Abbildungen der Seite
PDF

pour que nous n'ayons pas besoin d'y eût été plus ridicule encore que sa ajouter encore !

bénédiction donnée à un prêtre caDéjà abbé de Saint-Denis, et pourvu tholique. Déjà l'on avait obtenu pour encore d'autres bénéfices, le jeune cela de la jeune reine Marie-AntoiTalleyrand voulait s'élever encore, et nette un consentement qu'elle n'eût il était prêt à ne rejeter aucun moyen pas tardé à déplorer; mais la pride parvenir aux honneurs et à la ri- dence et la piété du roi ne permirent chesse. Voyant que tout en France pas ce scandale. Sans doute qu'aétait dirigé,dominé par ce parti philo- vec plus de fermeté et de prévoyance sophique qui, sous prétexte de bien- ce prince aurait pu exiger davantage, faisance et de perfectionnement, al- qu'il aurait dû éloigner de la capilait tout détruire et tout renverser, tale un homme qui n'y venait que il se lia le plus qu'il lui fut possible pour exciter du désordre, et que suravec les meneurs de ce parti, et ne tout il aurait pu exclure de tout tan négligea aucun moyen de lui com-' ploi, de toute fonction, l'indiscret plaire. On se rappelle l'enthousiasme, abbé qui fut, au contraire, dès lors acl'espèce de délire qu'excita leur chef cueilli, même à la cour, avec plus lorsqu'il parut à Paris pour la der- d'empressement, et qui un peu plus nière fois. Le comte de Ségur, qui entard (1780) fut nommé agent généa fait un tableau assez curieux, y ral du clergé; place fort honorable, omet une des circonstances les plus fort lucrative, mais qu'il a toujours remarquables, celle de la bénédic- passé pour avoir très-mal faite. tion qui fut donnée par le patriarche Loin de satisfaire l'ambition de de la secte au jeune abbé de Périgord. l'abbé de Périgord, cette faveur ne Ce fut dans une des réunions les plus fit qu'y ajouter encore. C'est alors brillantes de la capitale, en présence qu'il eut la fantaisie d'être initié dans de plusieurs grands personnages, que l'administration des finances, et que, Voltaire imposa sérieusement ses pour cela, il se fit recommander aumaios philosophiques sur la tête près de Calonne, qui en était le minisd'un jeune prêtre à genoux et pros. tre, Une circonstance assez remarqua. terné devant lui. Cette comédie, qui ble de cette recommandation, c'est que dans un autre temps eût fait sourire ce fut le célèbre Mirabeau qui la donde pitié, excita alors de nombreux na. La lettre qu'il écrivit pour cela applaudissements de la part d'un pu. au contrôleur général n'est pas moins blic choisi dans les plus hautes clas curieuse par les motifs que par les ses de la société, et elle donna un noms qui y sont attachés. « ... Vous grand crédit au jeune abbé, quien re- «m'avez montré du regret de ce que çut beaucoup de compliments, même à je ne voulais pas employer mon faila cour de Louis XVI. Ce prince n'en able talent à diriger vos belles conétait qu'à la quatrième année de son «ceptions. Eh bien! monsieur, soufrègne, et déjà il se laissait entraîner «frez que je vous indique un homme dans le système de concessions et de «digne de cette marque de confiance; faiblesse qui devait le conduire à l'é- «M. l'abbé de Périgord joint à un chafaud. L'aveuglement était tel, que a talent très-réel et fort exercé, une legrand philosophe futsurle point d'e. « circonspection profonde et un setre reçu à Versailles, où le projet était «cret à toute épreuve, Jamais vous de lui faire une espèce d'ovation qui ne pourrez choisir un homme plus

sûr, plus pieux au culte de la re- « l'être à tout homme de votre trem« connaissance et de l'amitié, plus pe. L'histoire de mes malheurs m'a a envieux de bien faire, moins avide wjeté entre ses mains; et il me faut

de partager la gloire des autres, « encore user de ménagement avec cet • plus convaincu qu'elle est et doit whomme vil, avide, bas et intri

