La Bible en France, ou Les traductions françaises des Saintes Ecritures: Etude historique et littéraire

Couverture
Libr. française et étrangère, 1864 - 300 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 99 - Ce bien est le tien et toutefois il demeure entièrement à celui qui te le donne. 0 la bénigne possession de grâce, qui rend au donnant et à l'acceptant une même joie et délectation ! Quelque beau semblant que les hommes fassent et quelque propos qu'ils aient en la bouche, pour vouloir colorer et faire entendre de combien bon cœur ils donnent, toujours y at-il en quelque anglet de ce cœur une prudence...
Page 156 - Françoise : Dieu m'est témoin combien ces ajustements m'ont toujours été en horreur; mais je ne puis me dissimuler à moi-même, que j'ai tâché de rendre le langage de l'Écriture clair, pur, et conforme aux règles de la grammaire : et qui peut m'assurer que ce ne soit pas là une méthode différente de celle qu'il a plu au SaintEsprit de choisir1?...
Page 291 - Comme plusieurs ont entrepris d'écrire l'histoire des « choses qui se sont accomplies parmi nous ; « 2° Suivant le rapport que nous en ont fait ceux qui dès « le commencement les ont vues de leurs propres yeux , et
Page 148 - Bastille, il se mit à traduire l'Ancien-Testament, s'estimant heureux de cette facilité d'étude et de ce parfait repos qui lui était procuré : « Les barrières qu'on a posées aux avenues de ma chambre, disait-il, sont pour empêcher de venir à moi le monde qui me dissiperait, plutôt que pour m'empêcher de l'aller voir, moi qui ne le cherche point. » II se regardait dans ces tours de la Bastille comme dans une haute tour de Sion, et pour y être aussi l'humble interprète des choses de...
Page 23 - Metz nous a fait savoir par ses lettres que, dans la ville et dans le diocèse de Metz, une multitude de laïques et de femmes, entraînés par un désir immodéré de connaître les...
Page 47 - Non obstant que bien entendist le latin, et que ja ne feust besoing que on lui exposast, de si grant providence fu, pour la grant amour qu'il avoit à ses successeurs, que au temps à venir les...
Page 236 - ... à demi. Il n'ya pas de raison pour s'arrêter dans une telle voie, et si l'on se permet, sous prétexte de fidélité, tel idiotisme qui ne se comprend qu'à l'aide d'un commentaire, pourquoi n'en pas venir franchement à ce système de calque, où le...
Page 25 - ... travail des intelligences, cherchèrent, à l'aide de la langue vulgaire, des lumières plus vives et plus largement réparties. Ce qui avait lieu à Metz n'était pas un fait isolé, et tout porte à croire qu'il se rattachait à une tendance générale. En effet, à partir de ce moment, les traductions, les commentaires, les paraphrases se multiplient, et c'est à la faveur de cette tendance, que l'on vit le jargon employé par la multitude s'élever au rang de langue littéraire. Un autre...
Page 158 - Parce que tu as fait cela, tu es maudit entre tous les animaux et toutes les bêtes de la terre. Tu ramperas sur le ventre et tu mangeras la terre tous les jours de ta vie. Je mettrai une inimitié entre toi et la femme, entre sa race et la tienne; elle te brisera la tête, et tu tâcheras de la mordre par le talon.
Page 236 - Il n'ya pas de raisons, en effet, pour s'arrêter dans cette voie, et si l'on se permet, sous prétexte de fidélité, tel idiotisme qui ne se comprend qu'à l'aide d'un commentaire, pourquoi n'en pas venir franchement à ce système de calque, où le traducteur se contente de superposer le mot sur le mot, s'inquiétant peu que sa version soit aussi obscure que l'original.

Informations bibliographiques