Gazette anecdotique, littéraire, artistique et bibliographique..., Band 2;Band 6;Band 12

Cover
Georges d' Heylli
Librairie des bibliophiles, 1881
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 283 - Crois-moi, jeune et belle Ophélie, Quoi qu'en dise le monde et malgré ton miroir, Contente d'être belle et de n'en rien savoir. Garde toujours ta modestie ; Sur le pouvoir de tes appas Demeure toujours alarmée, Tu n'eu seras que mieux aimée. Si tu crains de ne l'être pas.
Seite 120 - L'Empereur regrette que, dans M. Berryer, les [inspirations de l'homme politique l'aient emporté sur les devoirs de l'académicien. Sa présence aux Tuileries n'aurait pas causé l'embarras qu'il semble redouter. De la hauteur où elle est placée Sa Majesté n'aurait vu dans l'élu de l'Académie que l'orateur et l'écrivain, dans l'adversaire d'aujourd'hui que le défenseur d'autrefois.
Seite 203 - Elle est laide de près, et je ne m'étonne pas que mon fils ait été suffoqué par sa présence; mais, quand elle dit des vers, elle est adorable.
Seite 148 - ... fera de la France la patrie des ténèbres, égorgera la liberté, étouffera les arts, décapitera la pensée, niera Dieu; remettra en mouvement ces deux machines fatales qui ne vont pas l'une sans l'autre, la planche aux assignats et la bascule de la guillotine; en un mot, fera froidement ce que les hommes de 93 ont fait ardemment, et, après l'horrible dans le grand que nos pères ont vu, nous montrera le monstrueux dans le petit.
Seite 49 - Bien moins jaloux de leur survivre Que de partager leur cercueil, Nous aurons le sublime orgueil De les venger ou de les suivre ! Aux armes, citoyens ! formez vos bataillons ! Marchons ! qu'un sang impur abreuve nos sillons ! 1794 M.-J.
Seite 172 - Relation des fêtes données par la ville de Paris, et de toutes les cérémonies qui ont eu lieu dans la capitale , à l'occasion de la naissance et du baptême de SAR W.^ le duc de Bordeaux ( publiée par M.
Seite 79 - On dirait, en lisant les œuvres d'imagination de nos jours, qu'il n'ya que le mal et le laid qui soient des réalités. Quand donc nous fera-t-on aussi le roman réaliste du bien ? Le bien est tout aussi...
Seite 147 - Deux républiques sont possibles. L'une abattra le drapeau tricolore sous le drapeau rouge, fera des gros sous avec la colonne, jettera bas la statue de Napoléon et dressera la statue de Marat, détruira l'Institut, l'École polytechnique et la Légion d'honneur, ajoutera à l'auguste devise : Liberté, Égalité, Fraternité, l'option sinistre : ou la Mort; fera banqueroute, ruinera les...
Seite 162 - Mai, venait de passer près de nous. Il fit naître parmi nous quelques espérances de salut, mais elles furent bientôt évanouies. Il se disposait à nous prendre à la remorque, lorsque les Anglais se débrouillèrent et le forcèrent de s'éloigner en chassant de notre côté. « L'eau avait gagné l'entre-pont; nous avions jeté plusieurs canons à la mer...
Seite 163 - Au milieu de l'horreur que nous inspirait à tous ce tableau déchirant, nous ne pûmes nous défendre d'un sentiment mêlé d'admiration et de douleur. Nous entendions, en nous éloignant, quelques-uns de nos camarades former encore des vœux pour leur patrie; les derniers cris de ces infortunés furent ceux de « Vive la République ! » lis moururent en les prononçant.

Bibliografische Informationen