Histoire des républiques italiennes du moyen âge, Band 3

Cover
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 240 - Restato m' era, non mutò aspetto, Né mosse collo, né piegò sua costa. E se, continuando al primo detto, S' egli han quell' arte, disse, male appresa, Ciò mi tormenta più che questo letto. Ma non cinquanta volte fia raccesa La faccia della donna che qui regge, Che tu saprai quanto quell
Seite 467 - Et Drouet, percé de sa propre épée, fut la première victime de la rage populaire. De tous les Français qui assistaient à la fête, pas un seul n'échappa : quoique les Siciliens fussent...
Seite 421 - Sismondi, oublié cette haine de leurs familles : ils s'aimoient avec passion. Un jour, Imelda consentit à recevoir son amant chez elle; mais tandis qu'ils croyoient s'être dérobés à tous les yeux, un espion révéla aux frères Lambertazzi la foiblesse de leur sœur. A peine, au moment où ils entroient furieux dans son appartement, eut-elle le temps de se dérober à eux parla fuite; Bonifazio y étoit encore.
Seite 61 - ... indigne et de l'Empire, et de ses •» royaumes, et de tout honneur et dignité. » Pour ses iniquités et pour ses crimes, Dieu » le rejette, et ne souffre plus qu'il soit ou roi » ou empereur. Nous faisons voir seulement, » et nous dénonçons comment il est lié par ses » péchés, rejeté par Dieu, privé par le Seigneur » de tout honneur et de toute dignité; et ce» pendant, nous l'en privons aussi par notre
Seite 325 - Charles, dit-il, fut sage et prudent dans les conseils ; preux dans les armes, sévère et fort redouté de tous les rois du monde; magnanime et de hautes pensées qui l'égalaient aux plus grandes entreprises; inébranlable dans l'adversité, ferme et fidèle dans toutes ses promesses...
Seite 69 - Ce n'étoit pas seulement dans les républiques d'Italie que le pape suscitoit des ennemis à Frédéric, en les encourageant à défendre leur liberté contre lui ; il adressoit les mêmes exhortations aux sujets du royaume des Deux-Siciles, auxquels il envoya deux cardinaux , avec des lettres pour le clergé , la noblesse , et le peuple des villes et des campagnes.
Seite 405 - Comment , votre père ne fut-il pas traîné ?. . . . A ces mots, Montfort rentre dans l'église, saisit par les cheveux le cadavre du jeune prince, et le traîne jusque sur la place publique.
Seite 454 - ... de Valence , seigneur de Luxen, Benizzano et Pal ma. Ce n'étoient pas des fiefs ou des richesses qui pouvoient faire oublier à Procida la mort tragique de Manfred et de Conradin , le malheur de sa patrie, et l'oppression de ses concitoyens. Les correspondances qu'il avoit conservées dans les deux royaumes de Sicile ne l'entretenoient que des vexations des Français, de leur injustice, de leur cruauté, et surtout du mépris qu'ils affectoient de montrer pour une nation que cependant ils n'avoient...
Seite 379 - Conradin avoient complètement ' rompu leur ordre de bataille, et qu'entraînées à la poursuite des fuyards , elles étoient divisées en petits pelotons , hors d'état désormais de soutenir le choc de ses gendarmes , il se retourna vers Charles , et lui dit : « Fais à présent sonner » la charge, car le moment en est venu. » En effet , ces huit cents hommes d'élite et de troupes fraîches , donnant au travers d'une armée de CUAI-.
Seite 325 - Giovanni Villani, fut sage et prudent dans » les conseils, preux dans les armes, sévère, » et fort redouté de tous les rois du monde, :» magnanime et de hautes pensées qui l'éga» loient aux plus grandes entreprises ; iné...

Bibliografische Informationen