Abbildungen der Seite
PDF
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

(Eigenhändig.) „Seindt Sie So guht und laßen durch beschworene die affaire mit den Pohlen auf Setzen als wie in Einer Proces Sachen, damit ich es nach Warschau Schicken kan.“

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][merged small][ocr errors]

15. Mein lieber G. - M. v. Lossow. Da Mir der G. - M. v. Röder schreibet, daß ohngeachtet aller seiner angewandten Bemühungen, er doch noch keinen Lieveranten der Remonten vor die Regimenter in Preußen ausfindig machen können; So bin Ich drum in Verlegenheit, und weiß nicht wo die Regimenter ihre Pferde herkriegen werden; denn es ist sehr ungewiss, ob der General v. Röder jemanden dazu noch ausmitteln wird. Ich habe Euch dahero hiedurch auftragen wollen, darauf zu denken, wie es am besten anzufangen, die Remonte zu bekommen, und ob Ihr in dortiger Gegend nicht einen Lieveranten ausmitteln könnet, und will Jch demnächst Euren Bericht über die Sache erwarten. Ich bin tc.

Berlin, den 24. Dec. 1777.

(Eigenhändig.) „ich habe an Meinen lieben Losau gedacht, und Schicke ihm hier mit ein Andenken, ich wünsche das er lange den Genusdavon haben mach.“

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][merged small]

Vôtre Majesté nous ayant prescrit par Ses très gracieux ordres du 31. de Mars, de travailler à une association des Cercles, et de commencer par ceux de Westphalie et de la Basse - Saxe; nous avons crü devoir en conferer avec le Baron d'Edelsheim, qui se trouve ici, et qui nous a dit, que la Cour de France paroissoit portée pour cette idée, et qu'elle négocioit elle - mème sous main pour s'assurer du Marggrave de Baden et de quelques autres Princes du Rhin. Après avoir mürement discuté cette assaire, nous nous sommes réunis avec lui dans l'opinion, que comme il sera très diicile defectuer tout de suite une association formelle des Cercles, parceque les Princes et Etats Catholiques, qui tiennent par trop de liens à la cour de Vienne forment le plus grand nombre dans tous les Cercles, excepté celuide la Basse – Saxe, le meilleur moyen pour parvenir au but proposé seroit, de commencer par travailler à réunir les Princes les plus considérables et les mieux intentionnés des differents Cercles, tels que 1'Electeur d'Hannovre, les Princes de Bronsvic, de Mecklenbourg, de Hesse, de Saxe, de Bade, de Nassau et de Deux – Ponts, et que si l'on y réussissoit, ces Princes pourroiententrainer ensuite les Cercles. Le Baron d'Edelsheim s'offre, de sonder pour cet effet à son retour les Cours de Gotha, de Weymar, de Cassel, de Darmstadt et de Bade, et de travailler pour les faire entrer dans une pareille association. Si Votre Majesté agrée cette idée, le Baron d'Edelsheim aura besoin de quelques lettres de créance, lesquelles nous presentons ci – joint à Sa gracieuse approbation et signature. Nous pourrions travailler pour le mème but dans le Cercle de la Basse – Saxe par notre correspondance avec le Ministere d'Iannovre et les Cours de Dannemarc, de Bronsvic et de Mecklenbourg. On peut supposer, que le Roi de la Grande – Bretagne comme Electeur d'Hannovre sera le plus facile à coopérer à cette négociation, et qu'il pourroit même aller plus loin pour la surêté de ses propres Etats; mais nous croyons, qu'il ne convient pas, de commencer à parler de Trouppes, pour ne pastrop effaroucher les Princes de l'Empire, et pour ne pas donner de l'ombrege à la Cour de France, si elle apprenoit, qu'il s'agissoit d'assembler une armée sur le Bas-Rhin. Nous estimons par consequent, qu'il sandra se contenter pour le commencement à travailler à une association générale des Princes bien intentionnés et ensuite à celle des Cercles, pour opposer au Despotisme de la Cour de Vienne un concert à la Diette et dans l'Empire, lequel pourra ensnite selon les conjonctu

« ZurückWeiter »