Abbildungen der Seite
PDF

sur la ligne du milieu du plan de projection, de F en f. 3°. Il faut tirer la ligne ponctuée fg, perpendiculaire sur la ligne du milieu FO : pour avoir # longueur, il faut prendre, sur le plan horizontal, la distance GH, & la porter sur le plan de projection, de f en g. 4°. De l'extrêmité g de la ligne ponctuée à la ligne du milieu e, on trace la courbe g e, qui marque le bouge vertical & le champ supérieur de la lisse de hourdi. 5°. Il faut prendre, sur le plan d'élévation, la distance qu'il y a du champ supérieur de la lisse de hourdi n, au haut de la rablure ; la porter sur le plan de projection, de e en f, & de gen f : la grosse ligne ff, à e g, marquera le haut de la rablure de la lisse de hourdi; c'est dans cette rablure que se terminent tous les bordages. 6o. Nous avons représenté sur le plan de projection, le bouge vertical de la § de hourdi : on voit aussi sur le plan d'élévation, ce qui résulte tant du bouge vertical que du bouge horizontal de cette lisse, parce que nous avons représenté la coupe de cette lisse au milieu où nous l'avons ponctuée, pour la distinguer de la coupe de son extrêmité, qui est marquée par des hachures : il faut maintenant tracer cette lisse sur le plan horizontal, & faire paroître son bouge horizontal : pour cela on prendra sur le lan d'élévation, la distance qu'il y a de l'angle qui forme † fond de la rablure de la lisse ponctué, à la perpendiculaire de l'étambot, & on portera cette distance sur le plan horizontal, de E en i ; puis on prendra, sur le plan d'élévation, la distance qu'il y a de l'angle du fond de la rablure sur la coupe de la lisse de hourdi, qui est désignée par des hachures, à la perpendiculaire de l'étambot vers a ; on la portera sur le plan horizontal de la † CE en

H; & la ligne courbe i H marquera le bouge horizontal de la lisse de hourdi.

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

On place un rapporteur sur la ligne GH du plan horizontal , & on trace la ligne H l , qui doit faire, avec la ligne GH, un angle à peu près de 25 degrés : cette ligne Hl marque la position de l'estain.

X I. .
Tracer les Couples de l'arriere sur le plan de projection. .

- - - , 1°. Tous les couples se tracent comme nous l'avons exIiqué, en parlant du neuvieme couple, du couple du baancement & de l'estain ; c'est-à-dire qu'il faut prendre sur

[ocr errors]
[graphic]

le plan horizontal, la distance qu'il y a de la ligne du milieu AB, au point où chaque lisse coupe la ligne qui re† chaque couple , & transporter ces distances sur es lisses du plan de projection, mettant une pointe du compas sur la ligne du milieu FO ; & l'autre marque le de la lisse où le couple doit passer : mais il faut ien prendre garde que les deux pointes du compas soient lacées parallélement à la ligne AB : ceci bien entendu, il nous § de donner un exemple; & on ne trouvera aucune difficulté à tracer tous les autres couples : nous allons donc expliqucr en détail comment on doit opérer pour tracer le septieme couple. 2°. Il faut prendre, sur le plan horizontal, la distance x q de la ligne du milieu à la lisse des façons au septieme couple, & la transporter sur le plan de projection de laligne du milieu FD FD au point m : le septieme couple doit passer par ce point. 3°. Il faut prendre, sur le plan horizontal, la distance x r de la ligne du milieu à la premiere lisse intermédiaire, & la porter sur le plan de projection à la rencontre de la remiere lisse intermédiaire, de la ligne du milieu en n : e septieme couple doit passer par ce point. 4o. De même on prend sur le plan horizontal, la distance x s de la ligne du milieu à la seconde lisse intermédiaire, & on la porte sur le plan de projection de la ligne du milieu FO à la seconde lisse intermédiaire au point o. 5°. On prend encore sur † horizontal, la distance de la ligne du milieu à la troisieme lisse intermédiaire x t, & on porte cette distance sur le plan de projection, de la ligne du milieu FO à la rencontre de la troisieme lisse intermédiaire en p. 6°. Enfin on prend sur le plan horizontal, la distance de la ligne du milieu à la lisse du fort x u, & on porte cette distance sur le plan de projection, de la ligne du milieu FO à la rencontre de la lisse du fort au point q. . 7°. En faisant passer une courbe par les points F, m, n, o, p, q, le contour du septieme couple sera tracé sur le plan de projection,

On opérera de même, comme nous l'avons dit, pour

tracer tous les autres couples. X I I.

Tracer l'Estain comme il convient pour construire. -
Pl. XVIII, fig. 4.

[ocr errors]
[ocr errors]

X 1 I I. Tracer la projection de l'Estain sur le plan d'élévation.

1°. Il faut prendre sur le plan de projection, la distance perpendiculaire de la ligne AB au point i, où l'estain est coupé par la lisse des façons, & la porter sur la perpendiculaire de l'étambot du plan d'élévation, mettant une pointe du compas sur la li ne qui marque le dessus de la quille, & on trace la ligne o parallele à la quille. 2°. On prend sur le plan de projection, la distance de AB au point l , où § est coupé par la premiere lisse intermédiaire ; on la porte sur le plan d'élévation, du dessus de la quille au point p, & on tire la ligne p. 3°. On transporte de même sur le plan d'élévation, la distance perpendiculaire de la ligne AB , au point où les 2 UltTCS § coupent l'estain § on a autant de lignes horizontales & paralleles, qu'il y a de lisses sur le plan de projection. 4°. Il s'agit maintenant de trouver sur ces lignes, les points où doit passer la courbe qui représente sur le plan d'élévation, la projection de l'estain : pour cela on prend, sur le plan horizontal , la distance perpendiculaire du point n, où la ligne de l'estain est coupée par la lisse des façons à la perpendiculaire de l'étambot AC, & on porte cette distance sur la ligne o du plan d'élévation ; ensuite mettant une pointe du compas sur la perpendiculaire de l'étambot A a, on a le point o.

e plan de projection; &

« ZurückWeiter »