Histoire de Napoléon Bonaparte: à l'usage de la jeunesse et des écoles

Cover
Porquet and Cooper, 1832 - 401 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 343 - Les puissances alliées ayant proclamé que l'empereur Napoléon était le seul obstacle au rétablissement de la paix en Europe, l'empereur Napoléon, fidèle à son serment, déclare qu'il renonce, pour lui et ses héritiers, aux trônes de France et d'Italie, parce qu'il n'est aucun
Seite 91 - gouverné l'Europe; mais de la paix que vous venez de conclure, date l'ère des gouvernements représentatifs. Je vous remets le traité de Campo-Formio ratifié par l'empereur. Cette paix assure la liberté, la prospérité et la gloire de la République. Lorsque le bonheur du peuple Français sera assis sur les meilleures lois organiques, l'Europe entière deviendra libre.
Seite 381 - Empereur des Français. Les ministres actuels formeront provisoirement le conseil du gouvernement. L'intérêt que je porte à mon fils m'engage à inviter les chambres à organiser sans délai la régence par une loi. Unissez-vous tous pour le salut public et pour rester une nation indépendante.
Seite 380 - J'étais fondé à en espérer le succès, et j'avais bravé toutes les déclarations des puissances contre moi. Les circonstances paraissent changées. Je m'offre en sacrifice à la haine des ennemis de la France ; puissent-ils être sincères dans leurs déclarations, et n'en avoir jamais voulu qu'a ma personne ! Ma vie politique est terminée, et je proclame mon fils sous le titre de
Seite 383 - Thémistocle, m'asseoir sur le foyer du peuple britannique; je me mets sous la protection de ses lois, que je réclame de Votre Altesse Royale, comme celle du plus puissant, du plus constant, du plus généreux de mes ennemis. " NAPOLÉON.
Seite 165 - s'ils pouvaient être litigieux, par les démarches qu'il fait en ce moment. J'ignore quels sont les desseins de Dieu sur ma race et sur moi ; mais je connais les obligations qu'il m'a imposées, par le rang dans lequel il lui a plu de me faire naître. Chrétien, je remplirai ces obligations jusqu'à mon dernier soupir. Fils de
Seite 91 - Le peuple français, pour être libre, avait les rois à combattre; pour obtenir une constitution fondée sur la raison, il avait dix-huit siècles de préjugés à vaincre : la religion, la féodalité, le despotisme, ont successivement gouverné l'Europe; mais de la paix que vous venez de conclure, date l'ère des
Seite 101 - dites au peuple que nous sommes aussi de vrais Musulmans. N'est-ce pas nous qui avons détruit le pape, qui disait qu'il fallait faire la guerre aux Musulmans ? N'est-ce pas nous qui avons détruit les chevaliers de Malte? Trois fois heureux ceux qui- seront avec nous!
Seite 367 - Les Saxons, les Belges, les Hanovriens, les soldats de la Confédération du Rhin, gémissent d'être obligés de prêter leurs bras à la cause des princes ennemis de la justice et des droits de tous les peuples ; ils savent que cette coalition est insatiable ; après avoir dévoré douze
Seite 164 - Je ne confonds pas M. Bonaparte avec ceux qui l'ont précédé ; j'estime sa valeur, ses talents militaires ; je lui sais gré de quelques actes d'administration ; mais il se trompe, s'il croit m'engager à renoncer à mes droits : loin de là, il les établirait

Bibliografische Informationen