Abbildungen der Seite
PDF

#o J C crois donc que les Vaisseaux du second rang pourroient avoir trois ponts sans gaillards, ou plutôt les gaillards qui formeroient le troisiéme pont , seroient joints par des cailbotis, comme on l'a vû au Tonnant; car au moyen de ces cailbotis on ménageroit d'un bout à l'autre duVaisseau des serres , des goutieres & même un rang d'illoires, & ces pieces rendroient la liaison de ce Vaisseau presque aussi parfaite que celle d'un Vaisseau à trois ponts. · Au reste ces Vaisseaux porteroient sur leur premier pont 3o canons de 36 liv. ; sur le second 32 de 18 liv. & sur les gaillards 18 de 8 liv. ce qui fait en tout 8o pieces de CaI1OI1• De tels Bâtimens, qu'on pourroit regarder comme n'ayant que deux ponts , seroient au moyen du pont de cailbotis très-bien liés & en état de porter leur grosse artillerie ; les hauts étant légers ils porteroient très-bien la voile ; au moyen du pont de cailbotis la seconde batterie pourroit être servie sans être incommodée par les manœuvres : ils seroient donc fort propres pour la guerre , de force à être commandés par des Officiers Généraux, & ils pourroient tenir la mer dans les mauvaises saisons, car en étendant des prélats sur les cailbotis, on ménageroit une retraite à une partie de l'Equipage. Troisiéme Les Vaisseaux du troisiéme rang pourroient avoir deux Rang. ponts avec des gaillards portant sur leur premier pont 28 canons de 36; sur leur second pont 3o canons de 18 ; & sur les gaillards 8 canons de 8 : en tout 74 canons. Comme ces Vaisseaux n'auroient que deux ponts qui seroient chargés d'une assez grosse artillerie , & comme ils pourroient être destinés pour de grandes navigations, il

[ocr errors]

mentant la force des serre - goutieres, & en faisant les gaillar ls d'avant & d'arriere de même hauteur, on pourroit mettre sur le bord de la courcive , une espece d'illoire qui étant bien entendue formeroit une bonne liaison; de plus quand ces Vaisseaux commenceroient à être sur le retour, ou quand on les destineroit pour de grandes navigations , on pourroit les soulager en ne mettant sur le premier pont que des canons de 24 liv. ou en retranchant le canon des gaillards.

Ces Bâtiments pourroient combattre en ligne, être à

la tête des Convois & des Escadres, en un mot ils parois-
sent propres à toute sorte de service. . -
Les Vaisseaux du quatriéme rang pourroient porter sur
leur premier pont vingt-six canons de 24 ; sur le second,
ving-huit de 12 ; & sur les gaillards six de 6, en tout soi-
xante-six canons, ils pourroient combattre en ligne , for-
mer les Convois & les Escadres, être destinés pour les
Colonies & pour les expéditions éloignées, car cet espece
de Bâtiment est excellent pour tenir la Mer.
Enfin les Vaisseaux du cinquiéme rang porteroient sur leur
premier pont vingt-quatre canons de 18 ; sur leur second
vingt-six canons de 12 , en tout cinquante.
Ils seroient un peu foibles pour se présenter en ligne, mais
on pourroit les destiner pour les Convois, pour les Esca-
dres, pour protéger le Commerce dans les Colonies, &
pour les expéditions éloignées; d'ailleurs quand ils ne se-
roient plus en état de porter leur artillerie, on pourroit
en retranchant la premiere batterie & en mettant des ca-
nons de 8 sur le second pont, les armer en Flutes & en
faire des Bâtimens de charge.
Outre ces cinq rangs de Vaisseaux qu'on roi regarder
N--

Quatriéme Rang,

Cinquiéme Rang.

[ocr errors]

