Mélanges historiques et littéraires, Band 1

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 30 - II ya néanmoins un verum tamen dont j'ap« préhende qu'il n'ait à rendre compte à Dieu : c'est « qu'il n'a pas le courage de rien représenter au roi. « C'est le génie du temps , même à l'égard de ceux qui
Seite 143 - ... sur les paysans ; c'était lui qui avait commencé la guerre, soulevé le pays et gagné les premières batailles; c'était un homme rempli de sens et de modestie; l'on était assuré qu'il rechercherait toujours avec déférence les conseils des gens prudents. En outre, nommer général en chef un simple paysan était une démarche politique, au moment où l'esprit d'égalité et un vif sentiment de jalousie contre la noblesse contribuaient en grande partie au mouvement révolutionnaire : c'était...
Seite 56 - ... qui en fait le tableau fidèle ne donne jamais l'idée de la corruption et de la bassesse. « Froissart, et on doit le penser ainsi, est souvent incorrect, et surtout incomplet- les dates, les noms propres, la suite des événements ne se trouvent pas, dans son livre, aussi bien établis que dans un historien moderne. Il a souvent besoin d'être éclairci et commenté. Il écrivait vite et sans intentions fortes; son style est semblable à celui des romans de ce temps ; il voyait l'histoire plus...
Seite 168 - Il portait dans son habit de pieuses images. Il faisait des sermons et des exhortations aux soldats, et surtout il parlait toujours de la Providence : au point que les paysans, bien qu'ils l'aimassent beaucoup, et qu'ils respectassent tout ce qui tenait à la religion, l'avaient, sans y entendre malice, surnommé le général la Providence.
Seite 266 - ... son zèle pour la religion. Quand l'abbé Bernier fut devenu de la sorte un des premiers personnages de l'armée, on commença à le juger autrement : on entrevit un but d'ambition dans toute sa conduite ; on aperçut combien il jouissait de la domination qu'il avait acquise, combien il cherchait à la rendre absolue; on découvrit qu'il semait la discorde partout, flattant les uns aux dépens des autres, pour plaire davantage et gouverner plus sûrement. Souvent les généraux furent obligés...
Seite 55 - L'accueil que reçut Froissart du comte de Foix, la peinture de cette cour, les lectures qu'il faisait de son Méliador et de ses histoires, les récits qu'il obtenait du prince et des vieux chevaliers, sont une des parties les plus vivantes des chroniques de Froissart. Enrichi par les dons de Gaston, il partit à la suite de la comtesse de Boulogne, sa nièce, qui allait épouser en Auvergne 1e duc de Berry.
Seite 182 - L'un des grenadiers se retourna, tira sur lui à bout portant. La balle le frappa au front, il tomba mort. Le grenadier se mit en devoir de lui arracher sa carabine, pour tirer un second coup sur M. de Baugé, et quelques autres qui arrivaient précipitamment.
Seite 258 - C'est l'arrêt de ma mort que votts m'apportez, répon« dit-il à l'envoyé; vous me voyez aujourd'hui quinze mille « hommes, demain je n'en aurai pas trois cents. Je n'ai « plus qu'à me cacher ou à périr!... Je périrai...
Seite 389 - On ne lui rendit les sceaux qu'en 1737 5 il crut alors devoir se renfermer dans les fonctions de ministre de la Justice ; jusqu'à la fin de sa vie , il fut aussi étranger aux affaires d'État qu'aux intrigues de Cour. Ses travaux eurent surtout pour but de perfectionner notre législation , non pour la réformer ni en changer le fond , mais pour en déterminer le véritable esprit et en rendre l'exécution uniforme par toute la France.
Seite 155 - Paris, tandis que les massacres s'y prolongeaient ; puis il parvint à se rendre en Poitou avec sa famille. Il trouva un asile dans son château de Clisson, près de Bressuire, au milieu d'une population dont il était aimé et respecté. Cependant la tyrannie révolutionnaire étendait chaque jour son joug. Bientôt les paysans, de ces contrées , déjà blessés dans leur opinion religieuse , inquiets de voir la persécution qu'éprouvaient les grands propriétaires , se trouvèrent atteints à...

Bibliografische Informationen