Histoire de la révolution française, Band 5

Cover
Langlois et Leclercq, 1854
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 297 - Enfin, que le Roi n'est pas libre: calomnie atroce, si l'on suppose que sa volonté a pu être forcée; absurde, si l'on prend pour défaut de liberté, le consentement que Sa Majesté a exprimé plusieurs fois de rester au milieu des citoyens de Paris, consentement qu'il devait accorder à leur patriotisme, même à leurs craintes, et surtout à leur amour.
Seite 204 - Mon ami, je mourrai aujourd'hui. Quand on en est là, il ne reste plus qu'une chose à faire, c'est de se parfumer, de se couronner de fleurs et de s'environner de musique, afin d'entrer agréablement dans ce sommeil dont on ne se réveille plus.
Seite 334 - Si dans le sein de Rome il se trouvait un traître Qui regrettât les rois et qui voulût un maître, Que le perfide meure au milieu des tourments! Que sa cendre coupable, abandonnée aux vents, Ne laisse ici qu'un nom plus odieux encore Que le nom des tyrans, que Rome entière abhorre ! ARONS, avançant vers l'autel.
Seite 258 - La peine de mort consistera dans la simple privation de la vie, sans qu'il puisse jamais être exécuté aucune torture envers les condamnés.
Seite 295 - ... ils n'existent plus. La nation souveraine n'a plus que des citoyens égaux en droits, plus de despote que la loi, plus d'organes que des fonctionnaires publics, et le roi est le premier de ces fonctionnaires : telle est la Révolution française.
Seite 51 - ... resteront donc assez longtemps sur la place et dans le commerce. Ceux qui les auront en feront usage pour leurs affaires; et, comme ils seront en grand nombre, ils seront obligés de donner beaucoup d'assignats, ou beaucoup d'argent, pour ce qu'ils voudront acheter. Pendant tout ce temps-là , toutes les marchandises à l'usage du peuple , et surtout le pain , qui est la marchandise la plus générale et la plus utile, se vendront le double , et il se fera de bons coups aux dépens des citoyens.
Seite 230 - Saint-Cloud, je n'ai pas voulu qu'on la fît cesser par la force, parce que j'ai craint de provoquer des actes de rigueur contre une multitude trompée et qui croit agir en faveur des lois lorsqu'elle les enfreint. Mais il importe à la Nation de prouver que je suis libre; rien n'est si essentiel pour l'autorité des sanctions...
Seite 251 - Dès qu'ils sont justes et conformes aux droits de tous, ils sont toujours légitimes. Or, qui peut douter que la nation ne puisse convenir des règles qu'elle suivra dans ses élections pour se défendre elle-même contre l'erreur et contre la surprise?
Seite 327 - Le roi défend à. ses ministres de signer aucun ordre en son nom jusqu'à ce qu'ils aient...
Seite 51 - Ceux qui proposent de faire pour deux milliards d'Assignats, et qui font leur embarras, comme s'ils étaient de bons citoyens, ont donc pour objet de faire monter le pain de quatre livres à vingt sous, la bouteille de vin commun à seize, la viande à dix-huit sous la livre, les souliers à douze francs.

Bibliografische Informationen