d'avoir de différentes especes de Bâtimens qu'on construiroit pour satisfaire à des vûes particulieres. Par exemple des Vaisseaux de la force de ceux du quatriéme rang sur lesquels on mettroit peu de canon mais de gros calibre, qu'on tiendroit fort ras & étroits , ausquels on essayeroit de procurer la marche la plus légere, seroient excellents pour la course ; car comme les croisieres ne doivent pas ordinairement être fort longues , il suffit que la cale puisse contenir pour quatre mois de vivres, & l'Equipage de même que l'Etat Major, peuvent se passer de beaucoup de commodités qui seroient nécessaires si on étoit obligé de tenir la Mer pendant sept ou huit mois; il seroit à propos que les Constructeurs fussent à a l'égard de ces Bâtimens, entierement les maîtres de pratiquer tout ce qui peut être avantageux à la marche, surtout au plus près , cette qualité étant absolument importante à des Vaisseaux qu'on destine à faire la course. Il est nécessaire d'avoir des Frégates pour la garde-côte , pour suivre les armées, accompagner les Escadres & porter des ordres. Nous approuvons fort le parti qu'on a pris de n'en plus faire qu'à une seule batterie; les Frégates pour la Gardecôte & pour de petites expéditions doivent être un peu fortes de canon, afin de pouvoir prêter le côté aux Corsaires; mais celles qui sont destinées à suivre les armées navales ou à porter des ordres n'étant point faites pour combattre, il conviendroit de ne les charger que d'une artillerie très légere, & je voudrois qu'elles fussent construites uniquement dans la vûe d'être sines voilieres , afin qu'elles pussent se rendre promptement à leur destination en évitant tous les Vaisseaux qu'elles rencontreroient. Ces Frégates qui pourroient être armées avec très-peu de monde, seroient d'une grande utilité en tems de guerre.

ll eft nécessaire d'avoir encore des Flutes, des Gabares, des Chattes , en un mot des Bâtimens de charge, dont la perfection consiste à être d'un grand Port & à pouvoir naviguer avec peu de monde; l'exemple du Chameau & du Chariot-Royal prouve qu'on peut satisfaire à ces conditions.

Enfin on peut avoir besoin de Galeres, de Brigantins, de Chabecs, &c. mais toutes ces sortes de Bâtimens ( ceux des cinq principaux rangs & les Galeres exceptées ) ne doivent être astraints à aucune grandeur fixe , ils doivent être entierement abandonnés aux Constructeurs à qui ils fourniront des occasions de faire connoître leur habileté , en les rendant les plus propres qu'il sera possible à remplir leurs différentes destinations, car il ne faut pas s'y tromper, il est plus aisé de manquer une Frégate qu'un gros Vaisseau. -

Après avoir parlé de la distinction des Vaisseaux par rangs & ordres je traite de leur principales dimensions & d'abord de leur longueur qui s'établit sur la largeur de tous les sabords de la premiere batterie ; sur la distance qu'on met d'un sabord à l'autre, plus la distance du premier sabord de l'avant à la rablure de l'étrave avec celle du dernier sabord de l'arriere à la rablure de l'étambot ; & toutes ces sommes additionnées donnent la longueur du Vaisseau de la rablure de l'étambot à la rablure de l'étrave à la hauteur du premier pont; les Constructeurs ne peuvent s'écarter de cette regle.

Je remarque ici expressément qu'il os ,de la longuaur

4/

du Vaisseau prise à la hauteur du premier pont pour évitet · une erreur qui pouroit naître de ce que j'ai dit ( page 1 1 ) qu'il convenoit d'établir la longueur du Vaisseau à la ligne de flotaison ; car j'aurois dû remarquer en cet endroit (comme je l'ai fait en parlant de la largeur) que quand il s'agit de construire, il faut établir la longueur des Vaisseaux à la ligne du premier pont, au lieu qu'on doit prendre cette longueur à la ligne de flotaison , quand on se propose de faire les calculs dont je parlerai à la fin de ce Traité. Ceci bien entendu, il est clair que la longueur des Vais seaux dépend de l'étendue qu'on donne aux parties élémentaires de cette longueur; il faut donc fixer la largeur qu'on donnera aux sabords & à l'espace qui doit être d'un sabord à l'autre, &c. On convient assez unanimement qu'il faut laisser entre le dernier sabord de l'avant & la rablure de l'étrave, un espace égal à celui que donne deux fois & demi, ou au moins deux fois & un quart la distance qu'on laisse d'un sabord à l'autre ; on est également d'accord que la distance du dernier sabord de l'arriere à la rablure de l'étambot , doit être égale à une distance & demie ou une distance & un quart d'un sabord à l'autre. Les Constructeurs conviennnent encore de la largeur qu'il faut donner aux sabords, elle est pour les canons de 36 liv. de trois pieds ou trois pieds un pouce , pour les canons de 24 liv. deux pieds neuf à dix pouces; & pour les canons de 18 liv. deux pieds sept à huit pouces. On a un peu plus varié sur la distance qu'il faut mettre entre les sabords , néanmoins les Conftructeurs se sont assez généralement réunis à laisser entre les sabords percés pour des canons de 36 sept pieds sept à huit pouces , entre

« ZurückWeiter »