être tout entière à l'homme qui «gant. C'est de la boue et de l'ar« sait concevoir et qui ose exécuter.. a gent qu'il lui faut. Pour de l'arUne pareille recommandation ne pou gent il a vendu son honneur et vait être sans effet auprès du minis» « son ami; pour de l'argent il ventre. L'abbé de Périgord fut donc très- a drait son âme, et il aurait raison, bien accueilliet bientôt initié dans les « car il truquerait son fumier contre plus grandes opérations de finances; « de l'or.. Le public n'a jamais bien il donna même des plans qui furent su la cause de cette querelle entre suivis. Comme on doit le penser, il ne deux hommes si bien faits pour vis'y oublia point, et profita merveilleu- vre d'accord; seulement on voit, dans sement des avantages que lui donnait les mémoires du temps, que Mirasa position d'agent général du clergé. beau avait mal parlé de l'abbé de Dès lors il s'élanca sans réserve dans Périgord, dans sa correspondance de le système de cupidité et d'agiotage Berlin, où l'on sait qu'il fit longtemps qu'ila pratiqué toute sa vie, et dont on le métier d'observateur politique, et peut dire qu'il a imprimé le cachet à que celui-ci s'en était vengé par de son époque. Au temps où nous sommes fâcheuses révélations auprès du mi. arrivés (1787), son activité était vé- nistère qu'il ménageait alors, voulant ritablement prodigieuse. Mêlé à tou- s'assurer de son appui pour obtenir tes les affaires de finances, à toutes le siége d'Autun, auquel il parvint les intrigues de la politique, initié enfin le 1er oct. 1788. Il est triste dans tous les complots qui dès lors d'être obligé de dire qu'à cette même se tramaient au Palais-Royal, ce fut époque le nouveau prélat était un là qu'il connut plus particulièrement des ecclésiastiques de France les plus les ducs de Lauzun, d'Orléans, et sur- décriés par leurs mæurs, et qu'on lui tout Mirabeau dont l'esprit et les attribuait publiquement plusieurs goûts ayaient tant de rapport avec liaisons de galanterie, entre autres les siens. Ils se brouillèrent cepen- avec Mme de Buffon, la brue du grand dant un jour, et se raccommodèrent naturaliste, qui, par des circonstanbientôt, comme il arrive entre de ces que nous ne dirons point, passa pareilles gens. Cette rupture a été ré- ensuite dans les bras du duc d'Orvélée par une lettre à d'Antraigues, léans. Un peu plus tard ce fut la cénon moins curieuse que celle qu'on lèbre romancière Mme de Flahaut vient de lire. Nous la citerons égale- qui, par un second mariage, conment. . Ma position, assombrie par tracté sous les auspices de Talley- l'infâme conduite de l'abbé de Pé- rand, devint Mme de Souza. a rigord, est devenue intolérable. Je L'évêque d'Autun était alors (1788) • pous envoie sous cachet volant la parfaitement bien avec Necker qui a lettre que je lui écris. Jugez-la, et avait succédé à Calonne, et ils ne « envoyez-la-lui. J'aime à penser que tardèrent pas à préparer ensemble . cet homme vous est inconnu, et je la convocation des états généraux, « suis bien sûr au moins qu'il deyrait pour laquelle devaient être prises des

mesures si l'ausses, si funestes! On qu'il faut attribuer tous les désorsait que le nouveau prélat était en dres, toutes les calamités qui, depuis même temps lié à tous les complots plus d'un demi-siècle, affligent notre du Palais-Royal, et que ce fut par lui patrie. Comme on l'a vu, Maurice que se firent à l'assemblée les plus Talleyrand y eut une grande part, et importantes communications de cet sa mémoire doit en être à jamais occulte pouvoir. Comme, pour rem- chargée. Mais on doit aussi reconnatplir ce rôle, il avait eu besoin d'être tre que toutes les mesures des midéputé, et qu'il ne pouvait pas se nistres concourureat à ce déploflatter d'obtenir cet honneur du clergé rable résultat, que la faiblesse de de la capitale, qui ne le connaissait Louis XVI y mit le comble en donque sous d'assez mauvais rapports, pant au petit nombre des députés il s'adressa à celui d'Autun, qui ne du clergé et de la noblesse qui, l'avait pas même vu prendre posses fidèles à leur mandat, avaient resion de son siége, mais auquel il fit fusé de suivre leurs collègues à l'Asles plus belles promessés par une semblée nationale, l'ordre formel de correspondance très-pressante, très s'y rendre. Ainsi, par l'imprévoyanobsequieuse, et qui assura son élec- ce et l'excessive bonté de Louis XVI, tion,

