Abbildungen der Seite
PDF

ou de cette étendue , à un point qu'on place on veut, &
qu'on nomme le centre des momens. Il s'en faut beaucoup
que ceci présente une idée claire à ceux qui n'ont que
très-peu de connoissances en Méchanique : mais nous es-
sayons d'éclaircir ces idées , & de les rendre , au-
tant que la chose en est susceptible, à la portée de tout le
monde. Ensuite nous donnons des exemples de l'applica-
tion de cette méthode, & aux systêmes de corps graves,
& aux vaisseaux mêmes, que nous supposons d'abord for-
més d'une substance homogêne , & ensuite rempli de
corps de différente pesanteur.
Comme on doit regarder toute la pesanteur d'un corps
grave comme réuni dans son centre de gravité, il s'ensuit
qu'un corps grave suspendu par son centre de gravité, se
place dans une ligne verticale, dont la direction passe par
le point d'attache, le centre de gravité du corps suspen-
du, & le centre de la terre. Mais un corps flottant n'est
pas ainsi soutenu par son centre de gravité : il l'est par la
pression de tous les filets d'eau environnans, qui agissent
chacun sur une partie infiniment petite de la surface du
corps flottant.Ainsi on peut imaginer que cette force de
pression agit sur toutes les parties de la portion du corps
solide submergé pour le soulever, comme la pesanteur
agit sur toutes les parties de la matiere pour les approcher
du centre de la terre. Nous examinons fort en détail ce
qui doit résulter de ces deux forces antagonistes; car de
même que l'effet de la pesanteur de toutes les parties se

réunit en un point qu'on nomme le centre de gravité, l'ef

fet de la pression de l'eau sur toutes les parties d'un corps flottant se réunit en un point qu'on peut nommer le centre de pression : or, suivant la position de ces deux centres

[ocr errors][ocr errors]

dans le solide de la carene d'un vaisseau, il en résulte, ou qu'elles détruisent mutuellement leurs effets, ou que ces deux forces agissent de concert, tantôt pour remettre le vaisseau dans son assiette, & tantôt pour le faire renverser; nous insistons sur ces considérations, parce qu'elles nous ont paru avoir une application directe à l'objet qui nous occupe dans ce Chapitre, & nous concluons des principes précédemment établis, qu'un corps flottant se rétablira dans le vertical qu'on desire, quand son centre de gravité sera au dessous du point où se réunit la poussée de l'eau : la stabilité sera diminuée pour peu que le centre de gravité soit au dessus du centre de pression, & il renversera infailliblement quand le centre de gravité sera orté à une certaine élévation au dessus du centre de la pression de l'eau; car dans ce dernier cas, les deux forces agiront de concert pour le renverser, comme dans le premier elles s'accordoient à le maintenir dans son assiette. Nous parlons de ce que M. Bouguer a nommé le tacentre, qui est un point où le centre de gravité étant placé, le vaisseau est tout prêt à se renverser : mais nous n'en donnons qu'une légere idée, parce que, pour fixer exactement ce point, il faudroit plus que la Géométrie élémentaire, & nous ne pourrions rien dire de plus clair que ce qu'on trouve dans le Traité de la Manœuvre des vaisseaux de M. Bouguer. Pour faire ensuite usage de ces principes, nous faisons remarquer : 1°. Que l'élévation & la pesanteur de toutes les parties qui sont au dessus de la ligne de flottaison diminuent la stabilité des vaisseaux: 2°. Qu'en augmentant le poids de la partie qui est dans l'eau, on augmente la stabilité, & on l'augmente d'autant plus, que les corps les plus pesans sont placés plus bas : 3°. Qu'on ne gagne pas beaucoup de stabilité en augmentant la longueur du vaisseau : 4°. Que l'augmentation du creux produit peu de stabilité, en supposant la carene homogêne; mais elle l'augmente dans un bon arrimage , parce qu'on abaisse les poids qui sont au dessous de la flottaison, & ainsi ils agissent par un plus long bras de levier : 5°. Que l'augmentation de largeur est plus favorable qu'aucune autre à la stabilité; car elle est augmentée en raison des cubes. Nous terminons ce Chapitre par quelques réflexions qui ont rapport à l'arrimage, & aux mouvemens de tanguage & de roulis. Nous aurions desiré ajouter à ce Chapitre un calcul

[ocr errors]
[ocr errors][merged small]
[merged small][merged small][ocr errors]

ZOe l'Zchantillon & des Dimensions des principales Pieces qui entrent dans la Construction des Vaisseaux.

J E dois prévenir que mon intention n'est point de traiter de la charpente du vaisseau, de faire l'énumération de toutes les parties qui la composent, de parler de leur assemblage, du rapport qu'elles ont les unes avec les autres, & de la façon dont chacune contribue à la so

[ocr errors]
[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

que nous dirons dans la suite : mais je restreindrai ce chapitre à ce qui me paroîtra le plus essentiel, d'autant

u'on ne peut guere donner de regles justes sur ces sortes † dimensions, parce que les constructeurs sont forcés de s'écarter de l'usage le plus ordinaire, suivant les circonstances, & particuliérement relativement à la qualité du bois qu'ils doivent employer ; car on pourroit diminuer l'échantillon, si on avoit des bois de la premiere

ualité, & on est obligé de l'augmenter, quand la qualité des bois est médiocre. Néanmoins la table qui est à la fin de ce chapitre, fournira des à-peu-près fort utiles à ceux qui n'ont point un grand usage de la Construction.

[merged small][ocr errors][ocr errors]
« ZurückWeiter »