Théâtre, Band 1

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 174 - Madrid un système de liberté sur la vente des productions, qui s'étend même à celles de la presse, et que, pourvu que je ne parle en mes écrits ni de l'autorité, ni du culte, ni de la politique, ni de la morale, ni des gens en place, ni des corps en crédit, ni de 15 l'Opéra, ni des autres spectacles, ni de personne qui tienne à quelque chose, je puis tout imprimer librement, sous l'inspection de deux ou trois censeurs.
Seite 174 - ... dans le panneau des grimaciers, et appuient aveuglément les singes de leurs actions. Combien crois-tu que j'en connaisse qui, par ce stratagème, ont rhabillé adroitement les désordres de leur jeunesse, qui se...
Seite 174 - ... l'hypocrisie est un vice privilégié qui, de sa main, ferme la bouche à tout le monde, et jouit en repos d'une impunité souveraine. On lie, à force de grimaces, une société étroite avec tous les gens du parti. Qui en choque un se les attire tous sur les bras...
Seite 174 - II n'ya plus de honte maintenant à cela ; l'hypocrisie est un vice à la mode, et tous les vices à la mode passent pour vertus. Le personnage d'homme de bien est le meilleur de tous les personnages qu'on puisse jouer aujourd'hui, et la profession d'hypocrite a de merveilleux avantages.
Seite 273 - A deux heures je dîne : où en digère mieux. Je fais quatre repas comme nos bons aïeux, Et n'attends pas à jeun, quand la faim me talonne, Que ma fille soit prête, ou que ma femme ordonne. Dans mon gouvernement despotisme complet : Je rentre quand je veux, je sors quand il me plaît ; Je dispose de moi, je m'appartiens, je m'aime, Et sans rivalité je jouis de moi-même. Célibat! célibat! le lien conjugal A ton indépendance offre-t-il rien d'égal? Je me tiens trop heureux; et j'estime qu'en...
Seite 62 - Il frappe. Un envoyé de la Divinité Eût semblé moins terrible au peuple épouvanté. Mais Procida paraît, et la foule interdite Se rassure à sa voix , roule et se précipite ; Elle entoure Montfort; par son père entraîné, Lorédan le suivait; muet et consterné Du vainqueur, du vaincu les clameurs se confondent; Des tombeaux souterrains les échos leur répondent.
Seite 174 - C'est un art de qui l'imposture est toujours respectée ; et, quoiqu'on la découvre, on n'ose rien dire contre elle. Tous les autres vices des hommes sont exposés à la censure, et chacun a la liberté de les attaquer hautement ; mais l'hypocrisie est un vice privilégié qui, de sa main, ferme la bouche à tout le monde, et jouit en repos d'une impunité souveraine.
Seite 182 - Il est sur ce rivage une race flétrie, Une race étrangère au sein de sa patrie ; Sans abri protecteur, sans temple hospitalier, Abominable, impie, horrible au peuple entier, Les Parias; le jour à regret les éclaire, La terre sur son sein les porte avec colére, Et Dieu les retrancha du nombre des humains Quand l'univers créé s'échappa de ses mains.
Seite 3 - Au moins daignez me satisfaire. Le ciel at-il béni votre exil volontaire ? PROCIDA. Il m'inspirait. Le ciel a sans doute allumé Ce feu pur et sacré dont je suis consumé. Oui, c'est avec transport que j'aime la patrie ; Mais d'un amour jaloux j'ai toute la furie: Je l'aime et la veux libre ; et pour sa liberté, En un jour, biens, amis, parents, j'ai tout quitté.
Seite 175 - C'est sous cet abri favorable que je veux me sauver et mettre en sûreté mes affaires. Je ne quitterai point mes douces habitudes, mais j'aurai soin de me cacher et me divertirai à petit bruit. Que si je viens à être découvert, je verrai sans me remuer prendre mes intérêts à toute la cabale, et je serai défendu par elle envers et contre tous.

Bibliografische Informationen