Relation des voyages faits par les Arabes et les Persans dans l'Inde et à la Chine [Akhbâr al-Sîn wal-Hind]. Texte arabe impr. en 1811 publ. avec des corrections et additions et accompagné d'une tr. fr. par m. Reinaud, Band 1

Cover
Joseph Toussaint Reinaud
1845
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Inhalt


Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 63 - ... chinois prélevait sur elles un impôt d'après leur nombre. De plus, le rebelle fit couper les mûriers et les autres arbres qui se trouvaient sur le territoire de la ville. Nous nommons les mûriers en particulier, parce que la feuille de cet arbre sert à nourrir l'insecte qui fait la «oie, jusqu'au moment où l'animal s'est construit sa dernière demeure. Cette circonstance fut cause que la soie cessa d'être envoyée dans les contrées arabes et dans d'autres régions.
Seite 83 - Ibn-vahab ajoutait qu'au-dessus de chaque prophète on voyait une longue inscription, qu'il suppose renfermer le nom des prophètes, le nom de leur pays et les circonstances qui accompagnèrent leur mission '. Ensuite, il poursuivit ainsi : Je vis la figure du prophète, sur qui soit la paix ! Il était monté sur un chameau, et ses compagnons étaient également sur leur chameau, placés autour de lui.
Seite 135 - En temps de guerre, ces hommes marchent à la tête des combattants ; il ya pour chacun d'eux quelqu'un qui prend le bout de la chaîne et qui la tire en empêchant l'homme d'aller en avant. Des négociateurs s'entremettent auprès des deux partis : si l'on s'accorde 1 Édit.
Seite 48 - Quelques-uns se tiennent nus, la face tournée vers ie soleil, et n'ayant pour toute couverture que quelque peau de panthère. Je vis, dans un de mes voyages, un de ces hommes, dans l'état que je viens de décrire ; seize ans après, je retournai dans le même pays, et je retrouvai cet homme dans la même situation. Une chose qui m'étonna, ce fut que sa personne ne se fût pas fondue de chaleur.
Seite 62 - Chine rapportent qu'il périt en cette occasion cent vingt mille musulmans, juifs, chrétiens et mages, qui étaient établis dans la ville et qui y exerçaient le commerce, sans compter les personnes qui furent tuées d'entre les indigènes. On a...
Seite 92 - L'île dans laquelle il réside est extrêmement fertile, et les habitations s'y succèdent sans interruption. Un homme, dont la parole mérite toute croyance, a affirmé que, lorsque les coqs, dans les États...
Seite 81 - L'empereur ne savait pas que je reconnaissais ces prophètes; il me fit demander par l'interprète pourquoi j'avais remué les lèvres. L'interprète le fit, et je répondis : «Je priais pour les prophètes.
Seite 75 - ... ils ne sont, à cet égard, surpassés par aucune nation. En Chine, un homme fait avec sa main ce que vraisemblablement personne ne serait en état de faire. Quand son ouvrage est fini, il le porte au gouverneur, demandant une récompense pour le progrès qu'il a fait faire à l'art. Aussitôt le gouverneur fait placer l'objet à la porte de son palais, et on l'y tient exposé pendant un an. Si...
Seite 128 - Celui des deux 125. qui est vainqueur prend la main de l'autre , la place sur une pierre et lui coupe le doigt avec la hache ; le morceau tombe, et en même temps le vaincu trempe sa main dans l'huile, qui est alors extrêmement chaude et qui lui cautérise le membre. Cette opération n'empêche pas ce même homme de recommencer à jouer.
Seite 85 - Aussitôt je vis quelques signes d'im- 84. probation sur sa figure ; il chargea l'interprète de me transmettre ces mots : » Fais attention à ce que tu dis; on ne parle aux rois qu'après avoir bien pesé ce qu'on va dire. Tu as affirmé que vous ne vous accordez pas sur cette question ; vous êtes donc en dissidence au sujet d'une assertion de votre prophète, et vous n'acceptez pas tout ce que vos prophètes ont établi. Il ne convient pas d'être divisé dans des cas semblables ; au contraire,...

Bibliografische Informationen