Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

elle n'a pas pu la révoquer, quand elle a jugé qu'il en abusoit. Car si elle a pu lui donner une mission légitime , elle étoit l'église de Jésus-Christ , & par conséquent juge de la doctrine de Luther; cet héréfiarque n'a donc pas pu s'ériger en juge de la doctrine de l'église romaine ni s'arroger le droit de l'excommunier ellemême.

Je dis de plus, que le fyftême de Dumoulin est insuffisant; car quand même Luther auroit eu une mission ordinaire il n'auroit pas pu la transmettre à ses disciples , puisqu'il n'étoit pas évêque, & que la mission ordinaire n'a jamais été conférée dans l'église, que par les apôtres & les évêques leurs fuccesseurs. Outre cela il faut remarquer que plusieurs pasteurs des églises réformées ont été créés par des laïques , qui sans doute n'ont pas pu conférer une mission divine qu'ils n'a

voient pas.

'Beze rapporte dans ses portraits , que de simples artisans dispersés çà & là, fonderent les églises protestantes de Metz, d'Orléans, de Senlis , d'Aubigny. Il raconte dans son histoire, que Pierre Le Clerc, cardeur , fut fait ministre de Meaux, par une troupe de cardeurs & de foulons, & que le premier ministre de Paris fut Maffon la Riviere, établi par des laïques. Dans

ce cas, dirent alors les principaux miniftres de la secte, cette élection', faite par des laiques, tient lieu de mission ordinaire : quel amas de contradictions !

Il est donc démontré que les fondateurs & les pasteurs des églises prétendues réformées , n'ont eu aucune mission, & pour reprendre tout l'objet de notre conférence, il est certain que l'église romaine a été fondée par Jésus-Christ même, & qu'elle est la seule société chrétienne dont les pasteurs tiennent leur mission de lui.

L E PROTESTANT. Je ne puis vous dissimuler , Monsieur , combien ces preuves me paroissent frappantes ,

& combien elles augmentent mon empressement pour ce que vous aurez à me dire dans les entretiens suivans.

[ocr errors][merged small]
[graphic][merged small]

TROISIEME ENTRETIEN. Seconde preuve que l'église catholique romaine

est l'église de Jéfus-Chrift, & que les sociétés

de la prétendue réforme ne le sont pas. Elle eft tirée de ce que l'église romaine a les

quatre caracteres diftinčtifs que les Symboles de la foi chrétienne attribuent à l'église de Jésus-Chrift, qui font, L'UNITÉ, LA SAINTETÉ

CATHOLICITÉ, L'APOSTOLICITÉ, &

que les sociétés de la prétendue réforme n'ont pas ces caracOn réserve pour l'entretien suivant ce qui

concerne la sainteté.

[ocr errors]

teres.

LE DOCTEUR, Il

L faut se réunir à l'église de JésusChrist : c'est une vérité que j'ai établie dans le précédent entretien, & vous êtes convenu qu'on ne pouvoit en douter.

Or, ai-je ajouté, l'église romaine est l'église de Jésus-Christ, & les sociétés de la prétendue réforme ne peuvent se flatter de rêtre. Je vous en ai donné une preuve tirée de ce que l'église catholique romaine a été fondée par Jésus-Chrift, &t qu'elle

est la seule société dont les pafteurs aient une mission divine. Vous avez paru satiffait de cette premiere preuve. Je vous en ai annoncé d'autres également décisives. Voici donc la seconde preuve.

L'église de Jésus-Christ a des caracteres qui la distinguent de toute autre fociété, des propriétés qui ne peuvent convenir qu'à elle seule.

Or, c'est l'église romaine qui a ces caracteres & ces propriétés : les sociétés de la prétendue réforme ne les ont pas.

L'église romaine est donc l'église de Jé sus-Christ, & les fociétés de la prétendue réforme ne peuvent l'être. C'est ce qui doit nous occuper aujourd'hui.

Dieu ayant ouvert la voie du falut aux hommes, dans son église & par son église, il falloit , sans doute, qu'elle eût des marques diftin&ives qui la fiffent connoître & respecter.

LE PROTESTANT. Oui, Monsieur, je conçois bien qu'il faut que l'église de Jésus-Christ ait des caracteres & des marques qui puissent la faire connoître. Mais quelles feront ces marques C'est un premier point qu'il me femble bien important de déterminer : car se méprendre ici sur ces marques, ce seroit cous rir grand risque de fe méprendre sur la

chose même. Pour aller àu plus sûr, ne devrions - nous pas nous en rapporter principalement aux apôtres. Vous m'avez fait remarquer qu'ils avoient inféré dans le symbole de foi qu'ils ont dressé, ce qu'on doit croire touchant l'églite; je trouve qu'ils lui ont donné deux caracteres particuliers ; ils l'ont appellée sainte & catholique. Ne feroient-ce pas là deux des caracteres dont vous voulez parler ?

L E DOCI EU R. Vous raisonnez très-juste, Monfieur, Voilà déja deux caracteres distinctifs de l'église de Jésus-Christ: mais il encore deux autres formellement ajoutés au symbole de la foi chrétienne par le concile de Constantinople.

Ce fut dans ce second concile acuménique, tenu l'an 381, vers le commencement de l'empire du grand Théodose, que l'église de Jésus-Christ fut appellée #ne, Sainte, catholique. & apoftolique. Les peres du concile ajouterent donc l'unité & l'apostolicité. L'unité qui étoit déja en quelque façon renfermée dans le symbole des apôtres , puisqu'il n'y est parlé que d'une église : » Je crois en l'église , in ». ecclefiam », mais qu'il étoit convenable d'énoncer expressément, parce que depuis

y en a

« ZurückWeiter »