Essai sur l'origine et la décadence de la religion Chrétienne dans l'Inde, ... traduit des Recherches Asiatiques de la Société Anglaise de Calcutta, et annoté par J. Daniélo

Cover
chez Bénjamin Duprat, 1847 - 142 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 29 - Enfant divin , la terre devenue pour toi féconde sans culture, te prodiguera d'abord de plus simples présents; elle t'offrira le lierre rampant avec le baccar , et le gracieux acanthe avec le colocase. Les chèvres elles-mêmes rapporteront pour toi à l'étable des mamelles gonflées de lait ; les grands lions ne seront plus redoutés des troupeaux ; ton berceau lui-même se parera de fleurs. Le Serpent périra; avec lui périra l'herbe fallacieuse du poison, et partout naîtra de lui-même l'amome...
Seite 87 - L'empereur ne savait pas que je reconnaissais ces prophètes ; il me fit demander par l'interprète pourquoi j'avais remué les lèvres. L'interprète le fit, et je répondis : « Je priais pour les prophètes. » L'empereur demanda comment je les avais reconnus, et je répondis : « Au moyen des attributs qui les distinguent. Ainsi, voilà Noé, dans l'arche qui se sauva avec sa famille, lorsque le Dieu très-haut commanda aux eaux, et que toute la terre fut submergée avec ses habitants ; Noé...
Seite 88 - Ibn-vahab ajoutait qu'au dessus de chaque prophète on voyait une longue inscription , qu'il suppose renfermer le nom des prophètes, le nom de leur pays et les circonstances qui accompagnèrent leur mission '. Ensuite il poursuivit ainsi : Je vis la figure du prophète, sur qui soit la paix ! Il était monté sur un chameau, et ses compagnons étaient également sur leur chameau, placés autour de lui.
Seite 88 - Ibn-Vabab ajoutait qu'au-dessus de chaque figure de prophète on voyait une longue inscription, qu'il supposa renfermer le nom des prophètes, le nom de leur pays et les circonstances qui accompagnèrent leur mission. Ensuite il poursuivit ainsi : «Je vis la figure du prophète, sur qui soit la paix! Il était monté sur un chameau, et ses compagnons étaient également sur leur chameau, placés autour de lui.
Seite 94 - Ils marchent nu-pieds, tantles hommes que les femmes, et cellesci portent à l'extrémité de leurs jambes de gros anneaux d'argent. L'étoffe dont elles sont couvertes leur va jusqu'au milieu de la jambe. Elles ont sur le haut du corps une camisole de toile qui couvre leur poitrine. Quand elles vont à l'église, ou qu'elles visitent leurs prélats, elle se couvrent toutes d'un drap blanc, qui, posé sur le haut de leur tête , descend jusqu'à terre et ne laisse paraître que leur visage. « Les...
Seite 50 - Les bons cl les mauvais génies le reconnaissent pour leur seigneur et maître. Il avait coutume de jouer avec les serpens et de marcher sur la vipère sans en recevoir le moindre mal ; il surpassa bientôt les maîtres qui l'instruisaient , et quand il eut 5 ans, il parut devant l'assemblée des plus respectables docteurs du pays, et à leur plus grande admiration , à leur plus grand étonnement , il donna l'explication de plusieurs cas difficiles : ses paroles étaient comme de l'ambroisie. «Dans...
Seite 88 - M'étant mis à pleurer, l'empereur chargea l'interprète de me demander pourquoi je versais des larmes; je répondis: « Voilà notre prophète, notre Seigneur et notre cousin, sur lui soit la paix. » L'empereur répondit : « Tu as dit vrai ; lui et son peuple ont élevé le plus glorieux des empires. Seulement il n'a pu voir de ses yeux l'édifice qu'il avait fondé, l'édifice n'a été vu que de ceux qui sont venus après lui. » Je vis un grand nombre d'autres figures de prophètes dont quelques-uns...
Seite 88 - C'est vrai ; mais Moïse se fit voir sur un bien petit théâtre, et son peuple se montra mal disposé à son égard. — Je repris : Voilà Jésus, sur un âne, entouré des apôtres.
Seite 49 - ... de Vi-samasila , qu'on lui donna. »Sa conception miraculeuse eut lieu dans le sein de la Vierge, sa mère. Il était le fils du grand Artiste, et la vertu de sa mère fut d'abord suspectée : mais les chœurs des anges descendirent pour l'adorer. Sa naissance ne fut pas moins merveilleuse que sa conception : les chœurs des anges en attendaient le moment, et des ondées de fleurs tombèrent d'en haut.
Seite 89 - L'esprit général des princes de la dynastie Thang était la tolérance, et même peut-être l'indifférence. Tantôt le prince paraissait pencher pour le christianisme, tantôt pour le culte de Fô ou Bouddha , tantôt pour les doctrines des Tao-sse ou disciples de Lao-tze.

Bibliografische Informationen