Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

reprises aussitôt après, le soir même du 23. A partir de ce moment, Bourmont cessa de tenir la campagne '; on a même dit qu'il y aurait été contraint par une sédition de ses troupes, dans laquelle sa vie aurait été menacée. Un sérieux avantage remporté près de Foulletourte (Sarthe), le 24 janvier (4 pluviôse), par Chappedelaine, un de ses lieutenants, sur la 30* demi-brigade d'infanterie légère*, et une correspondance secrète avec le chevalier d'Andijjné, cet officier que le parti des intransigeants voulait mettre à sa tête, et avec Chàtillon, ne suspendirent pas les négociations. Chàtillon fut

près cette déroute la capitulation des autres (;énéraux » (t. IV, p. 487) : erreur évidente. La Frégeolière ne se rend pas non plus un compte exact de son attitude à Meslai.

La date et les circonstances delà soumission de Bourmont doivent être précisées avec soin.

Tliiers indique par erreur le 24 janvier (Consulat et Empire, t. I, p. 205). PatuDeshaulchamps brouille toutes les dates, place au 10 janvier la paix de Montfaucon, qui est du 18; au 24, la soumission de Pallu-Duparc, qui avait eu lieu le 18, et entre ces deux dates, celle de Bourmont, qui est très-postérieure (p. 601). M. Port, Dictionnaire de Maine-et-Loire, Hourmont, n'est pas non plus rigoureusement exact en disant qu' « il se soumit avec d'Autichamp » . Pesche, Dictionnaire de la Stirthe, Précis historique, l'est beaucoup moins encore, en parlant de « la soumission des chefs de Bourmont, d'Autichamp, de Chàtillon, qui adhérèrent, à Angers, le 22 janvier 1800, à la convention de Montfaucon » :autant d'erreurs que de mots, dans un ouvrage écrit pourtant sur les lieux et avec un certain soin! La Biographie Hoefer (art. de M. Julien Travers) se trompe en un autre sens, en disant que Bourmont fut le dernier des chefs royalistes à poser les armes; de même Guillemot (Lettres à mes neveux sur la chouannerie), en supposant que Bourmont ne se serait soumis qu'après Georges. M. de Martel a connu les documents originaux.

1 « Marigné, près Segré, le 26 janvier 1800 (6 pluviôse).

« GÉXBRiL,

■ Conformément à votre lettre du 4 pluviôse, j'ai donné hier des ordres pour faire rentrer chaque compagnie dans la paroisse, avec défense d'y occuper aucun poste.

« Je charge M. le vicomte de Malartic de se rendre auprès de vous pour prendreconnaissance des arrangements consentis pour la paix de la Vendée et déterminer ceux nécessaires à la pacification du Maine. « Recevez, etc.

« Le comte De BoonMOHT. » (Arch. de la guerre.)

* V. les détails dans Beiuguamp, t. IV, p. 488; — Crétiheid-jolt, t. IV, p. 89; — Muret, t. V, p. 199 ; — Abbé Paulocih, t. II, p. 181; — Pesche, Dictionnaire de la Sarthe, Foulletourte; — Abbé Hksuv, t. VI, p. 61. Ce fut le dernier succès des chouans dans le Maine.

très-net: « Le comte d'Artois, lui écrivait-il, ne viendra pas, et ceux qui vous poussent à la guerre vous abandonneront'. » La Prévalaye venait de souscrire (9 pluviôse — 29 janvier)* aux conditions acceptées par d'Autichamp, Cadoudal allait faire sa soumission : il ne restait à Bourmont qu'à régulariser la

1 Hkaiciiamp, t. IV, p. 493.

2 L'abbé Deniau, t. VI, p. 52, dit le 24 janvier; erreur, car La Prévalaye ne connut la convention de Montfaucon, par un envoyé de Châlillon, que dans la nuit du 24 au 25. Il rassembla immédiatement ses officiers, qui se prononcèrent tous pour la paix. Le 26, il avisait Hédouville de leurs intentions (lettre citée); le même jour, il en aurait également avisé Frotté. Nulle trace de ce dernier message.

* Les ennemis de Bourmont lui reprochèrent d'avoir fait célébrer solennellement un service anniversaire pour le repos de l'âme de Louis XVI, à Orei en Bouère, le 21 janvier, et d'y avoir assisté en grand uniforme. Nous ne discutons pas l'opportunité de cette manifestation; mais, si elle était imprudente, elle n'était assurément ni une perfidie, ni une violation d'un traité qui n'existait pas encore.

Il y eut dans l'armée de Rourmont, comme dans celle de Châtillon, des mécontents (pàelocib, t. II, p. 94); voici une assez curieuse lettre écrite par un de ses officiers, La Frégeolière, dit Henry:

m 8 février 1800 (19 pluv. an VIII).

