Abbildungen der Seite
PDF
[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

3o canons de 36 liv.; sur le second, 32 de 18 liv., & sur
les gaillards, 18 de 8 liv. ; ce qui fait en tout 8o pieces de
C3I1011. -
De tels bâtimens, qu'on pourroit regarder comme
n'ayant que deux ponts, seroient, au moyen du pont de
caillebotis, très-bien liés & en état de porter leur grosse
artillerie : les hauts étant légers, ils porteroient très-bien
la voile; au moyen du pont de caillebotis, la seconde
batterie pourroit être servie, sans être incommodée par
les manœuvres : ils seroient donc fort propres pour la
guerre, de force à être commandés par des officiers gé-
néraux, & ils pourroient tenir la mer dans les mauvaises

saisons, car en étendant des prélats sur les caillebotis, on ménageroit une retraite à une partie de l'équipage.

Les vaisseaux du troisieme rang pourroient avoir deux ponts avec des gaillards portant sur leur premier pont, 28 canons de 36; sur leur second pont, 3o canons de 18 ; & sur les gaillards, 16 canons de 8 : en tout 74 canons.

Comme ces vaisseaux n'auroient que deux ponts qui seroient chargés d'une assez grosse artillerie, & comme ils pourroient être destinés pour de grandes navigations, il seroit nécessaire de les lier avec beaucoup de soin, en augmentant la force des gouttieres; & en faisant les gaillards d'avant & d'arriere de même hauteur, on pourroit mettre sur le bord de la coursive, une espece d'hiloire qui, étant bien étendue, formeroit une bonne liaison : de plus, quand ces vaisseaux commenceroient à être sur le retour, ou, quand on les destineroit pour de grandes navigations, on pourroit les soulager, en ne mettant sur le premier pont que des canons de 24 liv., sur le second que du 12, ou en retranchant les canons des gaillards.

[ocr errors]
[graphic][graphic]
[ocr errors][ocr errors]

Ces bâtimens pourroient combattre en ligne, être à la tête des convois & des escadres, en un mot ils paroissent propres à toute sorte de service. Les vaisseaux du quatrieme rang pourroient porter sur leur premier pont, 26 canons de 24; sur le second, 28 de 12 ; & sur les gaillards 1o de 6, en tout 64 canons, ils pourroient combattre en ligne, former les convois & les escadres, être destinés pour les Colonies & pour les expéditions éloignées, car cet espece de bâtiment est excellent pour tenir la mer. · Enfin les vaisseaux du cinquieme rang porteroient sur leur premier pont 24 canons de 18 ; sur leur second, 26 canons de 12 , en tout 5o. Ils seroient un peu foibles pour se présenter en ligne, mais on pourroit les destiner pour les convois, pour les escadres, pour protéger le commerce dans les Colonies, & pour les expéditions éloignées; d'ailleurs quand ils ne seroient plus en état de porter leur artillerie, on pourroit en retranchant la premiere batterie, & en mettant des canons de 8 sur le second pont, les armer en flûtes, & en faire des bâtimens de charge. Outre ces cinq rangs de vaisseaux qu'on pourroit regarder comme le fond de la Marine du Roi, il seroit nécessaire d'avoir de différentes especes de bâtimens qu'on construiroit pour satisfaire à des vues particulieres, , Par exemple , des vaisseaux de la force de ceux du quatrieme rang, sur lesquels on mettroit peu de canon, mais de gros calibre, qu'on tiendroit fort ras, auxquels on essayeroit de procurer la marche la plus légere, seroient excellens pour la course ; car comme les croisieres ne doivent pas ordinairement être fort longues, il suffit que la cale puisse contenir pour quatre mois de vivres, & l'équipage de même que l'Etat Major, peuvent se passer de beaucoup de commodités qui seroient nécesfaires si on étoit obligé de tenir la mer pendant sept ou huit mois ; il seroit à propos que les constructeurs fussent à l'égard de ces bâtimens, entiérement les maîtres de pratiquer tout ce qui peut être avantageux à la marche, surtout au plus près, cette qualité étant absolument importante à des vaisseaux qu'on destine à faire la course.

Il est nécessaire d'avoir des frégates pour la garde-côte, pour suivre les armées, accompagner les escadres, & porter des ordres.

Nous approuvons fort le parti qu'on a pris de n'en plus faire qu'à une seule batterie; les frégates, pour la gardecôte & pour de petites expéditions, doivent être un peu fortes de canon, afin de pouvoir prêter le côté aux Corsaires; mais celles qui sont destinées à suivre les armées navales, ou à porter des ordres, n'étant point faites pour combattre, il conviendroit de ne les charger que d'une artillerie très-légere, & je voudrois qu'elles fussent construites uniquement dans la vue d'être fines voilieres , afin qu'elles pussent se rendre promptement à leur destination en évitant tous les vaisseaux qu'elles rencontreroient. Ces frégates, qui pourroient être armées avec très-peu de monde, seroient d'une grande utilité en tems de guerre.

Il est encore nécessaire d'avoir des flûtes, des gabares, des chattes , en un mot des bâtimens de charge, dont la perfection consiste à être d'un grand port, & à pouvoir naviguer avec peu de monde ; l'exemple du Chameau & du Charriot-Royal, prouve qu'on peut satisfaire à ces conditions.

Enfin on peut avoir besoin de galeres, de brigantins, de Chebeck , &c. mais toutes ces sortes de bâtimens (ceux des cinq principaux rangs, & les galeres exceptées), ne doivent être astreints à aucune grandeur fixe : ils doivent être entiérement abandonnés aux constructeurs, à qui ils fourniront des occasions de faire connoître leur habileté, en les rendant les plus propres qu'il sera possible à remplir leurs différentes destinations; car il ne faut pas s'y tromper, il est plus aisé de manquer une frégate qu'un gros vaisseau. Après avoir parlé de la distinction des vaisseaux par rangs & ordres, je traite de leurs principales dimensions, & d'abord de leur longueur, qui s'établit sur la largeur de tous les sabords de la premiere batteric; sur la distance qu'on met d'un sabord à l'autre, plus la distance du premier sabord de l'avant à la rablure de l'étrave avec celle du dernier sabord de l'arriere à la rablure de l'étambot; & toutes ces sommes additionnées donnent la longueur du vaisseau de la rablure de l'étambot à la rablure de l'étrave à la hauteur du premier pont; les constructeurs ne peuvent s'écarter de cette regle. Je remarque ici expressément qu'il s'agit de la longueur du vaisseau prise à la hauteur du premier pont, parce qu'il s'agit présentement de faire un plan pour la construction des vaisseaux : car il faut prendre la longueur des vaisseaux à la ligne de flotaison, lorsqu'on se propose de faire les calculs dont je parlerai à la fin de ce Traité, » Ceci bien entendu , il est clair que la longueur des vaisseaux dépend de l'étendue qu'on donne aux parties élémentaires de cette longueur; il faut donc fixer la lar- geur

« ZurückWeiter »