Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

Au milieu du fracas de l'artillerie de la Montagne (cent vingt bouches à feu), cette détonation fut peu sensible; mais le contre-amiral, et non le vice-amiral, comme l'a faussement imprimé le romancier Charles Lacretelle ), Louis-Thomas Villaret-Joyeuse avait involontairement tourné la tête. Le Noble (de Granville), aspirant de marine, du poste élevé qu'il occupe près du grand mât, remarque ce mouvement, et le communique au chef d'imprimerie de l'escadre, Bouvet, qui, quoique blessé et le bras gauche en écharpe, demande de suite au général la permission de balayer le pont de la Reine-Charlotte. « Saisissez la lame; mais vous vous ferez tuer.— Je m'en f..., répond Bouvet. » Villaret sourit et lui serre la main.

Bouvet se glisse, monte de degrés en degrés (on tirait sur lui des hunes anglaises, et avec des espingoles, à demi-portée de pistolet), met le feu à la caronade de trente-six, à tribord, et a le bonheur de voir son audace couronnée du succès (**).

ma

(*) Aujourd'hui président de la société des Bonnes-Lettres, espèce d'académie bâtarde , étrange coterie où le mal dominë, et dont on peut dire, sans craindre de se troniper : Sunt bona , sunt quædam mediocria , pessima multa.

MARTIAL.

(**) Si le courage et l'héroïsme eussent suffi, nous aurions triomphé; l'amiral Villaret déploya toute l'habileté d'un ami

Cinq blessures, sans compter les trois autres qu'il vient de recevoir en bordant l'écoute de misaine, les balles qui criblent ses habits et percent son chapeau en trois endroits, cinq blessures sont la récompense de sa témérité.

L'effet de cette caronade, pointée contre le

ral expérimenté, et tout le sang-froid d'un homme de mer accoutumé à voir les plus grands périls en face. Son vaisseau (la Montagne), soutint à lui seul les feux combines de cinq vaisseaux anglais ; il vit tous ses officiers succomber autour de lui, et son bâtiment presque rasé; il eût même inévitablement été pris, si un jeune homme, nommé Bouvet de Cressé, imprimeur de l'escadre , qui avait déjà reçu trois blessures, n'eût offert à Villaret de balayer le pont du vaisseau amiral qui s'était beaucoup approché du sien. Autorisé avec attendrissement par son général, il saisit à temps le mouvement des lames de la mer, et, dans la situation la plus périlleuse, il mit le feu à une caronade de trente-six, dont l'effet fut si terrible sur le vaisseau de l'amiral Howe, qu'il s'éloigna à l'instant, et fit signe aux autres vaisseaux de le suivre. Bouvet de Cressé vit encore, et n'a point obtenu la crois-d'honneur.....*

Histoire de Franco, continuée par Buret de Long

champ, jusqu'au 1er janvier 1824. * Tant pis pour les ministres qui, payés par l'état , pour faire leur devoir, s'en remettent à des subalternes relativement à des choses dont leur conscience est responsable, sinon ici bas, au moins dans un meilleur monde, que je leur souhaite, du meilleur de mon cour, et le plus prochainement possible, notamment au sieur Molé.

BOUVET DE Cressé.

gaillard d'arrière de la Reine-Charlotte , et, si l'on peut se servir de cette expression, en quelque sorte déchargée au vol, est si prompt, qu'aussitôt l'amiral Howe hisse toutes ses voiles, prend chasse, fait signal aux siens de le suivre, et laisse l’immobile Montagne ( toujours vent dessus vent dedans ) entourée au loin de pontons, notamment à tribord, du Terrible, et couverte, au loin, de gaz phosphorescent, de débris de vaisseaux, de cadavres et de sang.

Cinq minutes s'écoulent; le feu cesse , et JeanBon-Saint-André, sortant de son trou (*), se traine, en rampant, et à pas mesurés, de batteries en batteries, de morts en morts, et reparaît tout radieux sur le pont.

La belle journée ! s'écrie Villaret en l'apercevant; et il lui montre sept vaisseaux français formant, à une lieue de distànce, une espèce de

[ocr errors]

Villaret annonce hautement la résolution de les secourir et de les faire remorquer. Jean-BonSaint-André s'y oppose. L'oscillation de sa longue redingote bleue, dégoûtante et sillonnée de suif

: (*) La fosse aux lions. C'est dans cet endroit que se cacha Jean-Bon-Saint-André, tapi sur une caisse de chandelles, que avoisinaient des câbles encore humides et gluans de brai.

Conn

et de goudron, décèle la honteuse conduite du Thersite de Montauban.

Tous frémissent indignés : on parle même de jeter à la mer le représentant du peuple, et déjà vingt bras s'avancent pour le saisir, quand Villaret ordonne de hisser la misaine, et sauve, par cette manouvre, qui rappelle chacun à son poste, la vie à Jean-Bon-Saint-André.

() Villaret, modèle des braves, héros trop méconnu de ton ingrate patrie, pourquoi n'as-tu pas feint au moins de céder à l'impulsion générale? L'Océan eût enseveli le complice de Robespierre, ses forfaits et sa félonie, et toi-même, après la conduite la plus honorable et dans ceite journée, et à la Martinique, tu n'eusses point laissé ta dépouille mortelle aux rives de Venise! Toulon, aujourd'hui oui, Toulon et Mayence te voteraient des autels!

Témoin et acteur dans la catastrophe du 13, continuons à parler le langage de la postérité; traçons rapidement la suite des événemens à bord de l'amiral français, et, marquant la position exacte des sept vaisseaux abandonnés par l'ordre d'un homme qui tenait sous son pouvoir despotique la vie et la mort de ses semblables, un tribunal révolutionnaire, des jurés, des juges et des bourreaux, ne craignons pas de l'attaquer sans ménagement, et de le marquer du sceau de la réprobation. Nos armes sont celles de la vérité : qu'aurait donc de commun avec nous, tout ce que renferment de mensonger les rapports de Jean-Bon-Saint-André et de Barrère de Vieuzac à la convention nationale.

La dunette, les galeries de la Montagne, horriblement mutilées, font frémir de réflexion à la vue des traces de l'incendie qu'ont heureusement arrêté le zèle, l'ardeur et surtout le sang-froid de l'équipage.

Les bouteilles, les coffres des chambres sont méconnaissables, et tout ce qu'ils renfermaient git épars çà et là au milieu de fusils, de pistolets et de sabres d'abordage qu'on a eu l'imprudence de laisser en place sur un bord vide de filets.

Des canons sont démontés; d'autres sont fendus à leur bouche, par des globes ennemis que le basard y a introduits ; plusieurs boutons de culasses même, arrachés par une force irrésistible, ont doublé l'action du boulet. Les gaillards d'arrière et d'avant, la chaloupe, les canots qu'elle encaisse sont percés à jour.

Cinq fois de suite, à bâbord et à tribord , les canonniers des pièces de chasse ont été tués, et, sans que l'ordre ait été donné de les remplacer, de nouveaux braves leur succèdent, et, sur les

« ZurückWeiter »