Abbildungen der Seite
PDF
EPUB

la main toute-puissante qui a créé encore tant de merveilles dans l'univers. Mais Dieu a donné à l'homme la parole et la raison, qui le distinguent de tous les animaux ; il lui a donné une âme capable de le connaître et de l'aimer, une âme divine et immorcelle. --Buffon :-Histoire Naturelle.

Parse the words printed in italics.

TRANSLATE INTO FRENCH:

DR. JOHNSON AND HIS TIMES, Johnson grown old, 1 Johnson in the fulness? of his fame and in the enjoyments of a competente fortune is better known to us than any other man. Everything about him, 5 his coat, his wig, 6 his face, his rolling7 walk, this blinking 8a eye, his insatiable appetite for fish sauce and veal pielo with plumps, his inextinguishablell thirst for tea, his trick12 of touching the posts13 as he walked, his mysterious practice of treasuring upl4 scraps15 of orange-peel, 16 his morning slumbers17 and midnight disputations, his contortions, his mutterings,18 his gruntings, 19his vigorous acute20 and ready21 eloquence, his sarcastic wit, his vehemence, his insolence, his fits22 of rage, all are as familiar to us as the objects by which we have been surrounded from childhood, 23 but we have no minute24 information25 respecting those years of Johnson's life during which his character and his manner became immutably28 fixed. He was about twenty years older than Burke, Goldsmith and Gerald Hamilton, and about thirty years older than Gibbon, Beauclerk and Langton, and about forty years older than Lord Stowell, Sir William Jones and Windham. Boswell and Mrs Thrale, the two writers from whom we derive27 most of our knowledge respecting him, never saw him till long after he was fifty years old, till most of his great works had become classical, and till the pension bestowed28 on him by the Crown29 had placed him above poverty.--Macaulay.

1 Devenir vieux, aplénitude, f. 3jouissance, f. 4suffisant, e... ble concernant, perruque. f. Ten se roulant. Smanière de marcher, f. saclignoter. 'poisson, m. 10pâté, m. llinextinguible, 'habitude, f. 13 poteau, m. l4amasser, lófragment, m. 16écorce, f. 17assoupissement,m. 18son habitude de grommeler, f. 19groguement, m. :Osubtil, e. 21 vif, ve, ?-accès, m. 23 enfance, f. 24détaillé, e. 26 renseignement, m. 26immuablement. 27recueillir, 28accorder, "29couronne, f.

NEUVIEME ESSAI.

Translate into English :-
L'OURS ET LES DEUX COMPAGNONS.
Deux compagnons, pressés d'argent,
A leur voisin fourreur vendirent
La

peau d'un ours encor vivant, Mais qu'ils tueraient bientôt ; du moins, à ce qu'ils

dirent.
C'était le roi des ours, au compte de ces gens.
Le marchand à sa peau%- devait faire fortune ;
Elle garantiraité des froids les plus cuisants”;
On en pourrait fourrer plutôt deux robes qu'une.
Dindenaut prisait moins ses moutons qu'eux leur ours :
(Leur, à leur compte, et non à celui de la bête.)
S'offrant de la livrer au plus tard dans deux jours,
Ils conviennent de prix, et se mettent en quête??
Trouvent l'ours qui s'avance et vient vers eux au trot.
Voilà mes gens frappés comme d'un coup de foudre.8
Le marché ne tint pas, il fallut le résoudre :
D'intérêts contre l'ours, on n'en dit pas un mot.
L'un des deux compagnons grimpe' au faîtełod'un arbre ;

L'autre, plus froid que n'est un marbre,
Se couche sur le nez, fait le mort, tient son vent,"

Ayant quelque part ouï direla

Que l'ours s'acharnel peu souvent
Sur un corps qui ne vit, ne meut, ni ne respire. 94
Seigneur ours, comme un sot, donna dans ce panneau15
Il voit ce corps gisant, le croit privé de vie ;

Et de peur de supercherie, 16
Le tourne, le retourne, approche son museau,

Flaire" aux passages de l’haleine.18

11

1Bear. ?short. 3furrier. 3askin. 4to shield. 6sharp. 6to prize ? search. 8thunder-clap. sto climb. lotop. 11 breath. 2to hear. 1360 be infuriated. 14to breathe, 15to fall in a trap. 1ofraud, 17to smell, 18 breath.

C'est, dit-il, un cadavre''; ôtons-nous, car il sent.
A ces mots, l'ours s'en va dans la forêt prochaine.
L'un de nos deux marchands de son arbre descend,
Court à son compagnon, lui dit que c'est merveille
Qu'il n'ait eu seulement que la peur pour tout mal.
Eh bien, ajouta-t-il, la peau de d'animal }

Mais que t'a-t-il dit à l'oreille ?
Car il t'approchait de bien près,
Te retournant avec sa serre?0.

Il m'a dit qu'il ne faut jamais
Vendre la peau de l'ours qu'on ne l'ait mis par terre.

Jean de la Fontaine.

Parse the words printed in italics.

new.

