Abbildungen der Seite
PDF

X X X I X.
De l'Archipompe. 1 1.

On sçait qu'il y a de chaque côté du grand mât, deux ompes p (Pl. III.), pour épuiser l'eau qui entre dans e vaisseau, & qui se rend au § de cale : elles doivent répondre par en bas entre deux varangues ; & on établit au dessus † leur bout d'en haut, des potences, pour soutenir l'extrêmité de la bringue-balle ou du levier, qui sert à faire jouer le piston. L'archipompe n n (Pl. III.) est une espace quarré autour du grand mât, revêtu de cloisons qui s'étendent de toute la hauteur de la calle, pour § que le lest & les futailles n'endommagent les pompes. Il y a aussi sous le mât d'artimon , une archipompe qui contient deux corps de pompe, & dans laquelle on met le fanal, qui éclaire la soute aux poudres.

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Les bittes (Pl. I & III) sont formées de deux grosses pieces de bois quarrées, posées verticalement à la partie de l'avant, quelques pieds en arriere du mât de misaine : leur bout d'en bas porte au fond de la cale sur une carlingue ; & par leur bout d'en haut elles s'élevent de 4 ou 5 pieds au dessus du premier pont. Les bittes étoient anciennement placées comme on vient de le dire; mais maintenant la plûpart des constructeurs les terminent au faux pont, & ont l'attention de mettre en cet endroit un bau, sur lequel on entaille la face postérieure du bout des bittes, tandis que celui du premier pont est placé de façon qu'il puisse recevoir la face antérieure des mêmes bittes : au moyen de cette disposition, on trouve plus aisément des pieces propres à faire des bittes, parce qu'elles deviennent beaucoup plus courtes. Ces pieces sont entaillées vis-à-vis le bau qu'on a placé our les recevoir, & elles y sont assujetties par deux chevilles chassées du côté du bau, & clavetées sur virole du côté des bittes. On met en avant de chaque bitte, & sur le premier pont, un taquet ou une courbe, dont une branche s'endente aux baux & barrots du pont, & l'autre s'appuie sur

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small]

Ce sont des étages ou des ponts qui ne s'étendent point de toute la longueur du § , mais qui se terminent à une certaine distance de l'étrave & de l'étambot : les gaillards d'avant & d'arriere sont placés sur le pont le plus

[ocr errors]

chap. II, On communique du gaillard d'arriere au gaillard d'a

[ocr errors]

vant, par une espece de couroir qu'on établit bas-bord & tribord, & qu'on appelle le §

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Les écoutilles ( Pl. I V. ) sont des ouvertures en forme de trape, faites aux ponts, pour passer de l'un à l'autre.

Il y a six écoutilles sur le premier pont; la grande écoutille ou l'écoutille à l'eau, qui est en avant du grand mât, l'écoutille aux vivres, qui est entre le grand mât & legrand cabestan, l'écoutille aux cables, qui est derriere le mât de misaine, l'écoutille de la soute aux poudres, qui est immédiatement derriere le mât d'artimon, l'écoutille du rechange du maître canonnier, qui est derriere la précédente, & enfin l'écoutille des petits cordages ou de la fosse aux lions, qui est à l'avant du mât de misaine. Nous parlerons ailleurs des écoutilles & du vrai lieu où elles doivent être placées : il suffit de dire ici qu'on en couvre quelquesunes avec des trapes faites en grillages & à jour, qu'on nomme des Caillebotis 24 (Pl. I.).

« ZurückWeiter »