Nouveau dictionnaire historique: ou Histoire abregée de tous les hommes qui se sont fait un nom par le génie, les talens, les vertus, les erreurs, &c. depuis le commencement du monde jusq'à nos jours; dans laquelle on expose avec impartialité ce que les ecrivains les plus judicieux ont pensé sur le caractère, les moeurs et les ouvrages des hommes célébres dans tous les genres; avec des tables chronologiques, pour réduire en corps d'histoire les articles répandus dans ce dictionnaire, Band 13

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 426 - Le premier consul promulgue les, lois; il nomme et révoque à volonté les membres du conseil d'État, les ministres, les ambassadeurs et autres agens extérieurs en chef, les officiers de l'armée de terre et de mer, les membres des administrations locales et les commissaires du gouvernement près les tribunaux. Il nomme tous les juges criminels et civils autres que les juges de paix et les juges de cassation, sans pouvoir les révoquer.
Seite 177 - ... les uns des autres , si le Pape eût été sujet de l'un d'eux , il eût été à craindre que les autres n'eussent eu peine à le reconnaître pour Père commun , et que les schismes n'eussent été fréquents.
Seite 269 - Munster en 1648 , cet ordre fut changé : le duc de Bavière avoit été mis à la place du comte...
Seite 28 - Il ne faut pas imaginer que ces provinces d'un vaste empire soient toutes gouvernées selon les mêmes lois. La Perse a des sujets immédiats , des vassaux , des princes tributaires , même des peuples , à qui elle paye un tribut sous le nom de pension ou de subside.
Seite 383 - Mathilde , et s'étoient mises en liberté comme la plupart des autres villes d'Italie , à la faveur des troubles que les démêlés de ces deux puissances excitèrent. Ferrare devenue libre fut gouvernée par un...
Seite 54 - On ne sauroit dire précisément quel étoit le pouvoir de ces premiers magistrats. 11 paroît avoir été trop foible pour réprimer les excès de la démocratie. Jaloux de la liberté , et trop peu éclairés pour la concilier avec la soumission aux lois , les Athéniens...
Seite 69 - Les hommes s'accoutumèrent peu à peu à penser raisonnablement, à mettre plus d'ordre et de naturel dans leurs écrits, et à colorer avec des dehors plus décens leurs plaisirs ; mais malheureusement cette décence servit aussi à couvrir des passions et des crimes , et le genre humain n'en fut pas peut-être plus heureux. On le voit assez par les horreurs dont la Macédoine fut souillée sous les successeurs d'Alexandre.

Bibliografische Informationen