Histoire de la chute de l'empire de Napoléon: ornée de huit plans ou cartes, pour servir au récit des principales batailles livrées en 1813 et 1814, Band 2

Cover
Anselin et Pochard, 1820 - 494 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 35 - ... parce qu'un grand peuple ne saurait être tranquille qu'autant qu'il est heureux. Les puissances confirment à l'empire français une étendue de territoire que n'a jamais connue la France sous ses rois, parce qu'une nation valeureuse ne déchoit pas pour avoir, à son tour, éprouvé des revers dans une lutte opiniâtre et sanglante où elle a combattu avec son audace accoutumée.
Seite 34 - Les puissances alliées ne font point la guerre à la France, mais à cette prépondérance hautement annoncée, à cette prépondérance que, pour le malheur de l'Europe et de la France, l'empereur Napoléon a trop longtemps exercée hors des limites de son empire.
Seite 61 - ... votre réponse à la communication qui vous a été faite.. Si la première pensée de Sa Majesté, en de grandes circonstances , a été d'appeler autour du trône les députés de la nation , leur premier devoir n'est-il pas de...
Seite 66 - Retournez dans vos foyers.... En supposant même que j'eusse des torts, vous ne deviez pas me faire des reproches publics ; c'est en famille qu'il faut laver son linge sale.
Seite 60 - Français sont persuadés que le gouvernement n'aspire plus qu'à la gloire de la paix; ils le seront, si les Français sont convaincus que leur sang ne sera versé que pour défendre une patrie et des lois protectrices. Mais ces mots consolateurs de paix...
Seite 395 - il est sage de donner à la France des institutions fortes et libéra« les qui soient en rapport avec les lumières actuelles. Mes alliés et « moi , nous ne venons que pour protéger la liberté de vos décisions.
Seite 395 - Je suis l'ami du peuple français; ce que » vous venez de faire redouble encore ces senti» mens : il est juste , il est sage de donner à la » France des institutions fortes et libérales qui » soient en rapport avec les lumières actuelles. » Mes alliés et moi, nous ne venons que pour pro
Seite 60 - Majesté soit suppliée de maintenir l'entière et constante exécution des lois, qui garantissent aux Français les droits de la liberté, de la sûreté, de la propriété, et à la Nation le libre exercice de ses droits politiques.
Seite 440 - Les puissances alliées ayant proclamé que l'empereur Napoléon était le seul obstacle au rétablissement de la paix en Europe, l'empereur Napoléon, fidèle à son serment, déclare qu'il renonce, pour lui et ses héritiers, aux trônes de France et d'Italie, et qu'il n'est aucun sacrifice personnel, même celui de la vie, qu'il ne soit prêt à faire à l'intérêt de la France.
Seite 489 - Un souvenir douloureux vient toutefois troubler ma joie ; j'étais né, je me flattais de rester toute ma vie le plus fidèle sujet du meilleur des rois, et j'occupe aujourd'hui sa place. Mais du moins il n'est pas mort tout entier ; il revit dans ce testament qu'il destinait à l'instruction de l'auguste et malheureux enfant auquel je devais succéder.

Bibliografische Informationen