Recueil général et complet des fablieaux des xviiie et xive siécles, publ. par A. de Montaiglon (et G. Raynaud).

Cover
Anatole de Courde de Montaiglon
1877
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 217 - Ore est li seignur mal arivé, Kar batuz est de sa maisnée ; Li un fiert al chef, li autre al cool; Ore se tint il bien pur fol. Blescié se sent, en haut escrie : « Merci, pur Deu, ma duce amie! Si me ociez, vus ferez mal : Jeo sui vostre sengnur leal; Par mal conseil ai meserret.
Seite 13 - faut il tant tarder? S'errant ne paroles, meschéant lardier, Par menues pièces t'iray despecier. » Alors dist le Prestre, n'osa delaier: «Frafer, pro Deo Me delibera; Reddam tara cito Ce qu'il coustera. » Quant Baillet l'oy, en haut s'escria : « Çavetiers me doivent amer de cuer fin Quant à mon lardier fais parler latin. » Lors le frère au Prestre dist: «Baillet, voisin, « En tant com vous prie, Le lardier vendez ; Ce sera folie Se vous le quassez ; Ne me faites pas du pis que povez....
Seite xiii - Si en cuuevre et teste et piés. » Li Prodom tout errant s'en tourne ; A son neveu vint, qui atourne Les chevaus et fait atourner. Cis, qui plus ne pot sejourner, A son neveu dist et recorde ' De son père la grant discorde : « Mais toutes voies tant me donne C'une viés housche m'abandonne ; Biaus niés, par moi vous prie et mande Et sachiés qui le vous commande Que la plus grande me bailliés ; Or gardés que vous n'i failliés. » Quant li enfes l'a entendu, Mout fu dolans et esperdu, Plains...
Seite xix - M'a si le cuer soz la mamele Derrompu et trait fors du cors, Dame, auroit-il mestiers tresors, Que je, mais qu'il ne vos ennuit, S'éusse vo fille une nuit ; J'ai meint bon denier monnaé.
Seite 76 - S'ele seust que il l'amast, La dame molt bien se gardast Que lui parlast en nule guise. De cest feme trop mal aprise Ne vos en mentirai noient; Quant feme set certainement Que home est de s'amor...
Seite 26 - Sachiés je m'en irai clamer; Tost à Oisi vaurai aler. » Mousès en va droit à Oisi. Si en est clamé au Bailli, Et li Baillius les ajorna; A tant Mousès s'en retorna. Quant li termes et li jors vint Que li Baillius les siens plais tint, Li manniers i vint et Mousès Por conquerre le porchelet. Mousès a sa raison contée ; Li Eskievin l'ont escoutée.
Seite 168 - Une houre q' el ne la veïst, Meintenant ele le deïst A le seigneur q'estoit soun fis ; Cil crerroit bien tost tus ces dys. Le chevaler mout bien souvent Soleyt aler à tournoyement, Si com riche baroun deit fere. Le chevaler de basse affere , Qe longement s' avoit mussee E en mussaunt soun temps ussee , Un jour forment se purpensa Qe la dame veïr irra.
Seite 21 - C'est bien et autre tout ensanble. » Atant s'en entrent en la cambre U la pucele se coucha, Et la dame se retorna. A'I'uis s'en vint, si l'entr'ovri, Puis est venue droit au lit, Qui fais estoit lès le fouier, U la pucele dut chouchier. Ele s'i chouce, plus n'arieste ; Saingna son cors, saigna sa tieste ; A Diu se rent et au Saint pière Qu'il li doinst bone nuit entière. Si fara il, mien ensient, Se l'aventure ne nous ment, Car ses maris, manniers qui ert, II et Mousès sont repairiet; Par mi...
Seite 212 - Mes pur tant ke jeo vodreie Alegger vostre maladie , Kei vus vaudreit aver amie, Quant vus n'avez le poer Ke vus pussez od li juer? Mes si jeo tant vus amasse Ke jeo m'amur vus grantasse Ke vus jussez en mun lit E feissez de moi vostre délit, Quant quidriez estre de vigur Ke faire peussiez le jug d'amur E servir une dame à talent?
Seite 78 - De la dame vos voldrai dire .I. petitet de sa beauté. La florete qui naist el pré, Rose de mai ne flor de lis, N'est tant bele, ce m'est avis, Com la beauté la dame estoit.

Bibliografische Informationen