« Messieurs,

« Je reçois à l'instant la nouvelle que M. de Bourmont, notre général, abandonné de tous les autres généraux royalistes, vient de signer la paix, parce qu'il ne pouvait résister avec neuf mille hommes contre soixante-dix mille que le parti contraire lui opposait. D'après la pacification signée de lui, il vous est enjoint de vonretirer dans vos foyers avec vos armes et de ne porter ni la cocarde blanche ni la tricolore. Si vous vous aperceviez que les républicains violent à notre égard les articles du traité, vous voudrez bien m'en faire part, afin que nous puissions les rappeler à leur devoir. Cette paix ne nous enlève pas l'espoir de voir réaliser nos désirs et nos vœux. Vous voudrez bien me faire passer les noms des blessés et estropiés qui se trouvent dans vos compagnies, afin de pourvoir à leurs besoins. Je suis toujours au milieu de vous et ne vous abandonnerai pas.

« Iikmiy, chef de la légion.

» P. S. — Vous ne pouvez trop représenter à vos soldats qu'ils aient à conserver leurs armes, c'est une des conditions du traité de paix. Il n'est pas nun plu* nécessaire qu'ils se rendent chez les agents, »

(Arch- de la guerre;— La Fréckolikre, p. 160.)

Cette lettre excita au plus haut degré la colère du premier Consul. Il écrivit au général de La Rue, commandant dans le département de la Sarthe, 20 févr. (Cwresp. impr.J:

« J'ai vu avec indignation la circulaire du nommé Henri. Mettez-vous en

campagne. Tachez de le surprendre en quelque endroit qu'il se trouve, et dès l'instant que vous l'aurez pris, vous le ferez juyerpar une commission militaire comme rebelle à la Itépublique... Je ne doute pas que la commission militaire ne le condamne à mort...»

Elle fut signée le 4 février, à Angers, h la suite des adhésions de La Prévalaye et de d'Autichamp, et sur la même feuille, sorte de registre ouvert aux soumissions futures.

«J'accède aux condilions et traité conclus par MM. d'Autichamp, Suzannet, deChàiillon et La Prévalaye, relativement à la pacification, sous la condition que les mêmes avantages accordés à ces Messieurs auront lieu pour l'armée de M. de Bourmont.

o De Malartic dit Sauvage'.

« J'exprime, au nom de M. de Bourmont, le désir que M. Georges soit admis à accéder aux mêmes conditions à la convention ci-dessus. Il répond de ses intentions à cet égard et prie le gouvernement de prendre sur-le-champ daus la plus haute considération la présente déclaration.

« Malartic. « Chargé des pouvoirs de M. de Bourmont. « Angers, le 4 février 1800 (15 pluv.). »

Le lendemain, Bourmont écrivait lui-même au général Brune, pour insister sur la nécessité d'accorder à Georges les mêmes conditions que Hédouville avait faites aux autres chefs: « Vous « êtes Français, général ><, lui disait-il, « et vous savez que l'hu• miliation n'est pas supportable2. »

En tout cela, on le voit, il n'était nullement question de Frotté.

La soumission de Bourmont fut-elle faite aux mêmes conditions que celle des chefs de l'Anjou et de la haute Bretagne ? Il n'en avait pas demandé d'autres, et Hédouville, descendu au second rang, n'était point autorisé, ce semble, à lui accorder des avantages particuliers. Nous avons donc peine à admettre, avec M. Charles de Bourmont, qu' « il n'eût accédé au traité qu'avec

1 Lettre citée par M. de Martel, p. 123.

! M. le comte Ch. de Bourmont, p. 28, dit: «Lorsque le représentant de Frotté, M. dp Saint-Florent, fut arrivé à Angers, M. le comte de Bourmont y députa de son coté M. de Malartic, son chef d'état-mnjor, lui recommandant de déclarer, avant d'entamer aucune négociation, qu'il ne consentirait à déposer les armes que dans le cas où les soumissions de Georges et de Frotté seraient également admises. Cadoui1.il traita, en effet, et signa la paix le 2 février. » — 1° Nous avons donné le texte de la soumission souscrite par Malartic; il n'y est pas question de Frotté, non plus que dans la lettre à Brune, du lendemain. 2° Ce n'est que le 8 février (19 pluviôse), ainsi que nous le verrons plus tard, que Frotté envoya SaintFlorent à Hédouville.

la condition expresse de ne pas se dessaisir de ses armes et de son artillerie1 ». De pareilles assertions, en contradiction avec les documents officiels, auraient eu besoin d'être fortement appuyées.

