Rapport fait au nom de la Commission chargée de l'examen des papiers trouvés chez Robespierre et ses complices

Cover
Impr. nationale des lois, 1795 - 408 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Ausgewählte Seiten

Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 361 - Carrier, c'est qu'il a , dans un temps, écrasé le négociantisme , tonné avec force contre l'esprit mercantile , aristocratique et fédéraliste ; mais, depuis, il a mis la terreur à l'ordre du jour contre les patriotes euxmêmes , dont il a paru prendre à tâche de se faire craindre.
Seite 360 - Une armée est dans Nantes, sans discipline, sans ordre, tandis qu'on envoie successivement des corps épars à la boucherie. D'un côté l'on pille, de l'autre on tue la République. Un peuple de généraux, fiers de leurs épaulettes et bordures en or au collet, riches des appointements qu'ils volent, éclaboussent, dans leurs voitures, les sans-culottes à pied, sont toujours auprès des femmes, au spectacle ou dans des fêtes et repas somptueux qui insultent à la misère publique...
Seite 360 - ... avec Carrier. Celui-ci est invisible pour les corps constitués , les membres du club et tous les patriotes. Il se fait dire malade et à la...
Seite 289 - J'irai de suite partout où le moyen sera praticable envers les bâtimens proscrits. Les accusateurs publics vont marcher plus rapidement, le tribunal a commencé, hier, à aller par trois dans un jour. Les Jacobins arrivés seront employés utilement. Enfin , je me concerterai pour des mesures nouvelles, grandes et fortes. Mais, citoyens collègues, pas de vivres pour deux jours : voilà ce qui retarde, distrait et dérange tout.
Seite 280 - Soixante-quatre de ces conspirateurs ont été fusillés llier _, au même endroit où ils faisaient feu sur les patriotes ; deux cent trente vont tomber aujourd'hui dans les fossés où furent établies ces redoutes exécrables qui vomissaient la mort sur l'armée républicaine. Ces grands exemples influeront sur les cités douteuses. Là , sont des hommes qui' affectent une fausse et barbare sensibilité , la nô.tr
Seite 114 - Plusieurs personnes m'ont fait craindre que votre motion de dimanche dernier ne tendît à une proscription générale des feuilles publiques. Quoique je ne puisse croire qu'une feuille aussi utile que la nôtre puisse avoir été l'objet de votre proposition , au moment où des lettres des commissaires de la Convention attestent qu'elle a principalement et essentiellement contribué à éclairer l'opinion d'un grand nombre de...
Seite 130 - Honoré, devant une porte cochèrc; nous avons remarqué qu'il avait beaucoup d'impatience. Enfin il est arrivé ; il n'ya pas de doute qu'il était dans les tribunes ; ils ont remonté la rue Honoré , celle de la Loi , les baraques , la galerie à droite de la maison...
Seite 361 - Il est très mal entouré, il a payé par des places les bassesses de quelques courtisans; il a rebuté les républicains, rejeté leurs avis, comprimé les élans du patriotisme. Il a, par un acte inouï, fermé pendant trois jours les séances d'une Société montagnarde. Il a chargé un secrétaire insolent de recevoir les députations de la Société populaire; enfin, il a fait arrêter de nuit, comparaître devant lui et il a maltraité de coups, en les menaçant de la mort, ceux qui se plaignaient...
Seite 313 - ... de leurs procès verbaux , j'ai vu que les effets qu'on disait spoliés , étaient versés dans la caisse du receveur de la monnaie , et que , dans la commission temporaire ambulante, les membres de cette commission n'ont pu opérer que d'après les renseignemens que leur donnaient les patriotes lyonnais qui les accompagnaient dans leur mission, et que ces mêmes Lyonnais savaient , dans quelques circonstances , mettre à profit pour eux. Ah ! mon ami, le système que tu as vu commencer sous...
Seite 123 - La justice a bientôt achevé son cours terrible dans cette cité rebelle. Il existe encore quelques complices de la révolte lyonnaise, nous allons les lancer sous la foudre. Il faut que tout ce qui fit la guerre à la liberté, tout ce qui fut opposé à la République, ne présente aux yeux des républicains que des cendres et des décombres.

Bibliografische Informationen