TRANSLATE INTO FRENCH. In this city are large caravansaries for merchants and travellers; also separate bazaars for wood, coal, iron, grapes, 1 corn,2 butter, salt, bread, and bartering8 of old clothes4 for

The other tradesá including all who traffico in the merchandise of India, Persia and Turkey, as well as those who deali in all sorts of spices and drugs,9 the fruiterers, 10 carpenters, 11 smiths, 12 shoemakers,18 sadlers, 14 tailors, 15 stonecutters, 16 goldsmiths, 17 barbers, 18 cooks, 19 and writers20 have each their respective stands21 in the open street, with their little portable shops. Jews22 are not permitted to live in the city: they reside to the number of about 2,000 in the suburbs.23 They are treated with great contempt: yet the best artizans in Arabia are of this nation, and especially potters24 and goldsmiths, who come within the walls by day to work, and in the evening retire to their own habitations.- N.

19Corpse, 20paw,

"Raisin, m. blé, m. 3échange,m. Shabits, m. p. 5métier, m. 6trafiquer, 7faire commerce. Sépiceries, f, p. °drogue, f. 1°marchand de fruit, m. 11menuisier, m. 12forgeron. m, 13cordonnier, m, 14sellier, mi 15tailleur. m, 6tailleur de pierres, m, 17orfèvre, m. lSbarbier, 19cuisinier, m. 20 écrivain, 'm. 21 place, f. 23 Juif, m. 23faubourg, m, potier, m,

m.

DIXIEME ESSAI.

Traduisez en Anglais :INCENDIE DE MOSCOU, 14 SEPTEMBRE 1812. Napoléon n'entra qu'avec la nuit dans Moscou. Il s'arrêta dans une des premières maisons du faubourg de Dorogomilow. Ce fut là qu'il nomma le maréchal Mortier gouverneur de cette capitale. “Surtout,” lui dit-il, “point de pillage ! Vous m'en répondrez sur votre tête. Défendez Moscou envers et contre tous."

Cette nuit fut triste : des rapports sinistres se succédaient. Il vint des Français, habitants de ce pays, et même un officier de la police russe, pour dénoncer l'incendie. Il donna tous les détails de ses préparatifs. L'empereur ému cherche vainement quelque repos. A chaque instant il appelait, et se faisait répéter cette fatale nouvelle. Cependant il se retranchait' encore dans son incrédulité, quand, vers deux heures du matin, il apprit que le feu éclatait.

C'etait au palais marchand, au centre de la ville, dans son plus riche quartier. Aussitôt il donne des ordres, il les multiplie. Le jour venu, lui-même y court, il menace la jeune garde et Mortier. Ce maréchal lui montre des maisons couvertes de fer; elles sont toutes fermées, encore intactes, et sans la moindre effractions ; cependant une fumée noire en sort déjà. Napoléon tout pensif* entre dans le Kremlin.

A la vue de ce palais, à la fois gothique et moderne des Romanof et des Rurick, de leur trône encore debout, de cette croix: du grand Yvan, et de la plus belle partie de la ville que le Kremlin domine, et que les flammes, encore renfermées dans le bazar,semblent devoir respecter, il reprend son premier espoir. Son ambition est flattée

To intrench one's zelf. untouched. 3breaking thoughtful. 5cross. 6to resume.

de cette conquête; on l'entend s’écrier : " Je suis donc enfin dans Moscou, dans l'antique palais des czars, dans le Kremlin !" Il en examine tous les détails avec orgueil.

Toutefois il se fait rendre compte des ressources que présente la ville ; et, dans ce court moment, tout à l'espérance, il écrit des paroles de paix à l'empereur Alexandre. Un officier supérieur ennemi venait d'être trouvé dans le grand hôpital ; il fut chargé de cette lettre. Ce fut à la sinistre lueur des flammes du bazar que Napoléon l'acheva et que partit le Russe. Celui-ci dut porter la nouvelle de ce désastre à son souverain, dont cet incendie fut la seule réponse. - Le Comte de Ségur :--Histoire de la Grande Armée.

QUESTIONS GRAMMATICALES. 1. Quand faut-il écrire ? la femme que j'ai vu peindre. Quand faut-il écrire ? la femme que j'ai vue peindre.

2. Quelle espèce de modification les adjectifs suivants subissent-ils, quand ils sont devant un nom masculin commençant avec une voyelle ou un h muette ? beau, fou, vieux, nouveau, mou.

3. Comment traduiriez vous les phrases suivantes ? after having eaten...after having been eating...without thinking of it...without having thought of them.

TURN INTO FRENCH.

THE DUEL.

The two shots were firedas nearly as possible at the same instant. At that instant the young lord turned his head sharply3 round, fixed upon his adversary a ghastly staret, and, without a groans or staggero, fell down dead. He is gone, cried Westwood, who, with the other second, had run up to the body, and fallen on one knee beside him.

His blood on his own head, said Sir Mulbery; he brought this upon himself, and forced it upon me.

Thowever.

1 Coup de fen, m. ?tirer. sviolemment. 5gémissement, m. Bchanceler. 7g'attirer.

AA

4affreux regard, m. 8forcer,

« ZurückWeiter »