipage, des intentions contraires. Jean-Bon-Saint-André avait revu l'hôtel Saint-Pierre, goûté le pain blanc, savouré les délices du proconsulat, médité sur Verrès, et, suivi de Verteuil, prononcé ces paroles mémorables : « Villaret! maintiens la discipline, à la Romaine. »

La flotte, sur les ancres, resta donc au mouillage de Berthaume, et les blessés furent transférés à Brest, à l'hôpital Saint-Louis, ainsi qu'à sa succursale le Petit-Couvent; mais un spectacle admirable, et au-dessus de tout éloge, c'était de voir les habitans du premier port du monde rivaliser entre eux d'humanité, attendre les embarcations, et s'arracher les braves pour les conduire dans leur propre lit, où tous reçurent des mains de l'opulence et du patriotisme, les soins que les dames de la ville prodiguèrent avec tant de délicatesse à des êtres inconnus, si toutefois

HISTOIRE DE LA MARINE.

400

on peut être inconnu, quand on a l'honneur d'être né en France ().

*) Pensant qu'il n'existe personne , soit en France, soit à l'étranger, qui puisse trouver mauvaise l'expression d'une vertu connue en Europe sous le nom de reconnaissance, je témoigne ici ma gratitude la plus entière et la plus absolue à tous ceux qui m'ont prodigué leurs soins et leurs consolations dans les six semaines de maladie grave que j'ai essuyée par suite de blessures reçues le 13 prairial.

BOUVET DE CRESSÉ.

[graphic][subsumed]
« ZurückWeiter »