Images de page
PDF
ePub

d'une estime raisonnée, je sens qu'il faudrait l'avoir pratiquée beaucoup : car l'expérience seule peut démontrer qu'elle est plus prompte, plus claire, plus facile à s'insinuer dans l'esprit comme dans la mémoire des enfants, et plus propre à fixer leur attention sans les dégoûter. Or, cette expérience, c'est celle que vous avez acquise par vous-même, et qu'aujourd'hui vous mettez en usage avec tant de succès pour le bien de l'humanité. Elle répond à toutes les objections d'une vaine théorie, et je ne puis, en vous félicitaut doublement, en applaudissant à votre zèle, que vous assurer, mon très-révérend père, des sentiments de vénération avec laquelle j'ai l'honneur d'être votre trèshumble et très-obéissant serviteur.

AnU l'.ust., Kv. de Nancy.

P. A'. J'ai remarqué particulièrement le parti que vous tires: du patois du pays pour aider la compréhension des enfants. J'ai toujours pensé que pour bien saisir les principes de toute langue, il faut d'abord parler un idiome quelconque, un jargon si l'on veut, bien qu'il soit dénué de règles ou qu'on les ignore, mais pour servir de point d'appui et de comparaison. C'est une espèce de thème que vous leur faites faire. et l'enseignement de l'orthographe (si fantasque) s'.ensuit nécessairement sans étude particulière.

III. Réponse de S. Éminence le Cardinal de Hausset.

Paris, 19 juillet I8ïi.

On ne peut être plus touché que je le suis, mon révérend père, du sentiment qui vous porte à m'associer au succès de vos travaux et de vos efforts pour l'instruction du peuple de vos campagnes. Vous avez bien raison de penser et de dire que Fénelon aurait applaudi du fond de son cœur à des intentions si pures et si utiles.

Je ferai connaître l'ouvrage que vous avez eu la bonté de m'envoyer à plusieurs pasteurs que leur ministère met à portée de connaître les besoins du peuple et le degré d'instruction dont il est susceptible.. J'ai lieu de croire qu'ils y trouveront de nouveaux motifs et de nouveaux moyens de se rendre utiles à la religion et à la société.

Recevez, mon révérend père, tous nies remerciments avec l'expression de ma sincère vénération.

Le Cardinal de Baustet.

TABLE

DES MATIÈRES.

Pages

Rapport de M. Villemain , T

Préface ne

LIVRE PREMIER.

* CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES.

Cbap. I". Comment la mère apprend la langue à ses enfants . . 1

Chap. II. De l'enseignement régulier de la langue maternelle et

du but auquel il doit tendre 16

Chap. III. Vues préliminaires sur l'enseignement de la langue

maternelle mis au service de l'éducation 35

§ I". Souvenirs et réflexions 26

§ II. De quatre éléments qui doivent concourir à for-
mer le Cours de langue maternelle. — Le grammai-
rien. — Le logicien. — L'éducateur. — Le littéra-
teur 31

LIVRE SECOND.

L'ENSEIGNEMENT RÉGULIER DE LA LAN GUE MATERNELLE , CONSIDÉRÉ UNIQUE-
MENT COMME EXPRESSION DE LA PENSÉE.

Chap. Ier. Conditions que doit remplir l'enseignement régulier de

la langue sous ce premier rapport 30

S I". Marche de l'enseignement régulier 39

S II. Développement progressif. 41

% III. Enseignement pratique A3

, S IV. Harmonie entre les diverses parties de l'ensei-
gnement kl

Chap. H. Coup d'oeil sur l'enseignement ordinaire^le la langue,

considéré sous le même rapport 51

§ I". Forme dominante dans l'enseignement de la

langue 52

§ II. Critique de l'enseignement dominant. 1° Grandé

lacune. — 2" Désordre dans la suite et le dévelop-

pement des matières. - 3° Rôle passif des élèves.. 54

Chap. III. Esquisse du Cours de langue avec des réflexions justificatives 60

Indication des parties qui la composent 61

Tableau synoptique de ces parties 72

LIVRE TROISIÈME.

■.'ENSEIGNEMENT RÉGULIER DE LA LANGUE MATERNELLE , CONSIDÉRÉ COMMK MOYEN DE CULTIVER L'ESPRIT.