fut ouverte la carrière des révoluAinsi député du clergé de son dio- tions; ainsi, par les complots, par la cèse aux états généraux, l'évêque félonie de son cousin, par l'ambition, d'Autun parut à l'ouverture de cette les intrigues de l'évêque d'Autun et assemblée, le 5 mai 1789. Dès la pre- de ses amis, commença le renversemière séance, il prit part aux discus- ment d'une monarchie de quatorze sions sur la vérification des pouvoirs siècles. que les deux premiers ordres you- Jusque-là on s'était flatté à la cour laient faire séparément, suivant l'an- qu'attaché par tant de liens à la cause cien usage, mais que le tiers-état pré- du trône et de l'autel, le jeune prélat tendit faire en commun, ce qui était suivrait une autre direction; mais ce véritablement une révolution, une nouvel écart mit fin aux illusions. On atteinte sans exemple portée aux lois feut cependant encore un moment l'esde la monarchie. Talleyrand, se sé- poir de le faire entrer dans de meilparant de la plupart de ses col- leures voies. Comme on le savait enlègues du clergé, insista beaucoup detté, des propositions pécuniaires pour faire prévaloir cette préten- lui furent faites; mais déjà il était tion du tiers - état. N'ayant pu y trop engagé dans le parti de la réréussir, on le vit, après une longue volution; pour l'en détourner il eût délibération, accompagné de 146 de fallu faire d'énormes sacrifices ; et ses collègues du clergé, se rendre, dans la gêne où se trouvaient les au milieu des bruyants applaudisse finances, dans la nécessité de faire ments de la populace, à l'assemblée des économies, on dût y renoncer. du tiers, qui déjà s'était déclarée sou- D'ailleurs on sut que dès lors soixante veraine et avait pris le titre d'As- mille francs de rente lui étaient assemblée nationale. C'est, sans nul surés par le Palais-Royal, et si l'on doute, à cette première violation du ajoute à cet avantage la séduisante mandat, à ce premier acte de rébel- perspective que lui offrait la révolulion, que tant d'autres ont suivi, tion, on verra que pour un tel homme

LXXXIII.

le choix ne pouvait être douteux. 11 faible déficit, sans les charger de répondit fièrement aux envoyés de la nouveaux impôts. Toutes les ins. cour : « Je trouverai dans la caisse tructions, tous les ordres de convo.

de l'opinion publique bien au-delà cation avaient été donnés en consé'• de ce que vous me proposez. D'ail- quence de ce but qu'il s'agissait « leurs un argent acquis de la cour d'atteindre par les moyens les moins ane sera désormais qu'une cause de onéreux. Tous les électeurs, tous s ruine; et comme j'ai besoin de les bailliages avaient parfaitement • m'enrichir, je prétends appuyer compris cela , et, sans exception, ils • plus solidement ma fortune. Si le avaient donné des pouvoirs en concaractère du prélat se révèle dans séquence; aucun n'avait eu la penées dernières paroles, si l'on y re- sée de s'écarter des traditions et des connaît si bien les causes et les mo- lois de l'antique monarchie. Une teurs de toutes ses actions dans cette partie d'entre eux avait positivement longue période de nos révolution's prescrit à leurs députés de ne conoù il joua un si grand rôle, on peut sentir à rien de ce qui pourrait pordire qu'elles caractérisent également ter atteinte à l'autorité royale et rebien tous les ambitieux, tous les ligieuse, et, dans le cas où quelque · charlatans qui depuis si long- chose de pareil serait l'objet d'une temps exploitent notre malheureux discussion, de n'y prendre aucune pays sans autre but que de s'en- part, même de se retirer. L'injoncrichir et d'appuyer solidement leur tion était formelles rien n'autorifortune. C'est pour parvenir aux sait le mandataire à s'en écarter. meilleurs emplois, pour aequérir de C'est ce que l'on appela des mandats grandes richesses qu'ils ont jeté la impératifs. Après la fameuse séance France dans tant de faux systèmes, du jeu de paume, qui ne fut réelledans tant de chimériques utopies. ment qu'un acte de rébellion, une Les mots de patrie, de liberté ne sont infraction ani mandat de tous les dédans leur bouche que d'astucieux putés, beaucoup refusèrent de prenmensonges, des moyens de faire des dre part aux délibérations, et s'absdupes. Et il faut avouer qu'ils en ont tinrent de venir aux séances, ce qui trouvé plus qu'on ne devait s'y at- n'empêcha pas l'assemblée de pourtendre dans cette nation qui se dit la suivre ses discussions sur le même plus éclairée, la première de l'univers! sujet. Comme on avait besoin de

