Guerres maritimes sous la république et l'empire: avec les plans des batailles navales du Cap Saint-Vincent, dÁboukir, de Copenhague, de Trafalgar et une carte du Sund dressés et gravés, Band 1

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 131 - On prétend, ajoutait-il en 1796, que l'Espagne a consenti à fournir à la république française 14 vaisseaux de ligne prêts à prendre la mer. Je suppose qu'il s'agit de vaisseaux sans équipages, car les prendre avec un pareil personnel serait pour la république le plus sûr moyen d'en être promptement débarrassée. Dans le cas où ce traité amènerait la guerre entre nous et les Espagnols, je suis sûr que l'affaire de leur flotte sera bientôt faite, si elle ne vaut pas mieux que celle...
Seite 226 - J'ai parlé de cette affaire avec quelqu'uns des capitaines de l'avant-garde. Tous sont convenus avec bonne foi que, dans le moment où ils étaient le plus vivement chauffés par l'ennemi, ils n'ont jamais espéré de secours des vaisseaux de l'arrière-garde ; et que la perte de l'escadre a été décidée, du moment où les vaisseaux anglais ont pu nous doubler par la tête.
Seite 96 - ... science pyrotechnique a fait d'immenses progrès, on peut se demander encore si les boulets creux méritent bien réellement l'effrayante réputation qu'on leur a faite, et si le tir plus rapide et plus sûr des projectiles pleins n'est point encore celui dont l'efficacité demeure le mieux établie (2). Ce qui manquait à nos escadres en 1795, c'étaient moins des moyens de destruction formidables que l'art de s'en servir; c'était moins le matériel que le personnel, et, dans ce personnel,...
Seite 225 - Dans une lettre que j'écris au ministre de la marine, lettre nullement provoquée par aucun procédé du gouvernement à mon égard, et dont je diffère encore la remise, je dis qu'il n'ya que la malveillance, la mauvaise foi ou l'ignorance la plus prononcée qui ait pu avancer une pareille absurdité.
Seite 228 - Nos équipages sont très - foibles en nombre et en qualité d'hommes; nos vaisseaux sont en général fort mal armés, et je trouve qu'il faut bien du courage pour se charger de conduire des flottes aussi mal outillées. . ... Je ne crois pas devoir entrer dans de plus grands détails sur notre situation; vous êtes marin, et vous sentirez mieux notre position, que je ne pourrois vous la dépeindre.
Seite 131 - On prétend, disait-il en 1796, que l'Espagne a consenti à « fournir à la République française 14 vaisseaux de ligne « prêts à prendre la mer. Je suppose qu'il s'agit de vaisseaux « sans équipages, car les prendre avec un pareil personnel « serait pour la République le plus sûr moyen d'en être « promptement débarrassée. Dans le cas où ce traité...
Seite 159 - composait d'hommes entièrement étrangers à- la naviga« tion, recrutés depuis quelques mois dans la campagne ou « dans les prisons, et qui, de l'aveu même des historiens « anglais, lorsqu'on voulait les faire monter dans le gréement, « tombaient à genoux, frappés d'une terreur panique, et
Seite 213 - Les chaloupes employées à renouveler l'approvisionnement d'eau des vaisseaux sont à terre avec une partie des équipages, et des quatre frégates que possède Brueys aucune n'est employée à croiser au large pour explorer l'horizon et signaler de loin l'apparition de l'ennemi. Aussi ces deux nouvelles éclatent-elles comme la foudre au milieu de la flotte surprise : L'ennemi est en vue! l'ennemi approche et se dirige vers la baie ! Le combattra-t-on sous voiles? Un seul...
Seite 131 - D'ailleurs ils sont lents et manquent d'activité. » — « On prétend, ajoutait-il en 1796, que l'Espagne a consenti à fournir à la république française 14 vaisseaux de ligne prêts à prendre la mer. Je suppose qu'il s'agit de vaisseaux sans équipages, car les prendre avec un pareil personnel...
Seite 97 - Ça ira, les équipages se sont conduits avec une intrépidité peu commune, et je suis convaincu que ce revers, dont ils ont été eux-mêmes à portée d'apprécier les causes, ne fera qu'ajouter à leur énergie. Il ya beaucoup de bonne volonté parmi les officiers, mais je ne puis vous dissimuler qu'elle n'est soutenue ni par l'expérience ni par une capacité suffisante, au moins pour la plupart.

Bibliografische Informationen