Poètes français: ou choix de poésies des auteurs du second et du troisième ordre, des XV, XVI, XVII, et XVIII siècles, avec des notices sur chacun de ces auteurs

Cover
Ménard et Desenne, fils, 1825
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Inhalt


Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 204 - Tandis que je me perds en ces rêves profonds, Peut-être un habitant de Vénus, de Mercure, De ce globe voisin qui blanchit l'ombre obscure, Se livre à des transports aussi doux que les miens.
Seite 153 - L'heure sonne, et la mort m'appelle: Je n'ai point de lâche désir, Je ne fuirai point devant elle. Je meurs plein de foi, plein d'honneur ; Mais je laisse ma douce amie Dans le veuvage et la douleur... Ah! je dois regretter la vie! Demain, mes yeux inanimés Ne s'ouvriront plus sur tes charmes; Tes beaux yeux, à l'amour fermés, Demain seront noyés de larmes.
Seite 202 - Toutefois, quand le temps, qui détrompe sans cesse, Pour moi des passions détruira les erreurs, Et leurs plaisirs trop courts souvent mêlés de pleurs ; Quand mon cœur nourrira quelque peine secrète ; Dans ces moments plus doux, et si chers au...
Seite 164 - Dieu créateur ! dit-il, toi dont les mains fécondes Dans les champs de l'espace ont suspendu les mondes ; Dieu des vents et des mers, dont l'œil conservateur De l'Océan qui gronde arrête la fureur, Et, d'un regard chargé de tes ordres...
Seite 26 - L'HOMME a dit : les cieux m'environnent, Les cieux ne roulent que pour moi ; De ces astres qui me couronnent, La nature me fit le roi ; Pour moi seul le Soleil se lève, Pour moi seul le Soleil achève Son cercle éclatant dans les airs; Et je vois, souverain tranquille, Sur son poids la terre immobile Au centre de cet univers *. Fier mortel, bannis ces fantômes, Sur toi-même jette un coup d'œil.
Seite 195 - Je préfère ces lieux où l'âme , moins distraite, Même au sein de Paris peut goûter la retraite : La retraite me plaît , elle eut mes premiers vers. Déjà , de feux moins vifs éclairant l'univers , Septembre loin de nous s'enfuit et décolore Cet éclat dont l'année un moment brille encore. Il redouble la paix qui m'attache en ces lieux ; Son jour mélancolique , et si doux à nos yeux , Son vert plus rembruni , son grave caractère, Semblent se conformer au deuil du monastère. Sous ces...
Seite 153 - L'heure sonne et la mort m'appelle ; Je n'ai point de lâche désir, '. Je ne fuirai point devant elle ; Je meurs plein de foi, plein d'honneur; Mais je laisse une douce amie Dans le veuvage et la douleur, Ah ! je dois regretter la vie. Demain mes yeux inanimés Ne s'ouvriront plus sur tes charmes ; Tes beaux yeux, à l'amour fermés, Demain seront noyés de larmes.
Seite 27 - S'élançant d'une aile hardie , De la terre a quitté les bords : De ton flambeau la clarté pure Me guide au temple où la Nature Cache ses augustes trésors. Grand Dieu ! quel sublime spectacle Confond mes sens, glace ma voix! Où suis-je? Quel nouveau miracle De l'Olympe a changé les lois? Au loin, dans l'étendue immense, Je contemple seul en silence La marche du grand univers ; Et dans l'enceinte qu'il embrasse , Mon œil surpris voit sur leur trace Retourner les orbes divers.
Seite 24 - L'un près de l'autre ils glissent, et sur l'herbe Laissent, loin d'eux, de tortueux sillons; Les yeux en feu, lèvent, d'un air superbe, Leurs cous...
Seite 215 - Quel spectacle ! d'abord un sourd gémissement Sur le fatal enclos erra confusément. Bientôt les vœux, les cris, les sanglots retentissent; Tous les yeux sont en pleurs , toutes les voix gémissent ; Seulement , j'aperçois une jeune beauté Dont la douleur se tait et veut fuir la clarté. Ses larmes cependant coulent en dépit d'elle; Son œil est égaré; son pied tremble et chancelle; Hélas ! elle a perdu l'amant qu'elle adoroit , Que son cœur pour époux se choisit en secret : Son cœur...

Bibliografische Informationen