Le prélat-député eut bientôt une quelque chose qui eût an moins un autre occasion de signaler son zèle air de régularité, on essaya de justianti-monarchique; ce fut la question fier tout ce qui s'était fait par de des mandats impératifs, dont il ou- vains discours, et ce fut encore l'évrit lui-même la discussion. C'était vêque d'Autun que l'on chargea de encore une des bases de la monar- cette difficile mission. Nous ne rapchie qu'il s'agissait de renverser. porterons pas tous les sophismes, Comme nous l'avons dit, Louis XVI, toutes les faussetés qu'il débita penen convoquant les états généraux, * dant plusieurs heures, pour établir avait conservé la plénitude de son que les électeurs n'avaient pas eu le pouvoir. Dans son extrême bonté, il droit de limiter les pouvoirs de leurs n'avait voulu que consulter ses su- mandataires, que ceux-ci, s'étant ets sur les moyens de remplir un déclarés Assemblée nationale cons

[ocr errors]

tituante, étaient devenus souverains comme le prélat député-était aussi absolus et n'avaient d'ordre à rece- membre du comité d'instruction puvoir de personne, même du roi, qui blique, ce fut encore lui qui', un n'était plus que le pouvoir exécu- peu plus tard, fit un long rapport sur tif. Cette doctrine, quelque étrange les méthodes d'enseignement qu'on qu'elle fût, ne trouva pas de contra- voulait substituer à celles qui depuis dicteurs, et l'Assemblée adopta l'or- tant de siècles produisaient, sous dre du jour sans discussion, attendu la main du clergé, de si heureux que la proposition de l'évêque d'Au- résultats. Le but de ce rapport, qui, tun était fondée sur un droit incon- aux yeux de certains esprits, passe testable, qu'elle n'avait pas besoin encore pour un monument de sad'être discutée. Ce discours, par son gesse, était évidemment d'arracher importance et son étendue, ajouta l'enseignement à cet admirable clerbeaucoup à l'influence qu'avait déjà gé, ou, pour nous servir de l'exle prélat orateur, et lorsque huit pression consacrée, de le séculari jours après survint l'insurrection qui ser, en le livrant au philosophisme, amena la prise de la Bastille, il fut un à cette école d'impiété qui, sans des commissaires que l'on envoya à rendre cette génération plus savante Paris avec la mission d'observer et de ni plus habile, l'a faite si dépravée, recueillir des renseignements sur les si difficile à gouverner! Mais ce qui causes, les effets de cette révolution, s'y trouve de plus étrange et ce qui ou plus probablement de lui donner prouve mieux que nous ne saurions une direction dans les intérêts et se- le faire que plusieurs mains y ont 'lon les instructions du Palais-Royal. travaillé, c'est qu'on y voit posé en

A son retour, Talleyrand fut nom- principe par celui-là même qui vient mé pour la seconde fois l'un des de proclamer les droits de l'homme, membres du comité de constitution, par celui-là même qui a établi qu'auet il fit encore adopter différents pro- cune puissance ne peut dénier ces jets, notamment la fameuse déclara- droits, que l'homme appartient à l'Étion des droits de l'homme, qui, après tat. Les faits de la révolution ont tant d'essais non moins funestes que assez prouvé que telle fut toujours ridicules, fait sourire de pitié les la pensée de ces philanthropes hypo

hommes doués de quelque seus. Et crites, qui tout en prêchant la li! Ce fut un prélat, un des premiers berté et les droits de l'homme, ne

dignitaires du royaume, qui proposa cherchaient réellement qu'à se ren. sérieusement cette déclaration à une dre les maîtres des personnes comme assemblée qui, aux yeux de quelques des choses, et qui, lorsque tout leur enthousiastes, passe encore pour une a été soumis, en ont usé plus despotides plus éclairées, des plus sages que quement, plus arbitrairement qu'au. l'on ait jamais vues ! Il n'est pas inu- cun des pouvoirs qui les avaient

tile d'ajouter que cette étrange décla- précédés. Du reste, on ne doit pas s'é' ration n'était pas plus dans les con- tonner qu'il existe dans les écrits et

victions de l'évêque d'Autun que dans dans les doctrines du prélat-député celles de la plupart des gens qui l'en- quelques contradictions, quelques tendaient, qui l'applaudissaient; elle diversités. On sait qu'il ne les faisait de fut pas moins la base de toutes les pas tous lui-même, et que celui qu'il opérations de l'illustré assemblée! prononça sur l'enseignement était

[ocr errors][merged small][ocr errors]
« ZurückWeiter »