Correspondance littéraire, philosophique et critique: adressée à un souverain d'Allemagne, depuis 1753 jusqu'en 1769, Teil 1,Band 5

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 127 - Voltaire reçut les Lettres de la Montagne, et qu'il y lut l'apostrophe qui le regarde ; et voilà son regard qui s'enflamme, ses yeux qui étincellent de fureur, tout son corps qui frémit, et lui qui s'écrie avec une voix terrible : - Ah ! le scélérat ! ah ! le monstre ! il faut que je le fasse assommer... oui, j'enverrai le faire assommer dans les montagnes, entre les genoux de sa gouvernante.
Seite 125 - Vous avez renoncé à Genève, votre patrie; vous vous êtes fait chasser de la Suisse, pays tant vanté dans vos écrits; la France vous a décrété. Venez donc chez moi; j'admire vos talents; je m'amuse de vos rêveries, qui (soit dit en passant) vous occupent trop et trop longtemps.
Seite 193 - Prusse une lettre pleine d'extravagance et de méchanceté , dont par cela seul vous deviez savoir qu'il ne pouvoit être l'auteur. Vous avez même osé transcrire sa signature comme si vous l'aviez vue écrite de sa main. Je vous apprends, monsieur, que cette lettre a été fabriquée à Paris, et, ce qui navre et déchire mon cœur, que l'imposteur a des complices en Angleterre.
Seite 125 - C'est un excellent homme que David Hume; il est naturellement serein, il entend finement, il dit quelquefois avec sel, quoiqu'il parle peu; mais il est lourd, il n'a ni chaleur, ni grâce, ni agrément dans l'esprit, ni rien qui soit propre à s'allier au ramage de ces charmantes petites machines qu'on appelle jolies femmes.
Seite 156 - La Partie de Chasse de Henri IV, comédie en trois actes et en prose, par Collé, secrétaire ordinaire, lecteur de SAS Monseigneur le Duc d'Orléans, premier Prince du sang. Brest, de l'imprimerie de Michel, 18l4, ltt-8
Seite 110 - Eh bien, monsieur le plaisant, m'en croirezvous une autre fois, quand je vous louerai une chose? Je vous disais que je ne connaissais rien qui ressemblât à cela; que c'était une des choses qui m'avaient le plus surpris; qu'il n'y avait pas d'exemple d'autant de force et de vérité, de simplicité et de finesse. Dites le contraire, si vous osez.
Seite 206 - J'atteste que tout ce que cet orateur a dit est la vérité. Le public réclamera, monsieur; vous l'entendrez, et je ne vous accorde pas un mois pour rougir de votre ouvrage. Si j'avais comme vous cette voix qui sait évoquer les mânes, j'évoquerais celles de d'Aguesseau, de Sully, de Descartes ; vous entendriez leurs reproches, et vous ne les soutiendriez pas.
Seite 195 - Vous ne méritez pas qu'on vous protège, à moins que vous ne mettiez autant de douceur évangélique dans votre conduite qu'il y règne à présent d'esprit de vertige, d'inquiétude et de sédition.
Seite 316 - I" de Naples. OCTOBRE. 1" octobre 1760. M. de La Michaudière, intendant de la généralité de Rouen, à laquelle il a passé après avoir exercé successivement l'intendance d'Auvergne et de Lyon, vient de faire publier par un M.
Seite 306 - Votre bibliothèque se transporterait par eau, et il n'y aurait pas quatre lieues de chemin par terre. Enfin vous quitteriez l'esclavage pour la liberté. Je ne conçois pas comment un cœur sensible et un esprit juste peut habiter le pays des singes devenus tigres. Si le parti qu'on vous propose satisfait votre indignation et plaît à votre sagesse, dites un mot, et on tâchera d'arranger tout d'une manière digne de vous, dans le plus grand secret, et sans vous compromettre. Le pays qu'on vous...

Bibliografische Informationen