Mémorial sur la révolution Française: ses causes, ses promesses et ses résultats : précédé d'une introduction tirée de la politique sacrée de bossuet, suive d'un supplément sur le sort des principaux impies, usurpateurs, factieux, etc., de l'an 40 à l'an 1823

Cover
Imprimerie ecclésiastique de Beaucé-Rusand, 1824 - 652 Seiten

Im Buch

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Inhalt

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 343 - NATIONALE, considérant que l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de l'homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d'exposer, dans une déclaration solennelle, les Droits naturels, inaliénables et sacrés de l'homme...
Seite 7 - Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée. » C'est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
Seite 99 - C'est ainsi que Dieu règne sur tous les peuples. Ne parlons plus de hasard ni de fortune, ou parlons-en seulement comme d'un nom dont nous couvrons notre ignorance.
Seite 72 - Opposons à ces esprits légers , et à ce charme trompeur de la nouveauté , la pierre sur laquelle nous sommes fondés, et l'autorité de nos traditions où tous les siècles passés sont renfermés , et l'antiquité qui nous réunit à l'origine des choses. Marchons dans les sentiers de nos pères ; mais marchons dans les anciennes mœurs, comme nous voulons marcher dans l'ancienne foi.
Seite 10 - Il n'ya aucune forme de gouvernement, ni aucun établissement humain qui n'ait ses inconvénients, de sorte qu'il faut demeurer dans l'état auquel un long temps a accoutumé le peuple. C'est pourquoi Dieu prend en sa protection tous les gouvernements légitimes en quelque forme qu'ils soient établis ; qui entreprend de les renverser, n'est pas seulement LA SOCIÉTÉ 9T ennemi public, mais encore ennemi de Dieu...
Seite 20 - Quand le prince a jugé, il n'ya pas d'autre » jugement; c'est ce qui fait dire à l'Ecclésiastique : Ne jugez » pas contre le juge, et à plus forte raison contre le souverain » juge qui est le roi; et la raison qu'il en apporte, c'est qu'il » juge selon la justice. Ce n'est pas qu'il y juge toujours, mais » c'est qu'il est réputé y juger, et que personne n'a droit de » juger ni de revoir après lui. Il faut donc obéir aux princes » comme à la justice même, sans quoi il n'ya point d'ordre...
Seite 99 - C'est lui qui prépare les effets dans les causes les plus éloignées, et qui frappe ces grands coups dont le contre-coup porte si loin...
Seite 99 - Monseigneur, que ce long enchaînement des causes particulières qui font et défont les empires , dépend des ordres secrets de la divine Providence. Dieu tient du plus haut des cieux les rênes de tous les royaumes ; il a tous les cœurs en sa main : tantôt il retient les passions ; tantôt il leur lâche la bride , et par là il remue tout le genre humain.
Seite 228 - Ne parlons plus de hasard ni de fortune, ou parlons-en seulement comme d'un nom dont nous couvrons notre ignorance. Ce qui est hasard à l'égard de nos conseils incertains est un dessein concerté dans un conseil plus haut, c'est-à-dire dans ce conseil éternel qui renferme toutes les causes et tous les effets dans un même ordre.
Seite 71 - Église romaine, mère des Églises et mère de tous les fidèles, Église choisie de Dieu pour unir ses enfants dans la même foi et dans la même charité, nous tiendrons toujours à ton unité par le fond de nos entrailles.

Bibliografische Informationen