Histoire de la révolution française: Convention nationale. 1824-1825. 3 vol

Cover
Treuttel et Würtz, 1825
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 23 - Sont réputés ennemis du peuple ceux qui auront provoqué le rétablissement de la royauté, ou cherché à avilir ou à dissoudre la Convention nationale et le gouvernement...
Seite 373 - Pendant que je lui adressais cette petite harangue',. il me regardait fixement sans changer de position, et il m'écoutait avec l'apparence de la plus grande attention ; mais pas un mot de réponse. Alors je repris mes propositions comme si j'eusse pensé qu'il ne...
Seite 28 - La loi donne pour défenseurs aux patriotes calomniés des jurés patriotes : elle n'en accorde point aux conspirateurs.
Seite 373 - ... quelle réponse pourrons-nous faire au gouvernement, dont nous ne sommes que les organes? Ayez la bonté de me répondre, je vous en supplie , ou bien nous finirons par vous l'ordonner. » Pas un mot, et toujours la même fixité. J'étais...
Seite 78 - République ont opposé ce comité au comité de salut public, et constitué ainsi deux gouvernements; que des membres du comité de salut public entrent dans ce complot; que la coalition ainsi formée cherche à perdre les patriotes et la patrie. Quel est le remède à ce mal? Punir les traîtres, renouveler les bureaux du comité de sûreté générale, épurer ce comité...
Seite 78 - ... taire; car que peut-on objecter à un homme qui a raison et qui sait mourir pour son pays? < Je suis fait pour combattre le crime, non pour le gouverner. Le temps n'est point arrivé où les hommes de bien peuvent servir impunément la patrie ; les défenseurs de la liberté ne seront que des proscrits tant que la horde des fripons dominera.
Seite 65 - Si mon espoir était vain , s'il était différé, écoute, lis, te dis-je : cette main qui trace ta sentence, cette main que tes yeux égarés cherchent à découvrir , cette main qui presse la tienne avec horreur , percera ton cœur inhumain.... Tous les jours je suis avec toi , je te vois tous les jours ; à toute heure, mon bras levé cherche ta poitrine...
Seite 26 - La preuve nécessaire pour condamner les ennemis du peuple est toute espèce de document, soit matérielle, soit morale, soit verbale, soit écrite, qui peut naturellement obtenir l'assentiment de tout esprit juste et raisonnable. La règle des jugements est la conscience des jurés éclairés par l'amour de la patrie ; leur but, le triomphe de la république et la ruine de ses ennemis ; la procédure, les moyens simples que le bon sens indique pour parvenir à la connaissance de la vérité dans...
Seite 20 - Divinité : l'une ne peut séjourner sans l'autre parmi les hommes. Peuple généreux , veux-tu triompher de tous tes ennemis ? Pratique la justice , et rends à la Divinité le seul culte digne d'elle.
Seite 319 - Ce nom si cher produisit sur moi tout l'effet qu'il en attendait. Je fondis en larmes, en remerciant Dieu qui m'envoyait un libérateur. Il grimpa sur le haut de l'arbre, m'aida à parvenir jusqu'à lui, et m'invita à me mettre sur ses épaules, ce que je fis : quoique la charge fût lourde, il descendit avec beaucoup d'adresse et de bonheur ; mais, en touchant la terre, le pied lui glissa, et nous tombâmes tous les trois dans la haie. Mon effroi fut extrême pour mon enfant ; mais je fus promptement...

Bibliografische Informationen