Abbildungen der Seite
PDF

[ocr errors]

sternation étoit générale, aucune crainte n'étoit mieux fondée; l'ignorance, qui se fait toujours justice quand la terreur a détruit sa présomtion, n'eut rien à objecter à l'ordre du Grand–Seigneur de m'abandonner aveuglément la defense des Dardanelles, et de me soumettre tous les moyens de garantir la Capitale.“ Mémoires sur les Turcs et les Tartares. Amsterdam 1785. T. 2. p. 245.

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

len Kräften unterstützen werde"). Aber die Gräfinn du Barrypries ihrem Freunde den Frieden als ehrenvoll, nachdem er Waffenruhnn genug gewonnen. Choiseul fiel darüber, den 24. Dezember 177O, in Ungnade und der neue Minister der auswärtigen Angelegenheiten, Herzog von Aiguillon, entzog den Polen alle Hoffnung auf Beihülfe *). Dumouriez aber fuhr fort, als Diplomat und als Militärchef der Republik zu dienen, welche jedoch, wie er sagt, ihre Maßregeln so schlecht genommen, daß ihre Revoluzion des Zwecks

[ocr errors]

1) S. Flassan Diplomatie française. T. 5. p. 419: Déclaration du Roi Louis XV. remise au Primat de Pologne, Archevèque de Gnesne, Vladislas Lubienski, lequel, par le droit de sa place, avoit en quelque sorte l'interim de la royauté, ou du moins était chef du gouvernement, le 15. Mars 1764.

2) Das Leben des Generals Dumouriez von ihm selbst. Hamburg 1795. Thl. 1. S. 206. 240.– „La Correspondance de d'Aiguillon avec les principales legations Françoises, relativement à la Pologne, contienten effet à chaque ligne la preuve affligeante de la nullité à laquelle la France se condamnoit.“ (Ferrand) Histoire des trois demembremens de la Pologne. T. 2. p. 3; – Rulhière T. 4. p. 219.

[ocr errors]
« ZurückWeiter »