Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

Mais ces hommages n'ont pas paru suffire à la mémoire du regretté défunt. Ce qu'une simple notice avait laissé entrevoir de sa sainte âme, on a voulu le mieux connaître, afin de le pouvoir mieux admirer et imiter, dans une étude biographique détaillée et complète. C'est à nous qu'a été confiée la tâche à la fois délicate et consolante de satisfaire ce pieux désir.

Membre fervent de l'Association des PrêtresAdorateurs fondée et dirigée par les Religieux du Très Saint Sacrement, apôtre infatigable de la fréquente communion à la diffusion de laquelle nous avons nous-même presque exclusivement voué notre ministère, l'abbé Le Guillou se trouva, de ce double chef, en relations fréquentes et intimes avec nous. Voilà sans doute pourquoi, sans y avoir aucun droit par ailleurs, et malgré notre insuffisance, nous avons été désigné par les amis du vénéré défunt pour écrire une vie dont il leur appartenait mieux qu'à nous, à tous les points de vue, de retracer les vertus et de faire revivre les beaux exemples.

Toutefois, nous avons hâte de le dire, notre tâche a été considérablement simplifiée par le concours obligeant de ces mêmes amis, dont les témoignages sont venus constituer de si abondants matériaux et de si précieux documents, et par les nombreux écrits de l'abbé Le Guillou, pieusement recueillis après sa mort et mis par eux entre nos mains.

En sorte que ce livre est bien moins notre oeuvre personnelle que celle de ses confrères, de ses élèves, et plus encore celle de l'abbé Le Guillou lui-même, dont la physionomie se dégage, dans toute sa grâce surnaturelle et sa simplicité évangélique, de ses notes intimes et de ses lettres, reproduites en grande partie dans les pages que nous livrons au public.

Ajoutons, pour donner dès maintenant au lecteur une idée exacte de ce livre, qu'il est bien moins aussi le récit chronologique et détaillé des événements qui ont rempli la vie de M. Le Guillou, vie, du reste, sans éclat aux yeux du monde, que l'histoire intime de son âme, une sorte de tableau d'ensemble où l'on s'est appliqué à retracer les principaux traits de cette âme si éminemment sacerdotale.

L'abbé Le Guillou fut avant tout éducateur. Dixhuit années de sa vie s'écoulèrent dans un collège catholique, vouées exclusivement à la formation intellectuelle et religieuse de la jeunesse. A ce titre, il mérite d'être proposé comme modèle aux prêtreséducateurs. Aussi bien est-ce avant tout à eux que ce livre s'adresse.

De plus, on peut dire que l'Eucharistie a rempli la vie de l'abbé Le Guillou, qu'elle en a été comme le principe dirigeant, l'objectif permanent, la passion souveraine. Tous ceux qui l'ont connu et ont vécu dans son intimité rendent de lui, sur ce point, le même témoignage.

« Je me réjouis d'apprendre, nous écrivait l'un d'eux, que vous allez faire une notice sur notre vénéré et regretté M. Le Guillou. Faites surtout ressortir sa tendre dévotion envers l'Eucharistie et son zèle ardent à la faire aimer; ce fut là comme la caractéristique de sa vie sacerdotale. »

« Je ne vous surprendrai pas, écrivait un autre, en vous disant que M. Le Guillou fut avant tout un prêtre de l’Eucharistie ! c'est là le caractère qui l’explique le mieux. Tout M. Le Guillou est là... »

C'est ce trait plus saillant de sa physionomie morale que nous nous sommes appliqué à mettre en évidence dans ce livre. Les membres de l'Association des Prêtres-A dorateurs et, en général, tous les prêtres désireux de se sanctifier et de sanctifier les âmes par l'Eucharistie y trouveront de beaux exemples.

Les qualités qui distinguent les vrais directeurs spirituels brillèrent aussi d'un vif éclat dans ce prêtre modeste autant que zélé. Ses notes intimes, ses lettres, dont ce livre contient de nombreux extraits, forment un traité pratique de la vie intérieure : les âmes religieuses et les âmes chrétiennes vivant dans le monde y pourront puiser d’utiles conseils et de précieux encouragements.

Enfin, il n'est pas jusqu'à la jeunesse, à cette jeunesse si chère au coeur du vertueux éducateur, qui ne trouvera son profit dans ce livre dont chaque page, pour ainsi dire, reflète, mieux encore, proclame le zèle saintement passionné qui l'anima pour elle jusqu'à la mort. Les élèves et anciens élèves du collège de Lesneven, en particulier, retrouveront dans ces pages comme un écho de cette voix sympathique dont les accents émus remuèrent tant de fois et si profondément leurs cours, en même temps qu'ils y portèrent la lumière, la force, la consolation, l'amour du bien, le zèle de la vertu et le désir de la sainteté ; ils pourront pénétrer mieux encore dans le secret de cette sainte vie dont ils furent les témoins et les admirateurs, se pénétrer davantage de ses enseignements et de ses exemples, y conformer fidèlement leur conduitė, et ainsi honorer sa mémoire et se montrer toujours ses dignes enfants.

[ocr errors]

De notre Maison-mère de Paris, 11 avril 1894,

Anniversaire de la mort de M. Le Guillou.

« ZurückWeiter »