Mon agonie de trente-huit heures ou récit de ce qui m'est arrivé, de ce que j'ai vu et entendu, pendant ma détention dans la prison de l'Abbaye de Saint-Germain, depuis le 22 août jusqu'au 4 septembre

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 304 - En attendant, je crois que nous allons déclarer la guerre, non pas à une puissance qui aurait des moyens contre nous, — nous sommes trop lâches pour cela, — mais aux électeurs et à quelques princes d'Allemagne, dans l'espoir qu'ils ne pourront se défendre. Les imbéciles! ils ne voient pas que s'ils font telle chose, c'est nous servir, parce qu'enfin il faudra bien, si nous commençons...
Seite 162 - Mais la sévérité le révolteroit , car il a beaucoup de caractère pour son âge. Et pour en donner un exemple, dès sa plus petite enfance, le mot pardon l'a toujours choqué. Il fera et dira tout ce qu'on voudra quand il a tort; mais le mot pardon, il ne le prononce qu'avec des larmes et des peines infinies.
Seite xxxv - La blancheur de son teint est éblouissante, et elle a des couleurs naturelles qui peuvent la dispenser de mettre du rouge. Son port est celui d'une archiduchesse, mais sa dignité est tempérée par sa douceur, et il est difficile, en voyant cette princesse, de se refuser à, un respect mêlé de tendresse.
Seite 245 - ... qu'il faut adopter. Pour cela il est essentiel que les Français, mais surtout les frères du Roi , restent en arrière et que les puissances réunies agissent seules : aucune prière, aucun raisonnement de notre part ne l'obtiendra d'eux; il faut que l'Empereur l'exige; c'est la seule manière dont il puisse et surtout moi me rendre service. Vous connaissez par...
Seite xix - Paris a voulu célébrer le mate riage de Monseigneur le Dauphin, a été, avant son exécution, un « objet de raillerie publique, et est devenue ensuite un sujet de « deuil pour les citoyens. Le prévôt des marchands, M. Bignon, « assisté de ses échevins et conseillers de ville, a pris, à cette occa...
Seite 163 - Il aime sa sœur beaucoup et a bon cœur. Toutes les fois qu'une chose lui fait plaisir, soit d'aller quelque part, ou qu'on lui donne quelque chose, son premier mouvement est toujours de demander pour sa sœur de même. Il est né gai. Il a besoin pour sa santé d'être beaucoup à l'air, et je crois qu'il vaut mieux...
Seite 235 - On m'assure de l'honnêteté des personnes qui se chargent de cette lettre, et qu'elle vous arrivera sûrement; j'en profite pour entrer avec vous dans des détails de notre position qui est affreuse, et vous faire deux ou trois questions auxquelles il est nécessaire que vous trouviez moyen de répondre promptement.
Seite 160 - Mon fils a quatre ans quatre mois moins deux jours ; je ne parle pas ni de sa taille ni de son extérieur, il n'ya qu'à le voir ; sa santé a toujours été bonne, mais même au berceau on s'est aperçu que ses nerfs étoient très-délicats et que le moindre bruit extraordinaire faisoit effet sur lui ; il a été tardif pour ses...
Seite 249 - Il n'est plus possible d'exister comme cela; il ne s'agit pour nous que de les endormir et de leur donner confiance en nous pour les mieux déjouer après.
Seite 289 - Notre pénible captivité vient de finir, ma chère sœur; mais, à peu de chose près, mes chagrins et mes amertumes sont les mêmes. Cette paix n'est qu'une trêve ; nos ennemis connoissent le prince à qui ils ont affaire. Ils m'accusent de lui inspirer toutes mes volontés, toutes mes idées, et cependant ils savent, de science certaine, que le roy ne reconnoît la justesse de mes conseils que lorsque le mal est fait et qu'il n'est plus temps. Le duc d'Orléans a juré notre perte, et un pressentiment...

Bibliografische Informationen