Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

PRÉFACE.

Lorsque je m'appliquai à l'étude des livres saints, j'en recueillis pour mon utilité particulière les préceptes et les sentences qui me frappèrent le plus, Quelques amis à qui je communiquai mon manuscrit, m'engagèrent à le publier sous le titre de Morale de la Bible, alléguant qu'un ouvrage de cette nature devoit nécessairement être accueilli par une classe nombreuse de lecteurs, comme intéressant à la fois la religion et les lettres : la religion, en ce qu'il présenteroit dans un cadre resserré, et comme en un corps de doctrine, les divers préceptes et maximes de morale semés dans l'Ecriture; et les lettres, parce qu'en exposant aux yeux de ceux qui les cultivent une foule d'exemples, dans tous les genres, tirés des mêmes livres qui inspirèrent le génie des Bossuet, des Racine, des Fénélon et des Rousseau,

il les convaincroit aisément qu'on ne

a

[ocr errors]

sauroit trouver une source plus féconde et plus pure

du beau et du vrai (1), Ces considérations étoient puissantes, cependant elles ne me déterminèrent pas sur-le-champ, et je ne m'y rendis qu'après les avoir mûrement pesées, et m'être encore appuyé de l'avis de personnes recommandables par leur piété et par leur attachement aux saines doctrines littéraires,

Mais en examinant de nouveau mon travail, je sentis qu'il péchoit par défaut de méthode. J'étois choqué de la disparate qu’offroit l'assemblage incohérent de pensées qui n'avoient entr'elles aucune liaison , ayant été extraites dans l'ordre où elles s'étoient présentées à la lecture; en sorte qu'immédiatement' après un précepte d'humilité ou d'aumône, il s'en trouvoit un concernant le jeúne ou la chasteté. Ce défaut me parut d'autant plus grave qu'il est difficile que l'esprit puisse se nourrir et se développer, en parcourant à la fois tant d'objets différens. Je n'avois en outre recueilli que les

(1) Voy. le Disc. prélim. et les liv. Iv et v du Traité des études, de Rollin. Le Cours de poesie sacrée du docteur Lowth, ouvrage excellent, dont M. Roger nous a donné une élégante traduction. - Le Génie du Christianisme, 2. part. etc. etc.

pensées morales renfermées dans un tour concis et sentencieux; enfin je n'avois point placé la version latine à côté du français, et je m'étois servi, sans y rien changer, des traductions de Sacy et de Decarrière, estimables l'une et l'autre sous tant de rapports, mais dont le style me paroissoit laisser beaucoup à désirer.

Voulant donc donner à mon ouvrage une forme nouvelle, et plus d'étendue, je ne considérai tout ce que j'avois déjà fait que comme un travail préparatoire, et ayant entièrement refondu mes matériaux, je les convertis en un dictionnaire dans lequel je classai , sous le même article, tous les passages qui avoient trait au même sujét. Je tâchai en même temps, afin d'éviter une disparité fatigante, d'établir un ordre tel que chaque article formât, en quelque sorte, un discours raisonné. Il m'a été quelquefois impossible de concilier les contrastes des pensées; mais souvent aussi je suis parvenu, par la transposition et l'arrangement des différens versets, à enchaîner tellement les idées, que j'ai été surpris moi-même de l'accord qui en résultoit. Dans le premier cas, c'est-à-dire, lorsque les pensées comprises sous

pou

le même article n'étoient pas de nature å
voir offrir, de quelque manière qu'on les dis-
posât, une combinaison de raisonnemens, je
me suis contenté de les placer les unes à la
suite des autres, en rassemblant toutefois celles
qui avoient entre elles le plus d'analogie; et
quand parmi ces mêmes pensées, il s'en est
trouvé quelques-unes susceptibles de présenter,
par leur réunion', un sens suivi, je les ai ran-
gées séparément, et j'ai alors divisé le même
article en plusieurs sections ou paragraphes,
dont chacun, pour plus de clarté, est précédé
d'un titre sommaire énonçant le sujet auquel il
a rapport, Ainsi, par exemple, au mot Ma-
riage, il y a trois sections : la première traite
de la sainteté de l'union conjugale, la seconde,
de son indissolubilité, et la troisième, des de-
voirs des époux. J'ai été souvent obligé, pour
lier les phrases, pour former les transitions et
donner plus de rapidité au style, d'ajouter des
conjonctions qui ne sont pas dans le texte,
d'en retrancher qui s'y trouvent; mais je l'ai
toujours fait avec le plus grand ménagement,
et de manière à ce que les idées ne fussent point
altérées, et ne présentassent jamais un sens dé-

4

et

[ocr errors]
[ocr errors]

tourné. Au surplus, pour que le lecteur puisse les reconnoître, les additions sont en caractères italiques, et les retranchemens sont marqués par des points. A la suite de chaque pensée latine, j'indique les livres et les chapitres d'où les

passages sont tirés, ainsi que les numéros des versets.

Les peintures énergiques du vice et de la vertu, par les impressions profondes qu'elles laissent dans l'esprit, peuvent contribuer, autant que les instructions les plus pathétiques, à inspirer l'amour du bien : aussi presque tous les moralistes se sont-ils appliqués à analyser le cour humain, et nous voyons que la plupart des ouvrages qui traitent de la science des moeurs, se composent non-seulement d'exhortations et de préceptes, mais encore d'une foule de tableaux où le développement des caractères et les combats des passions deviennent, pour ainsi dire, autant de leçons vivantes (1). C'est ce qui m'a déterminé à enrichir la Morale de la Bible de quelques-uns de ces portraits qu'on rencontre si fréquemment dans Job, dans les Psaumes et dans les livres Sapientiaux, et qui (1) Voy. les Caractères de Théophraste et de Labruyère.

« ZurückWeiter »