Abbildungen der Seite
PDF

les capacités sont les plus grandes, & dans laquelle toutes les autres lignes d'eau doivent être contenues. Toutes les coupes de la carène comprises depuis la ligne d'eau le Vaisseau chargé jusqu'à la quille , (pourvû qu'elles soyent paralleles à la ligne d'eau le Vaisseau chargé) , forment autant de lignes d'eau qui ont toutes des fgures qui leur sont propres, à cause des différentes formes que la carène prend à différentes hauteurs.Après avoir expliqué fort au long ( dans l'article premier du Chapitre 5 ) ce qu'on doit entendre par les lignes d'eau & l'effet qu'elles doivent produire sur les plans d'élévation, de projection,& horisontaux, j'explique dans les Articles deux & trois, la maniere de les tracer sur les plans d'élévation & horisontaux. Les lisses qui sont des regles de bois mince placées à dif· férentes hauteurs sur la carène des Vaisseaux dissérent des lignes d'eau, en ce que celles ci n'ont qu'une courbure dans le sens horisontal, & les lisses ont de plus une autre courbure dans le sens vertical; on ne peut représenter ces deux courbures, sur un même plan , ainsi il faut, pour avoir une juste idée du contour des lisses, avoir recours à deux plans : à celui d'élévation sur lequel on apperçoit la courbure verticale , & au plan horisontal qui en représente la courbure horisontale. Les lisses étant d'une grande utilité pour la construction, j'ai essayé d'en donner une juste idée dans l'article 4, &

j'ai expliqué la façon d'en tracer le contour vertical sur le plan d'élévation, & le contour horisontal sur le plan ho

risontal dans les Articles 5 & 6 : ce Chapitre est termi

né par le détail d'une méthode pour tracer les lisses sur

un plan oblique , dont l'utilité est d'indiquer l'equerrage des

membres : je n'en dirai pas davantage , parce que je ne pourrois donner une idée de ce plan ni expliquer ses usages, sans répeter ce que j'en ai dit dans l'article 7, & dans la remarque qui termine le cinquiéme Chapitre.

[ocr errors]

On a vû dans le Chapitre 4 que pour avoir le contour des couples, un des meilleurs moyens est de faire une division progressive des lisses , afin de connoître les points où elles doivent être coupées par les couples. On vient de voir dans le Chapitre 5 que l'ouverture des couples donne la longueur des ordonnées des courbes qui représentent les lisses sur le plan horisontal, ce qui fait concevoir clairement que si on avoit le contour des lisses sur le plan horisontal , on pourroit s'en servir pour déterminer avec beaucoup d'exactitude les points par lesquels les couples doivent passer sur les lisses du plan de projection. Les Constructeurs ont profité de cette propriété des lisses, pour imaginer une méthode par laquelle en conduisant à la fois le plan de réduction & le plan horisontal des lisses, ils s'épargnent bien de la peine sans rien diminuer de l'exactitude de leur ouvrage; mais il ne faut choisir cette méthode que quand on est fort versé dans l'art de faire des plans. Voici l'idée générale de cette méthode.

Il faut faire le plan d'élévation en suivant ce qui est dit dans le Chapitre troisiéme, on trace ensuite le maître couple, l'estain, le couple du coltis, les deux couples du balancement & les lisses sur le plan de projection en se conformant à ce qui est détaillé dans le Chapitre 4, puis on commence lé plan horisontal par faire un parallelogramme, dans lequel on trace les couples , & on marque sur le maître couple , sur les couples de balancement, sur l'estain & sur le couple du coltis, les points par lesquels les lisses doivent passer, se conformant en tout ceci à ce que j'ai dit dans le Chapitre 5 ; puis avec l'aide d'une regle ployante qu'on fait répondre aux cinq points qu'on vient de marquer, on trace tout de suite les lisses , c'est ce qu'il n'est guere possible d'exécuter quand on n'a pas contracté une grande habitude de faire des plans : mais quand les lisses sont tracées bien régulierement, l'ouvrage est presque fini, car pour achever le plan de projection il ne faut plus que rapporter sur les lisses de ce plan la longueur des ordonnées qu'on prend sur le plan horisontal. Les 24 Articles du sixiéme Chapitre , sont uniquement employés à expliquer cette méthode. On pourroit aussi faire le plan de réduction en prenant les ordonnées des lignes d'eau qu'on auroit précédemment tracé à peu près comme on l'a expliqué pour les lisses.

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

- Une des plus importantes qualités d'un Vaisseau de guerre, est d'avoir une belle batterie; tout ce que nous avons dit jusqu'à présent ne donne aucune certitude que le Vaisseau dont on fait le plan aura l'élévation de batterie qu'on a compté lui donner, rien n'assure que le Vaisseau chargé & prêt à faire campagne, n'entrera dans l'eau que jusqu'à la ligne d'eau la plus élevée de toutes celles qui sont . " marquées sur le plan; le huitiéme Chapitre est uniquement

[ocr errors][ocr errors]
« ZurückWeiter »