Chap. I". Facultés intellectuelles des élèves du Cours de langue

maternelle et leur développement 74

S Ier. Indication de ces facultés. — Le sens ou la faculté de recevoir les impressions. — L'intelligence. 1

— La mémoire. —fl'imagination 74

§ II. Besoin de cultiver les facultés intellectuelles de

l'enfance 89

§ III. Moyens de cultiver ces facultés 91

Chap. II. Instruction à donner aux élèves du Cours de langue

maternelle 94

S Ier. Des objets qui doivent former la matière de
l'instruction. — L'homme. — La famille. — La so-
ciété. — Le genre humain composé de divers
peuples. — La nature et ses merveilles. — Le Créa-
teur et le Mattre de l'univers. — La vie de l'homme
au delà du tombeau. — Le Sauveur des hommes. —

La morale de l'enfance 94

§ II. Convenance de l'instruction ébauchée peur le sens, l'intelligence, la mémoire et l'imagination. . 117 Chap. III. Exercices propres au développement des facultés intellectuelles 123

S I". Juste milieu entre deux extrêmes 123

§ II. Essais d'explication 125

S III Essais d'invention 129

S IV. Exercices syntaxiques 132

Chap. IV. Réponfce à des objections faites ou a faire contre le plan

proposé 134

S I". Première classe. — Morcellement de la doc-
trine. —Mélange continuel. — Fréquentes répétitions.

— Anticipations 135

§ II. Seconde classe. — Alliage de l'instruction di-
recte et des leçons de langue. — Le développement
intellectuel. — Conclusion 145

LIVRE QUATRIÈME.
L'enseignement Régulier De La Langue Mis Au Service De LA CULTl'RL

DU COEUR.

Page

Cbap. I". But qu'il faut se proposer dans l'éducation des en-
fants s 159

S I"- Circonstances dans lesquelles le Sauveur a vécu. 160

g II. Principaux traits du caractère de J.-C 162

§ III. Quelques détails de ce caractère 163

§ IV. Réflexions sur le choix du modèle 167

Chap. II. Caractère de l'enfance, S4^ tendances et ses aptitudes. 169
S Ier. Tendance personnelle. — L'amour des plaisirs.

— L'amour de soi 172

g II. Tendance sociale La reconnaissance. — La

pitié.—La bienveillance.—Le penchant à la croyance.

— Le penchant à l'imitation 176

§ III. Tendance morale. — L'amour du bien. — Le

respect pour le bien. — Sentiment du devoir et du
mérite 185

§ IV. Tendance religieuse 193

Chap. III. Culture du cœur en général au moyen du Cours de

langue maternelle. 196

§ I". État normal des élèves quand ils sont admis au
Cours de langue 196

§ II. Services que le Cours de langue maternelle doit
rendre à l'éducation du cœur 202

g III. Limites de ces services 207

Chap. IV. Culture de la tendance morale au moyen du Cours de

langue maternelle 214

Première Section. Développement de l'intelligence
morale 215

§ I". Étendre le domaine moral sur les '-ecrets mou-
vements de l'ime 215

§ II. Familiariser les élèves avec les motifs d'où par-
tent les ordres de la conscience 217

§ III. Exercer les élèves dans la logique morale. . . . 220

Deuxième Section. Fortifier l'empire de la conscience. 221

§ Ier. La pensée du législateur. 222

S II. Le souvenir du Sauveur 224

§ III. Nos vrais intérêts dans cette vie 2a

§ IV. La pensée de l'éternité 22b

Chap. V. Culture de la tendance religieuse au moyen du Cours

'de langue 229

Première Section. Culture de la piété envers Dieu. . 229

',. § I". Culture de la croyance en Dieu 230 I

§11. Exciter le respect pour Dieu 233

§ III. Envelopper la gratitude envers Dieu 2tf

§ IV. Développer la confiance en Dieu 243

Deuxième Section. Piété envers le Sauveur. 241

§ l". Ce que fait le Cours de langue 2âô

§ II. Observations à l'usage des instituteurs et des

institutrices. . . . i* 247

Chap. VI. Culture de la tendance sociale au moyen du Cours de

langue 25)

§ I". La piété filiale IH

§ II. L'amour du prochain 254

§ III. Humanité envers les animaux 251

Chap. Vil. Culture de la tendance personnelle 258

§ I*r. L'estime de soi 259

§ II. L'amour des plaisirs des sens 262

§ III. Le désir de posséder 263

LIVRE CINQUIÈME.

EMPLOI DU COCUS DE LANGUE MATERNELLE.

Chap. I". Observations et règles générales 263'

Chap. II. Emploi du Cours de langue dans les écoles 269

S Ier. Temps que ufCom s de langue exige à l'école . 269 § II. Leçons qui peuvènt accompagner le Cours de

langue 2".

§ III. Division des élèves et méthode d'enseignement. 272

Chap. III. Emploi du Cours de langue dans lus familles 2'

Appendice 2

FIN DE LA TABLE DES MATIÈRES.

« PrécédentContinuer »