Curiosètés de l'histoire des croyances populaires au Moyen Age

Cover
A. Delahays, 1859 - 323 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 136 - Reste debout , quand tout succombe; Tes aïeux ne t'ont point ici , Gardé de place dans leur tombe.
Seite 252 - Ce que ce mal avait de plus étonnant, c'est qu'il agissait sans chaleur et qu'il pénétrait d'un froid glacial ceux qui en étaient atteints, et qu'à ce froid mortel succédait une ardeur si grande dans les mêmes parties , que les malades y éprouvaient tous les accidents d'un cancer.
Seite 114 - Hambourg ; que le prochain dimanche au sermon, il vit, vis-à-vis de la chaire du prédicateur, un grand homme ayant de longs cheveux qui lui pendaient sur les épaules, et pieds nus,- lequel oyait le sermon avec telle dévotion, qu'on ne le voyait pas remuer le moins du monde, sinon lorsque le prédicateur nommait Jésus-Christ, qu'il s'inclinait et frappait sa poitrine et soupirait fort : il n'avait autres habits, en ce temps-là d'hiver, que des chausses à la marine, qui lui allaient jusque sur...
Seite 29 - France, c'est assavoir que nul manger n'y est appareillé fors que en une escuelle,un gril et un tailloir, qui sont pendus à ung pillier. Et quand nous sommes à table et nous désirons avoir viandes, elles nous sont appareillées par la grâce du Saint-Esprit. » Le pape et le roi de France n'auraient pu en offrir autant à leur heureux correspondant, qui devait être bien fier d'avoir le Saint-Esprit pour cuisinier.
Seite 137 - J'outrageai d'un rire inhumain L'homme-dieu respirant à peine... Mais sous mes pieds fuit le chemin ; Adieu, le tourbillon m'entraîne. Vous qui manquez de charité, Tremblez à mon supplice étrange : Ce n'est point sa divinité, C'est l'humanité que Dieu venge. Toujours, toujours, Tourne la terre où moi je cours, Toujours, toujours, toujours, toujours.
Seite 133 - Moi, brutal et rebelle. Je lui dis sans raison : « Ote-toi, criminel. De devant ma maison ; Avance et marche donc. Car tu me fais affront. » Jésus, la bonté même. Me dit en soupirant : Tu marcheras toi-même Pendant plus de mille ans; Le dernier jugement Finira ton tourment.
Seite 126 - J'arrive à l'Histoire admirable du Juif errant, lequel depuis l'an 33 jusqu'à l'heure présente, ne fait que marcher : contenant sa tribu, sa punition, les aventures admirables qu'il a eues dans tous les endroits du monde, avec le cantique, in-18, 24 pag., Montbéliard, H.
Seite 130 - Messieurs , je vous proteste Que j'ai bien du malheur: Jamais je ne m'arrête, Ni ici , ni ailleurs; Par beau ou mauvais temps, Je marche incessamment.
Seite 50 - ... pour ouyr en l'air un bruit de grand esclat et un concert de voix criantes, gémissantes et hurlantes, et, parmi, d'autres voix furieuses, menaçantes et blasphémantes, le tout pareil à ce qu'on oyoit la nuict des massacres. Tels sons furent si distincts et...
Seite 43 - Childéric; les ours et les loups représentaient les enfants de ce roi; les chiens, les derniers rois do sa race. Quant aux petits animaux, c'était le peuple, indocile "au joug de ses maîtres, soulevé contre ses rois et livré aux passions des grands. Une autre vision non moins fameuse dans les annales de la dynastie mérovingienne , c'est celle que nous voyons figurée en pierre de liais , à l'entrée de la basilique de saint Denis , sur le tombeau de Dagobert, ce roi dont le peuple a gardé...

Bibliografische Informationen