Histoire d'Alexandre Ier, empereur de toutes les Russies, et des principaux événemens de son règne, Band 2

Cover
Treuttel et Wuertz, 1826
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 102 - Napoléon ne perd pas la tête; il trompe par des démonstrations habiles les généraux qui lui sont opposés, et, glissant, pour ainsi dire, entre les armées qui s'apprêtent à fondre sur lui, il exécute son passage sur un point bien choisi, où tout l'avantage du terrain se trouve de son côté. Le mauvais état des ponts, dont il ne dépendait pas de lui d'améliorer la construction, fut l'unique cause qui, en ralentissant l'opération, la rendit périlleuse.
Seite 250 - On a même attribué à madame de Krudener l'idée de la sainte alliance; et il est vrai qu'elle avait rêvé l'union des rois , mais dans l'intérêt universel des peuples. Elle voulait christianiser le monde selon les principes de l'Église primitive ; elle voulait la paix universelle , et ne voyait d'autre moyen d'y parvenir que l'alliance des puissants du siècle cimentée par la religion... Voici, au surplus, une particularité digne de remarque et que nous rapportons comme certaine. « L'empereur...
Seite 369 - ... sage et nationale, certes, ce n'est point attenter à l'indépendance d'un pays, ni établir un droit d'intervention contre lequel une puissance quelconque ait raison de s'élever. Si SMI nourrissait d'autres vues, il ne dépendrait que d'elle et de ses alliés de laisser la révolution d'Espagne achever son ouvrage. Bientôt tous les germes de prospérité, de richesse et de force, seraient détruits dans la Péninsule ; et si la nation espagnole pouvait aujourd'hui supposer ces desseins hostiles...
Seite 12 - Les arrêts publiés par le conseil britannique en 1806 et 1807 ont déchiré le droit public de l'Europe. Un nouvel ordre de choses régit l'univers. De nouvelles garanties m'étant devenues nécessaires, la réunion des embouchures de l'Escaut, de la Meuse, du Rhin, de l'Ems, du...
Seite 377 - Non, je ne me séparerai jamais des monarques auxquels je suis uni : il doit être permis aux rois d'avoir des alliances publiques, pour se défendre contre les sociétés secrètes. Qu'est-ce qui pourrait me tenter? Qu'ai-je besoin d'accroître mon Empire?
Seite 151 - Kleist et tous ses Prussiens étaient pris. Mais Kleist maître de cette hauteur, au pied de laquelle était Vandamme, c'était ce dernier qui devait être accablé. Cependant les Prussiens, à la vue des Français qui remontaient à leur rencontre , s'étaient crus de nouveau perdus : ils avaient hésité un moment.
Seite 44 - Gallicie à céder sera déterminée d'après la base combinée de la population , de l'étendue , des revenus ; de sorte que l'estimation des deux objets de l'échange ne soit pas réglée par l'étendue du territoire seulement , mais par sa valeur réelle.
Seite 12 - J'ai fait dresser le plan d'un canal qui sera exécuté avant cinq ans, et qui joindra la Baltique à la Seine. « Des indemnités seront données aux princes qui pourront se trouver froissés par cette grande mesure que commande la nécessité, et qui appuie sur la Baltique la droite des frontières de mon Empire.
Seite 547 - Sujets respectifs des hautes Puissances contractantes ne seront ni troublés, ni gênés, soit dans la navigation, soit dans l'exploitation de la pêche, soit dans la faculté d'aborder aux côtes sur des points qui ne seroient pas déjà occupés, afin d'y faire le commerce avec les Indigènes, sauf toutefois les restrictions et conditions déterminées par les articles qui suivent.
Seite 103 - Russie contre le reste de l'Europe, à l'immensité de sa masse d'invasion. Il peignait cette puissance assise sous le pôle, adossée à des glaces éternelles qui au besoin la rendaient inabordable; elle n'était attaquable, disait-il, que trois ou quatre mois ou un quart de l'année, tandis qu'elle avait...

Bibliografische Informationen