Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

MARIAGE, MARI.

.... Vous choisirez une épouse avec la crainte du Seigneur, et plutôt dans le désir de perpétuer votre race que par le mouvement d'une folle passion....

MARIAGE INDISSOLUBLE.

..... Les Pharisiens s'étant approchés de Jésus, pour le tenter, lui demandèrent s'il étoit permis de répudier sa femme pour quelque cause que ce soit.

Il leur répondit : Ne savez-vous pas qu'il est écrit , (Gen. ch. 11.) qu'au commencement le Créateur forma l'homme et la femme, et qu'il leur dit :

» L'homme quittera son père et sa mère : il s'atta» chera à sa femme et ils ne formeront qu'une même » chair » ?

Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Que l'homme ne sépare donc pas ce que Dieu a uni!

Pourquoi, lui dirent - ils, Moïse a-t-il autorisé le divorce ?

C'est à cause de la dureté de vos cœurs, répondit Jésus, que Moïse vous a permis de répudier vos femmes; mais il n'en étoit pas ainsi au commencement.

Je vous déclare donc que quiconque renvoie sa

uxorem suam, nisi ob fornicationem, et aliam duxerit, mæchatur : et qui dimissam duxerit , machatur.

Malt. Ch. XIX,

[ocr errors]

CONJUGUM OFFICIA.

.... Viri debent diligere uxores suas ut corpora sua. Qui suam uxorem diligit, seipsum diligit.

Ephes. vi,

28. Lætare cum muliere adolescentiæ tuæ.

Prov. V, 18. Cerva carissima et gratissimus hinnulus; ubera ejus inebrient te in omni tempore; in amore ejus delectare jugiter.

Quare seduceris, fili mi, ab alienâ, et foveris in sinu alterius?

Ibid. 19.

Ibid. 20.

(1) Malgré ces paroles expresses de Jésus-Christ, le concile de Trente porte , 7.. canon sur le mariage : « Si quelqu'un dit que » l'Eglise est dans l'erreur, quand elle enseigne, comme elle a tou» jours enseigné, suivant la doctrine de l'Evangile et des apôtres, » que le lien du mariage ne peut être dissous pour le péché » d'adultère de l'une des parties, et que ni l'un ni l'autre, non » pas même la partie innocente qui n'a point donné sujet à » l'adultère, ne peut contracter d'autre mariage pendant que » l'autre partie est vivante, mais que le mari qui ayant quitté sa » femme adultère, en épouse une autre , commet lui-même un » adultère; ainsi que la femme qui ayant quitté son mari adul

femme, si ce n'est pour cause d'adultère (1) et en épouse une autre, commet lui-même un adultère, et que celui-là se rend coupable du même crime, qui s'unit à une femme répudiée.

DE VOIRS DES ÉPOUX.

Les maris doivent aimer leurs femmes, comme leur

propre chair. Qui aime sa femme, s'aime soimême.

Que la compagne de votre jeunesse soit toujours une source de joie pour vous;

Qu'elle soit pour vous comme une biche chérie, ou comme un faon agréable ; réjouissez-vous de sa fécondité; que son amour fasse vos délices !

O mon fils ! pourquoi vous laisseriez-vous séduire par une étrangère; pourquoi reposeriez-vous sur le sein d'une autre?

» tère, en épouseroit un autre; qu'il soit anathême ». Voy. Fleury, Hist. eccl. liv. CLXVII, s. 111. Je n'examinerai pas s'il y a réellement contradiction entre le texte de l'Ecriture et la décision du concile qui proscrit le divorce, même dans le cas d'adultère. J'observerai seulement que Bossuet ne s'est jamais expliqué à ce sujet dans aucun de ses ouvrages, et qu'il avouoit inême ingénûment que c'étoit là une difficulté à laquelle il n'avoit point encore trouvé de solution. Voyez le N.o 1.er des Pièces justificatives du liv. 12 de l'Histoire de Bossuet, par M. De Beausset.

X. 15.

... Uxorem adolescentiæ tuæ noli despicere.

Mal, Cu. II, Noli discedere à muliere sensatâ et bonâ quam sortitus es in timore Domini : gratia enim verecundiæ illius super aurum.

Eccli. vii, 21.

Mulier si est tibi secundùm animam tuam, non projicias illam....

Ibid. 28. Amicus et sodalis in tempore convenientes; et super utrosque mulier cum viro. Ibid. 23.

XL,

Ne des mulieri potestatem animæ tuæ, ne ingrediatur in virtutem tuam, et confundaris.

1

Ibid. ix, 2.

suo.

Ibid. 23.

Mulier si primatum habeat, contraria est viro

Ibid. xxv, 30. Mulieres viris suis subditæ sint, sicut Domino!

Eph. V, 22. Quoniam vir caput est mulieris....

Verumtamen et vos singuli, unusquisque uxorem suam sicut seipsum diligat : uxor autem timeat virum suum.

Mulieri.... dixit (Deus).... sub viri potestate eris, et ipse dominabitur tuî.

16. Viri, diligite uxores vestras, et nolite amari esse ad illas.

Ibid. 33.

Gen. III,

Colos. III, 19.

..... Ne méprisez pas la femme à laquelle vous êtes uni depuis votre jeunesse.

Ne vous séparez pas de la femme sage et vertueuse que vous avez choisie dans la crainte du Seigneur, car les grâces de sa pudeur sont plus précieuses que les richesses.

Si vous avez une femme selon votre cour, ne l'abandonnez jamais....

Les amis s'entr'aident dans l'occasion; mais rien n'est comparable aux soins et aux prévenances réciproques i de deux époux.

Ne souffrez pas que votre femme prenne trop d'ascendant sur votre esprit, de peur qu'elle n'usurpe l'autorité qui vous appartient, et que vous ne soyez exposé à rougir de votre foiblesse.

Car la femme qui s'arroge la principale autorité est sans cesse en opposition avec son mari. Il faut

que

les femmes soient soumises à leurs maris, comme au Seigneur; Parce que

le mari est le chef de la femme.... Que chacun aime sa femme comme soi-même; et que la femme de son côté craigne et respecte son mari.

Dieu a dit à la femme.... vous serez en la puissance et sous la domination de votre mari.

Maris, chérissez vos femmes, et ne les traitez jamais avec dureté.

« ZurückWeiter »