Collection des mémoires relatifs à la révolution française ...

Cover
Saint Albin Berville, François Barrière
Baudouin frères, 1828
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 114 - ... quelque intérêt ; aussi je n'ai besoin que de quelques jours pour calmer le désordre de mes idées, me décider sur le lieu de mon exil ; car, dans l'anéantissement de toutes mes facultés, je suis hors d'état de prendre un parti. Je vous quitte donc puisque vous l'exigez; mais, malgré vos injustices, mon amitié pour vous est tellement indestructible, que je ne conserverai aucun ressentiment du traitement cruel que vous me faites essuyer.
Seite 15 - Il faut une volonté une. Il faut qu'elle soit républicaine ou royaliste. Pour qu'elle soit républicaine , il faut des ministres républicains , des papiers républicains , des députés républicains , un gouvernement républicain.
Seite 6 - ... contre des membres du comité de salut public ; les restes des factions , ou plutôt les factions toujours vivantes , redoublent d'audace et de perfidie. On craint un soulèvement aristocratique , fatal à la liberté. Le plus grand des périls qui la menacent est à Paris. Le comité a besoin de réunir les lumières et l'énergie de tous ses membres. Calcule si l'armée du Nord , que tu as puissamment contribué à mettre sur le chemin de la victoire, peut se passer quelques jours de ta présence....
Seite 76 - J'apprends que Bernard m'a dénoncé. Cet être petit et immoral ne peut m'atteindre ; je ne répondrai à sa stupide dénonciation , qui est un crime envers lui-même , que par le rapport de mes opérations. Je ne puis comprendre comment un représentant du peuple ose s'accuser d'avoir eu la condescendance de s'être laissé circonvenir , séduire même par un de ses collègues. > Il a eu la sottise atroce de me traiter de contre-révolutionnaire ; il m'a supposé l'intention d'obtenir du...
Seite 155 - Si mon espoir était vain , s'il était différé, écoute, lis, te dis-je : cette main qui trace ta sentence, cette main que tes yeux égarés cherchent à découvrir , cette main qui presse la tienne avec horreur , percera ton cœur inhumain.... Tous les jours je suis avec toi , je te vois tous les jours ; à toute heure, mon bras levé cherche ta poitrine O le plus scélérat des hommes, vis encore quelques jours pour penser à moi...
Seite 372 - ... l'humanité individuelle, la modération qui prend le voile de la justice, est un crime. Je n'ai vu dans ces genres de tribunaux que deux sortes d'hommes : les uns qui trahissaient les intérêts de la liberté , et les autres qui voulaient la faire triompher. Tous ceux qui prétendaient être plus sages ou plus justes que leurs collègues étaient des conspirateurs adroits ou des hommes trompés, indignes de la République.
Seite 76 - Le frère iïlfumbert est perdu dans l'opinion publique à Besançon. Il s'est servi de ce moyen pour prévenir tous les esprits contre moi , contre ce que j'avais fait ; il a peint la commune de Vesoul en contre-révolution sous ma présidence, etc. J'ai facilement répondu à toutes ces calomnies : je n'ai trouvé d'adversaires à Besançon , qu'un frère de Vaublanc, et un rédacteur corrompu d'un journal qui se fabrique dans le département du Doubs.
Seite 67 - Le iil de la conspiration la plus dangereuse qui ait été tramée contre la liberté. — Eh bien , il faut la dévoiler. — Mais, pour cela, il faut que je continue de fréquenter les conjurés; car j'ai été admis dans leur société. Ils m'ont conduit , par degrés , à des propositions, ils m'ont tenté par l'appât de partager le fruit de leur brigandage; le jour est pris où ils doivent se réunir; je dois m'y trouver aussi.
Seite 16 - Il faut que le peuple s'allie à la Convention et que la Convention se serve du peuple. Il faut que l'insurrection s'étende de proche en proche sur le même plan; que les sans-culottes soient payés et restent dans les villes. Il faut leur procurer des armes, les colérer, les éclairer.
Seite 130 - ... du côté droit. Cependant vous devez avoir remarqué que toujours le Moniteur a rapporté avec beaucoup plus d'étendue les discours de la montagne que les autres. Je n'ai donné qu'un court extrait de la première accusation qui fut faite contre vous , par Louvet , tandis que j'ai inséré en entier votre réponse.

Bibliografische Informationen