Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

w diront alors les impies; le llambeau de la justice ne » nous a point éclairés, et le soleil de l'intelligence ne » s'est

pas

levé sur nos têtes.

» Nous nous sommes fatigués dans les sentiers de » l'iniquité et de la perdition; nous avons marché par » des chemins âpres et difficiles ; nous n'avons pas » voulu connoître les voies du Seigneur.

» Que nous a produit notre orgueil ? Quel fruit » avons-nous retiré de la vaine ostentation de nos » richesses ?

» Notre prospérité s'est évanouie comme une om» bre; semblable à un courrier, elle n'a fait que passer;

» Elle a fui comme un vaisseau qui fend les vagues, » sans laisser après lui aucune trace;

» Elle s'est échappée comme l'oiseau qui s'envole, » sans qu'on puisse le suivre dans la rapidité de sa » course; on n'entend que le bruit de ses ailes qui » frappent l'air et le divisent avec effort; et lorsqu'il » s'arrête, on ne sait quel chemin il a parcouru.

» C'est ainsi qu'à peine venus au monde, nous avons » disparu, consumés par notre propre malice et ne » laissant après nous aucune trace de vertu ».

Ibid. 5.

Hoc scio à principio ex quo positus est homo super terram ;

Job. CH. XX, *.4. Quòd laus impiorum brevis sit, et gaudium hypocritæ ad instar puncli.

Si ascenderit usque ad cælum superbia ejus, et caput ejus nubes tetigerit :

Ibid. 6. Quasi sterquilinium in fine perdetur : et qui eum viderant, dicent : Ubi est ?

Ibid. 7.

Ibid. 9.

Velut somnium avolans non invenietur, transiet sicut visio nocturna.

Ibid. 8. Oculus qui eum viderat , non videbit, neque ultrà intuebitur eum locus suus.

Filii ejus atterentur egestate, et manus illius reddent ei dolorem suum.

Ibid. 10. Ossa ejus implebuntur vitiis adolescentiæ ejus

Ibid. 11. et cum eo in pulvere dormient.

Cùm enim dulce fuerit in ore ejus malum , abscondet illud sub linguâ suâ.

Ibid. 12. Parcet illi et non derelinquet illud et celabit

Ibid. 13. in gutture suo ;

Panis ejus in utero illius vertetur in fel aspidum intrinsecùs.

Ibid. 14. Divitias quas devoravit evomet, et de ventre illius extrahet eas Deus.

Ibid. 15.

Depuis que l'homme a été placé sur la terre, on a toujours remarqué

Que le triomphe des impies dure à peine un moment, et que la joie de l'hypocrite n'est qu'éphémère.

Le méchant, dans son orgueil, a beau élever la tête jusqu'au ciel,

Il n'en périra pas moins, il n'en sera pas moins rejeté comme un vil fumier ; et ceux qui l'auront vu dans sa gloire demanderont: Qu'est-il devenu ?

Il s'évanouira comme un vain songe ; il disparoîtra comme un fantôme de nuit.

L'oeil qui l'aura vu ne le verra plus, et le lieu de sa demeure ne le reconnoîtra point.

Ses enfans mourront dans la misère, et ses propres mains lui rendront le mal qu'il aura fait.

Les débauches de sa jeunesse putrefieront ses os et dormiront avec lui dans la poussière du sépulcre.

Car lorsque le mal flatte son palais, il le cache sous sa langue;

Il ménage cet aliment, il le savoure avec délice, et le retient dans sa bouche.

Mais le pain du péché se corrompra dans son estomac, et se changera dans ses entraibles en fiel d'aspic.

Il rejettera les richesses qu'il aura dévorées, Dieu les arrachera de son sein.

Luet quæ

fecit omnia , nec tamen consumetur: juxtà multitudinem adinventionum suarum , sic et sustinebit.

Job. Ch. xx, *. 18.

Non est satiatus venter ejus : et cùm habuerit quæ concupierat, possidere non poterit.

Ibid. 20.

Cùm satiatus fuerit, arctabitur, æstuabit, et

Ibid. 22. omnis dolor irruet super eum.

Omnes tenebræ absconditæ sunt in occultis ejus; devorabit eum ignis qui non succenditur....

Ibid. 26. Revelabunt cæli iniquitatem ejus, et terra consurget adversùs eum.

Quoties lucerna impiorum extinguetur et superveniet eis inundatio, et dolores dividet furo- , ris sui?

Ibid. 27.

[ocr errors]

Ibid. xxi, 17

Erunt sicut paleæ ante faciem venti, et sicut favilla quam turbo dispergit.

Ibid. 18.

Il sera puni de tout le mal qu'il aura fait, et ses tourmens ne le consumeront pas : la grandeur de son supplice sera proportionnée à l'énormité de ses crimes.

Son avidité est insatiable, mais il ne jouira pas de ce qu'il a désiré avec le plus d'ardeur.

Après qu'il se sera bien repu, il aura des étouffemens qui le suffoqueront : une chaleur brûlante le desséchera ; des douleurs aiguës rongeront tous ses membres.

Son ame s'égarera dans d'épaisses ténèbres; il sera consumé par un feu qui ne s'aHume point.... (1).

Les cieux révéleront son iniquité, et la terre s'élevera contre lui.

Ne voit-on pas souvent les impies précipités tout-àcoup du faîte de la prospérité, et plongés dans un abîme de maux ? Dieu ne les accable-t-il pas du poids de sa colère ?

Ils deviennent semblables à la paille que le vent disperse ; ils sont comme la poussière qu'enlève le tourbillon.

(1) C'est-à-dire un feu qui n'est point allumé par la main des hommes, mais qui vient du ciel, et qui marque visiblement la vengeance éternelle de la justice divine. Sacy.

« ZurückWeiter »