Annales de la propagation de la foi, Bände 49-50

Cover
Chez M. P. Rusand, Imprimeur-Libraire, 1877

Im Buch

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 137 - Notre Père qui êtes aux cieux, que votre nom soit sanctifié, que votre règne arrive, que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel...
Seite 136 - Rien ne trouble leur quiétude : ils ont des yeux et ne voient pas, des oreilles et n'entendent pas : ce sont les heureux du siècle des lumières.
Seite 314 - Les membres les plus éminents du clergé s'y mêlaient avec les plus religieux laïques , et l'activité confiante de tant de gens de bien semblait déjà faire espérer quelque chose de grand. Bientôt après , un des fondateurs se rendait à Paris ; par ses soins un autre conseil central y était fondé , et dès lors l'Œuvre comprenait tout le royaume. L'année suivante, un délégué du conseil de Lyon, prosterné aux pieds du souverain pontife Pie VII, recueillait les bénédictions du vicaire...
Seite 142 - On sait assez qu'un païen, à qui la loi de Jésus-Christ « n'aura point été annoncée, ne sera pas jugé par cette « loi, et que Dieu, tout absolu qu'il est, gardera avec lui « cette équité naturelle de ne pas le condamner pour une « loi qu'il ne lui aura pas fait connaître...
Seite 150 - Mgr -Duboin, de la Congrégation du Saint-Esprit et du Saint^Cœur de Marie, vicaire apostolique de la Sénégambie, est reparti pour sa mission, le 5 novembre, avec quatre nouveaux missionnaires, les RR.
Seite 311 - Dieu souvent y prépare toutes choses de façon que nul n'en puisse être appelé l'auteur et qu'il ne s'y attache pas un nom humain. Il cache et divise leur source comme celle des grands fleuves , dont on ne peut pas dire à quel ruisseau ils ont commencé. Deux cris de détresse , venus l'un de l'Orient, l'autre de l'Occident , entendus de deux femmes pieuses dans une ville de province, inspirèrent le dessein qui heureusement réalisé soutient déjà d'une assistance efficace les Missions des...
Seite 195 - L'avenir fut meilleur juge : il donna raison à Foncemagne. Après la cérémonie de la pose de la première pierre de la nouvelle église de Sainte-Geneviève, Louis XV avait voulu visiter la belle bibliothèque de l'abbaye.
Seite 312 - Bientôt le nombre des asso ciés fut d'environ mille , résultat considérable , mais qui parut ne devoir point s'accroître , à cause du cercle étroit dans lequel s'exerçait l'influence des premiers propagateurs. Les offrandes réunies furent envoyées comme un pieux souvenir de l'Eglise de Lyon à cette vieille Asie , d'où lui vint la Foi. Il y avait deux mille francs. Nous aimons à compter les premières gouttes de cette rosée qui devait un jour se répandre plus abondante sur un champ...
Seite 311 - Dubourg, évêquede la Nouvelle-Orléans, revenant de Rome, où il avait été sacré, s'arrêta quelque temps à Lyon. Préoccupé de la pénurie de son diocèse, dans lequel il fallait tout créer, il le recommanda chaleureusement à la charité des Lyonnais. Il entretint surtout de ses désirs une veuve chrétienne qu'il avait autrefois connue aux...
Seite 313 - Nord, il propose l'établissement d'une grande association en faveur des Missions catholiques des deux mondes. L'assemblée adopte à l'unanimité cet avis ; et sans désemparer on désigne un président, et une commission de trois membres chargés de préparer un projet d'organisation. Ce fut alors, par l'adoption du principe d'universalité, qui distinguait l'entreprise nouvelle des tentatives antérieures, ce fut ce jour-là que l'Œuvre de la Propagation de la Foi fut fondée (1).

Bibliografische Informationen