Toujours est-il que la remise des armes ne s'effectua dans la division du Maine qu'avec une lenteur et des difficultés particulières; elle y fut moins rigoureuse qu'ailleurs certainement. La fureur du premier Consul éclata en menaces terribles. Il oublia la parole donnée par Hédouville et qu'il avait ratifiée lui-même, et voulut le pousser à des mesures violentes : arrestation de Bourmont, reprise des hostilités. Clarke encourageait son maître dans cette voie funeste. Bourmont fut sérieusement menacé, Hédouville faillit être brisé. Tous deux restèrent : Hédouville prudent et digne, Bourmont courageux et habile. Il vint à Paris au risque d'être arrêté, vit le premier Consul, plaida lui-même sa cause et la gagna.

Vingt-cinq ans plus tard, rappelant ces événements dans une circonstance solennelle, il pouvait comparer l'attitude de Hédouville à celle des généraux Guidai et Chambarlhac, et

1 Notice, p. 30.

Le maréchal, dans son Éloge de Hédouville, p. 4, se borne à dire: « Le premier Consul donna ordre de me poursuivre à outrance, si je ne lui laisais remettre sur-le-champ les pièces de canon que j'avais prises, et sous trois jours, six mille fusils. Je refusai de rendre ni canons ni fusils *; ce qui, rapproche surtout de sa correspondance que nous allons citer, implique moins le droit «le les conserver que le refus d'en opérer soi-même la reddition. M. Ch. de Bourmont ne produit aucune pièce, aucun témoignage précis à l'appui de son allégation. La seule preuve qu'il invoque, c'est qu' «en 1815, à la reprise des armes, ces fusils et ces canon; se retrouvèrent aux mêmes lieux, dans les m.iins des nouveaux insurgés.» On ne pourrait induire de cette circonstance qu'une conséquence, c'e<t que la remise n'aurait pas été complète. Nous verrons, d'ailleurs, qu'elle eut lieu, partiellement du moins, sans qu'on osât exciper vis-à-vis du gouvernement républicain de ce prétendu droit de ne pas désarmer.

Constatons, toutefois, que Bourmont, dès cette époque, revendiquait devant ses amis l'honneur d'avoir été autorisé à conserver ses armes, car La Chaussée lui écrivait le 10 mars: * Monsieur a vu avec satisfaction qu'une des clauses de votre traité était la conservation de vos armes, parce qu'il a aperçu dans cette clause la seule sauvegarde sur laquelle vous et vos officiers puissiez compter. ■ (Bibl. nat.. vol. 1029.)

Nous publions à l'Appendice les documents relatifs à cet épisode, un des pluintéressants assurément et des moins connus de la pacification. — Nous les avons donnés plus complets dans la Rtvue du Maine.

rappeler que c'était à la loyauté de Hédouville qu'il devait la vie '.

Cliappedelaine dut suivre l'exemple de son chef*.

Les soumissions continuaient.

Le 1" février (12 pluviôse an VIII), c'avait été le tour du chevalier de La Prévalaye, commandant la division de la haute Bretagne. Il crut devoir s'excuser du retard de sa soumission*, sur son ignorance des résolutions prises à Candé : ce n'était déjà plus une question seulement de signature, mais de date. Comme les courtisans de Louis XIV, ces pauvres soudards en étaient réduits à redouter le froncement de sourcil du maître et le terrible: u J'ai failli attendre! »

La Prévalaye à Hédouville.

. 29 janvirr 1800 (9 pluv.).

Il n'a connu que dans la nuit du 23 au i\ la réponse du premier Consul aux propositions des généraux royalistes assemblés à Candé. Il avait demandé une prorogation au général La Barolière. Il a dû ensuite s'adresser à Hédouville. « J'adhère au traité. Je me flatte qu'il ne vous paraîtra pas étonnant que je n'y aie pas adhéré plus tôt; cela vient du retard de la lettre que le général Châtillon m'a écrite, le 19, pour m'en faire part. Aussitôt le retour de M. de Landemont (son neveu, chargé

1 Éloge, p. 14.

* Voici une lettre de lui, sans date, qui semble écrite après sa victoire de Foulletourtc:

. NivA.e an VIII. « Monsieur,

« J'ignore que M. le comte de Bourmont ait fait la paix avec le gouvernement et à quelles conditions il peut l'avoir faite. Je n'ai connaissance que d'une suspension qui m'a été annoncée par le général en cbef et à laquelle je me conformerai exactement. Quant au reste, je l'ignorerai jusqu'au moment où j'en recevrai avis de M. le comte de Bourmont lui-même.

« Je veux bien vous assurer, Monsieur, que je n'ai ici aucun rassemblement qui puisse paraître devoir porter atteinte aux rues de paix dont on parait s'occuper.

• Chevalier De Chappeoeliihk,
« Adj.gén. »

(Arcb. de la guerre.)

3 Arcb. de la guerre.

« ZurückWeiter »